Politique 

Régionales 2015 : que pèse la révolte anti-Wauquiez au sein du MoDem ?

actualisé le 01/09/2015 à 14h52

[Article mis à jour] Depuis qu’un accord entre Laurent Wauquiez (Les Républicains) et le chef de file du MoDem a été rendu public, la révolte gronde au sein du parti centriste contre une liste d’union LR-UDI-MoDem au premier tour des régionales en Auvergne-Rhône-Alpes. François Bayrou devrait se prononcer sur le sujet en septembre.

Après un premier communiqué, plusieurs responsables locaux du MoDem remettaient une couche en tenant une conférence de presse ce jeudi 20 août pour « faire le point sur la mobilisation pour une liste indépendante ».

Attablés face aux journalistes, se trouvent des « conseillers nationaux » du parti centriste mais pas de présidents des fédérations départementales qui soutiennent dans leur grande majorité le chef de file pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, Patrick Mignola, maire de La Ravoire, en Savoie.

La « mobilisation », expliquent ces « conseillers nationaux », a pris notamment la forme d’une « consultation » que ces militants ont lancée.

A tour de rôle, ils égrènent les avis qu’ils ont pu recueillir de certains militants, essentiellement des membres des conseillers départementaux (membres des bureaux des fédérations).

  • Dans l’Allier et la Haute-Loire, les avis seraient « sans appel » contre cette alliance.
  • Dans l’Isère, « une majorité » des membres du conseil départemental serait pour une liste indépendante.
  • Dans le Rhône, le conseil départemental aurait voté à l’unanimité moins deux abstentions contre cette alliance avec Wauquiez dès le premier tour.
  • En Haute-Savoie, « seulement trois avis reçus par mail sur 74 » seraient favorables à cette alliance LR-UDI-MoDem.

Béatrice Doutriaux, « conseillère nationale » de l’Isère explique que ce sont les présidents des fédérations qui « tiennent les fichiers des adhérents ». Ceci pouvant expliquer la faiblesse de cette consultation menée, qui plus est, au coeur de l’été.

Dans ces conditions, difficile de savoir ce que pèse cette révolte contre un accord constitutif d’une liste commune LR-UDI-MoDem.

Thomas Delpech, conseiller départemental du Rhône, veut toutefois replacer cette question dans une certaine perspective :

« Est-ce l’appareil qui va décider ou les militants ? »

A François Bayrou de trancher

La réponse a été en partie donnée : ce sera le président du parti, François Bayrou, qui tranchera en septembre.

L’idée est donc de médiatiser cette « mobilisation » en faveur d’une liste indépendante, comme le reconnaît Cyrille Isaac Sibille, « conseiller national du Rhône » :

« On espère que François Bayrou va prendre en compte notre mobilisation et qu’il va réaffirmer ce qu’il a dit en avril à Vaulx-en-Velin.

Le 26 avril, François Bayrou s’était déplacé dans la banlieue lyonnaise, devant les militants de la future Auvergne-Rhône-Alpes.

D’un côté, il avait confirmé l’investiture comme chef de file régionale de Patrick Mignola et de l’autre, il avait refusé un rapprochement avec Laurent Wauquiez.
Il déclarait à l’époque :

« Avec Wauquiez, tout nous oppose de manière profonde. »

Récemment, le secrétaire national du MoDem, dans les colonnes du journal l’Opinion, Marc Fresneau semblait toujours aller dans le même sens :

« On a découvert l’accord dans la presse, on savait qu’ils discutaient, mais on ne s’attendait pas à ce qu’un pacte soit signé en plein été ».

Le secrétaire national du MoDem au Puy-de-Dôme, avec Mignola

La réponse de Patrick Mignola a été cinglante pour les partisans d’une liste autonome. Au moins dans le symbole.
Le chef de file du MoDem pour Auvergne-Rhône-Alpes tenait ce week-end (22 et 23 août) une réunion avec l’état-major régional du parti centriste à Orcines, dans le Puy-de-Dôme.

  • Patrick Mignola a réuni autour de lui onze présidents de conseils départementaux sur treize et une vingtaine de délégués du mouvement. Et pour marquer les esprits, la photo de famille a été prise au sommet du puy de Dôme, comme le raconte le journal La Montagne.
  • Surtout, Marc Fesneau, le secrétaire général du MoDem, a également fait le déplacement. Ce qui a été traduit par Patrick Fignola comme un soutien à sa ligne pro-Wauquiez. Même si Marc Fesneau n’est pas associé à la déclaration finale.

Cette déclaration finale envoyée dimanche à la presse laisse peut de place à une éventuelle prise en compte des réactions hostiles à l’alliance LR-UDI-MoDem. Il est toutefois question de « confiance reconduite ». Il fallait le préciser.

« Les Président(e)s, délégué(e)s départementaux et conseillers nationaux du MoDem Auvergne-Rhône-Alpes reconduisent leur confiance et leur soutien à Patrick MIGNOLA et à son équipe pour finaliser le projet régional commun, le chiffrer, indiquer clairement son financement et ses échéances, le présenter et le défendre devant les électrices et les électeurs ».

Bref, c’est toujours à François Bayrou de trancher.

> Article mis à jour le 24 août à 15 h suite à la réunion du Puy-de-Dôme de Patrick Mignola et sont état-major.

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 471 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 437 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 674 visites. 2 commentaires.