Société 

Face à la campagne anti-fraudeurs dans les TCL, un détournement pour « la solidarité »

actualisé le 30/10/2017 à 18h02 : Mise à jour le lundi 30 octobre avec la mise en ligne d'une pétition adressée aux TCL.

Le moins qu’on puisse dire est qu’elle a marqué les esprits. De nombreux lyonnais ont exprimé surprise et/ou colère en découvrant la nouvelle campagne déployée par les transports en commun de Lyon (TCL) pour lutter contre la fraude.

Le principe ? Des usagers de transports, vous, nous, eux, madame et monsieur tout le monde (jeunes, vieux, etc., histoire de ne pas stigmatiser) sont portraitisés en noir et blanc, portant devant eux la petite ardoise du délinquant des téléfilms américains.

Le plan de com’ fait de l’usager un criminel, au-delà des peines encourues puisqu’il s’agit en majorité d’amendes et de contraventions (voir encadré ci-après).

Campagne TCL 2017 anti-fraude. DR

Campagne TCL 2017 anti-fraude. DR

Coup de pression de la part des TCL, justifié par la perte économique de plus en plus importante chaque année directement liée à la fraude, et par la volonté de « connaître le nombre de voyageurs à chaque arrêt et d’adapter l’offre de transport ».

Dans ses flyers, le gestionnaire des transports donne tout l’arsenal qu’il a à sa disposition. Par exemple, 60 € de contravention si l’on n’a pas validé son ticket.

Florilège d’amendes

Combien ça coûte de circuler sur le réseau TCL avec un ticket non validé ? 60 €. Signaler la présence d’un contrôleur sur le réseau aux autres usagers afin qu’ils l’évite, c’est une complicité de fraude qui peut coûter 3750 €. Si jamais vous vous faîtes piquer. Etc etc, la petite liste, c’est par .

La boîte de communication, « Agence Magazine », à l’origine de cette campagne de pub décriée, parle ainsi de son travail affiché dans toute la ville :

« Amis fraudeurs, ça ne rigole plus dans le réseau des transports en commun lyonnais ! Magazine signe la nouvelle campagne anti-fraude du Sytral, inspirée de l’affiche du film Usual suspects. Une façon musclée de rappeler que la fraude est sévèrement réprimée, et que refiler son ticket ben… c’est aussi frauder ! »

Les communicants ne s’attendaient sans doute pas à la salve d’insultes et de critiques qui pleut depuis, sur leur post Facebook (toujours en ligne par ).

C’est en effet une interdiction en particulier qui a fait couler de l’encre, ainsi expliquée sur les nouveaux flyers TCL :

« Céder votre titre de transport n’est pas un acte de solidarité ou de générosité, cela contribue à entretenir la fraude. Ça s’appelle de la complicité de fraude et ça se paye. »

La somme ? 150 €, si l’on vous prend à donner votre ticket à un usager qui n’en a pas ou si on vous prend à le laisser sur une borne de façon à ce qu’il soit ré-utilisé.

Ce geste est une spécificité lyonnaise rendue possible par le fait que le ticket n’est pas conditionné aux trajets parcourus mais à leur durée : à Lyon, le titre de transport est valable une heure.

« La solidarité n’est pas un délit »

Sur les réseaux sociaux, beaucoup ont exprimé leur incrédulité devant la forme du propos et le fond. Un artiste lyonnais a rendu viral un détournement de la campagne. La même ardoise de criminel est utilisée (voir la photo ci-après) pour, cette fois, déclarer :

« La solidarité n’est pas un délit, je continuerai à donner mon ticket. »

La campagne anti-fraude des TCL détournée.

La campagne anti-fraude des TCL détournée.

L’auteur du petit montage qui a été partagé des centaines de fois explique :

« Alors que Lyon étouffe régulièrement sous la pollution, les TCL, et l’agence de com’ : « Magazine », n’ont trouvé mieux pour inciter à prendre les transports en commun que de les associer à l’univers carcéral. Un pas est encore franchi en criminalisant, cette fois, celles et ceux qui donnent leur ticket encore valable une fois leur trajet effectué.

Mais peut être peut on se servir de cette horrible campagne pour promouvoir, justement, cette pratique lyonnaise solidaire ! Et rappeler, sur le réseau de transports en commun, le plus cher de France (hors Paris) que la possibilité de se déplacer d’un point à l’autre de l’agglomération est aussi une question d’équité. »

À Lyon, cette pratique existe de longue date et a été promue, notamment par le collectif baptisé « TCL Solidarité », à grand renfort d’affichage -apparu dans la ville il y a quelques années et exhumé ces derniers jours.

Ou encore, il y a quelques années également, on pouvait trouver ce type de stickers dans les rames du métro (photo ci-après) :

©DD/Rue89Lyon.

©DD/Rue89Lyon.

Une pétition a été lancée sur change.org, qui demande à TCL de revenir sur cette décision « en annulant cette amende et en ne diffusant plus cette campagne de communication criminalisante ».

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

A Lyon, 2ème pic de pollution aux particules fines de l’automne

par Rue89Lyon. 298 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, 4e manif contre la loi travail 2 : La jeunesse n’est pas dans la rue

par Rue89Lyon. 411 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Weinstein et cie : la nécessaire prise de conscience des hommes

par Heteroclite. 210 visites. 1 commentaire.