Économie  Politique 

« Lyon, la ville la moins imposée de France » : vraiment ?

actualisé le 23/09/2016 à 12h54

Gérard Collomb a affirmé lors d’une interview sur le plateau de la chaîne I-Télé que « Lyon était la ville la moins imposée de France ». Depuis, la journal Libération a démontré que ce n’était pas tout à fait exact. La mairie de Lyon tente de maintenir la punchline en changeant de point de comparaison.

C’était mercredi 15 avril à l’antenne de la matinale d’I-télé. Gérard Collomb était l’invité du journaliste Bruce Toussaint qui l’interroge sur un des sujets du moments : la hausse de la fiscalité locale dans certaines grandes villes de France. Le maire PS de Lyon est interrogé sur la hausse de 5 % qu’il a fait voter au début de son troisième mandat.

Il se justifie en mettant en avant la transparence et son habitude de voter une hausse unique en début de mandat (pour rappel, il s’agit de son 3e mandat). Dans son élan, il affirme que sa gestion des finances de la ville fait de Lyon « la ville la moins imposée de France ». A 8’10 min de la vidéo

La rubrique Désintox du journal Libération a vérifié le propos du maire de Lyon. Bilan : c’est faux. Se basant sur une étude de l’Observatoire du forum de la gestion des villes, le journal montre que Paris reste le champion toutes catégories d’impôts locaux confondues. Le journal rappelle justement que pour le contribuable le taux global permettant de calculer son impôt est fixé en partie par la commune mais aussi par le département (ou la Métropole dans le cas de Lyon depuis le 1er janvier dernier).

Lyon rentre dans le rang

Ainsi, en matière de taxe d’habitation par exemple, le taux global (communal + départemental) en 2014 pour Lyon s’établissait à 28,55 %. Il n’était que de 13,38 % pour Paris et était inférieur également dans d’autres grandes villes de France : à Caen (26,06%), Reims (28,34%) ou encore Orléans (28,51%). Même chose en matière de taxe sur le foncier bâti : Paris affiche un taux de 13,5 % en 2014 quand celui de Lyon a été fixé à 17,17 % (taux communal) pour un taux global de 28,2 %. En matière de taxe foncière, selon cette étude Lyon reste toutefois la ville la moins imposée parmi les grandes villes de plus de 100.000 habitants mais toujours derrière Paris.

De LA ville la moins imposée à L’UNE des villes les moins imposées

Face à ce recadrage, la communication du maire de Lyon s’est adaptée et son propos est devenu plus mesuré. Ainsi, Lyon n’est plus LA ville la moins imposée de France mais « reste l’une des grandes villes » les moins imposées de France.

Jeudi 16 avril, la mairie de Lyon envoie un communiqué de presse de Richard Brumm, adjoint au maire de Lyon en charge des finances. Passé le moment d’auto-célébration sur la gestion « rigoureuse » des finances de la ville et une hausse fiscale « modérée », l’élu tente de maintenir la punchline de son patron. Pour cela, petite pirouette : Lyon est comparée aux villes de plus de 200 000 habitants hors Paris et sans tenir compte du taux départemental ! Et non plus à celles des 100 000 habitants dont Paris comme le faisait plus justement Libération pour démonter l’affirmation.

Cela donne :

Ainsi, à Lyon, la pression fiscale sur les ménages et sur le contribuable locataire est la plus faible des grandes villes de plus de 200.000 habitants, hors Paris (…). A Lyon, la taxe d’habitation 2015 s’élève à 22,15 %. En ce qui concerne la taxe foncière sur les propriétés bâties, le taux 2015 est, à Lyon, de loin le plus faible de l’ensemble des autres villes de plus de 200.000 habitants (y compris Paris et Toulouse). Il est de 18,23 %.

Exit donc le taux départemental, les chiffres avancés sont exacts mais représentent seulement le taux d’imposition communal de Lyon. Concernant la taxe foncière sur le bâti, la mairie commet même une petite erreur malgré la pirouette : en 2014 le taux d’imposition était de 13,5 % à Paris, donc bien inférieur à celui de Lyon (18,23%).

Lyon dans le haut du panier

Il n’en demeure pas moins que, comme le note également Libération, les taux d’imposition pratiqués à Lyon restent dans leur ensemble relativement bas en comparaison de ceux appliqués dans les autres grandes villes françaises. Ainsi, quand la mairie affirme que « la pression fiscale à Lyon est la plus faible des grandes villes de plus de 200 000 habitants », les chiffres de l’étude qui sert ici d’appui lui donnent raison. Si toutefois on exclut encore une fois Paris qui reste en tête.

Hors Paris, parmi les villes de plus 200.000 habitants Lyon applique le taux d’imposition le plus bas en matière de taxe d’habitation et de taxe sur le foncier bâti et arrive en seconde position pour la taxe sur le foncier non bâti et la contribution financière des entreprises (autres impôts locaux).

Lyon n’est donc pas la ville la moins imposée de France. Concernant les petites passes d’armes tout dépend donc du point de comparaison.

Partager cet article

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon
En BREF

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 231 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 146 visites. 1 commentaire.

Contre l’A45, une première fête pour relancer la mobilisation

par Rue89Lyon. 998 visites. Aucun commentaire pour l'instant.