Société 

A la piscine du Rhône, les baigneurs se frottent aux nouveaux tarifs

actualisé le 23/07/2014 à 11h36

Ce jeudi matin, la piscine du Rhône a enfin ré-ouvert ses portes. Une bonne nouvelle pour les lyonnais qui souhaitent se rafraîchir. Un peu moins bonne pour beaucoup de porte-monnaie. Dans l’ensemble, les 8 euros du ticket d’entrée ont eu du mal à passer chez les premiers baigneurs du flambant neuf « centre nautique ».

Pas de grosse foule ce matin pour la réouverture de la piscine du Rhône.

Pas de grosse foule ce 17 juillet pour la réouverture de la piscine du Rhône. Crédit : Clémence Delarbre.

Après dix mois de travaux et une date d’ouverture reportée, la piscine du Rhône vient de ré-ouvrir. Avec un prix du ticket d’entrée, à 8 euros pour le plein tarif, 5,50 euros pour les tarifs réduits –entendez moins de 18 ans, lycéen, étudiant de moins de 26, demandeur d’emploi, titulaire du RSA… Et gratuit pour les moins de 6 ans. De quoi en refroidir plus d’un sans avoir eu besoin de piquer une tête.

C’est le cas notamment de Serge, qui se présente comme un « père de famille vivant à Lyon » et qui, malgré son mécontentement, a décidé de venir tester les nouveaux bassins :

 » C’est complètement exagéré, je ne suis pas du tout d’accord pour payer ce prix. Même si les travaux qui ont été faits sont très bien, je ne vois pas pourquoi ils répercutent ça sur le prix d’entrée. On paie des impôts pourquoi, alors ? C’est devenu une piscine de bourges ».

Pour Julia, également lyonnaise, accompagnée d’une petite Mia de trois ans, même constat. Bien qu’elles bénéficient toutes les deux d’un tarif réduit :

« Je viens voir si le jeu en vaut la chandelle. Pour moi, le prix reste quand même trop élevé. Surtout pour un service public ».

Pour conclure, en direction de Gérard Collomb, maire PS de Lyon :

« Ce n’est pas très socialiste tout ça ».

 

Une hausse des tarifs pour « limiter l’accès » ?

Pour beaucoup, ils viennent cette fois-ci pour tester, la prochaine fois ils iront ailleurs.

Pour beaucoup, ils viennent cette fois-ci pour tester, la prochaine fois ils iront ailleurs.

Avec son nouveau bassin Nord modulable, long de 50 mètres, sa nouvelle banque d’entrée, ses vestiaires neufs, ses bassins avec banquettes à bulles, sa rivière à contre-courant et pentagliss, les travaux ont à l’évidence été très importants (30 millions d’euros).

En tout, le fonctionnement de ce nouveau centre nautique est estimé à 9 millions d’euros par an, soit un tiers du budget global du fonctionnement des équipements sportifs municipaux de la ville. D’où la hausse du prix d’entrée. Mais cette explication est loin de satisfaire tout le monde, comme le répète Serge :

« Sous prétexte de nouveau standing, ils veulent surtout limiter l’entrée aux personnes défavorisées, notamment les gens venus de banlieue. Tout ça parce que l’année dernière il y a eu des problèmes ».

C’est ce que le collectif des Bonnets de bain (ou Guillotins, association du quartier de la Guillotière à Lyon), présent dès l’ouverture pour faire signer une pétition, appelle de la « discrimination au porte-monnaie, tout simplement ».

 

Uniquement un jour sur deux pour Eddie et ses potes

Mais pour Nacera, venue avec ses trois enfants, ces nouveaux tarifs vont surtout pénaliser les familles alors que l’objectif de la mairie était de favoriser leur accès :

« Il existe la carte de réduction famille mais ça ne vaut pas le coup : 15 euros la carte + 5,5 euros le ticket + le stationnement, vous vous rendez compte ? On vient parce que ça ouvre aujourd’hui, mais j’irai ailleurs la prochaine fois ».

Pour Eddie, 14 ans, et son groupe de potes habitant du 7e arrondissement, même constat : cette année la piscine, ce sera limité.

« L’année dernière on payait 2,90 euros. Maintenant c’est trop cher, on ne viendra qu’un jour sur deux ».

 

« On est prêt à payer »

Pour d’autres le nouveau prix du ticket d’entrée n’est pas un problème. Avec les rénovations, la piscine a tout simplement changé de standing. Selon Daniel, venu avec son petit-fils, cette hausse des tarifs est parfaitement justifiée, dans la mesure où elle promet une meilleure qualité de services.

« On est prêt à payer le prix parce que désormais ce n’est plus qu’une simple piscine, c’est un véritable centre nautique. Le seul inconvénient, c’est qu’il n’y ait pas de tarif retraité ! »

Mais surtout, ce que certains espèrent, comme Marta, étudiante à Lyon de 27 ans, c’est que cette augmentation des prix aura un effet positif sur la sécurité des bassins, « concernant les vols et autres incivilités ».

Malgré ces nouveaux tarifs, Yann Cucherat, adjoint aux Sports, estimait mardi lors de la visite presse que ces équipements flambant neufs devraient attirer encore plus d’usagers qu’en 2013 (100 000 personnes sur deux mois). Un enthousiasme que Gérard Collomb s’est empressé de modéré, espérant quant à lui qu’aucun incident ne braquera les projecteurs sur le nouveau « centre nautique », et que seule la piscine miroir en fera parler cet été.

Partager cet article