Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Clermont-Ferrand : le préfet condamné à reloger une majorité des familles à la rue

SUR LEMONDE.FR

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Lyon, abonnez-vous.


La majorité des 300 personnes qui dormaient dans la rue depuis lundi 2 septembre à Clermont-Ferrand ont obtenu gain de cause auprès du tribunal administratif, qui, selon leur avocat, Jean-Louis Borie, a astreint le préfet du Puy-de-Dôme à reloger 16 familles sur 24.

L’ANEF, l’association qui gère le 115 dans le Puy-de-Dôme, avait en effet décidé de ne plus payer les hôteliers assurant l’hébergement d’urgence pour ne pas « mettre en danger le survie de l’association », selon les explications de son directeur à l’AFP (via LeMonde.fr) :

« Depuis janvier 2013, l’Etat n’a remboursé que 5 % environ des 350 000 euros par mois que l’ANEF a engagés pour loger ces personnes. »

Privées d’hébergement d’urgence depuis six jours, ces familles avaient saisi le tribunal en référé vendredi 6 septembre, pour demander à l’Etat « d’organiser leur accueil en tant que sans-abri en détresse », et que « leur soient fournies des conditions matérielles décentes ».

D’après leur avocat, toutes les familles avec enfants se sont vu proposer un accueil dans un gymnase. Ce dernier se dit étonné de la manière dont ce dossier a été géré par l’Etat :

« Comme une catastrophe naturelle, avec la Croix-Rouge, dans un gymnase, comme s’il y avait eu une avalanche, alors que cette situation était prévisible. L’Etat n’a pas su anticiper une situation de crise qu’il connaissait ».

Aller plus loin

Clermont-Ferrand : privées d’hébergement d’urgence, 300 personnes dorment dans la rue

 

 

 

 


#Clermont-Ferrand

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

Partager
Plus d'options