Société 

La première classe dans les TER de Rhône-Alpes, c’est fini

actualisé le 24/06/2014 à 10h30

En plein dans le mouvement social des cheminots, un amendement a été voté ce jeudi 19 juin lors de l’assemblée du conseil régional, qui annule l’existence de la première classe dans la plupart des TER en Rhône-Alpes. Elle devient la onzième région de France à instaurer la classe unique.

Classe unique. Crédit : Damien Renoulet/Rue89Lyon

La classe unique dans les TER de Rhône-Alpes, c’est parti pour janvier 2015. Crédit : Damien Renoulet/Rue89Lyon

Dossier sans cesse repoussé depuis au moins 2010, la classe unique va enfin être mise en place en région Rhône-Alpes. Elle a été votée ce jeudi après-midi par la majorité du socialiste Jean-Jack Queyranne au conseil régional, sous forme d’un amendement plus particulièrement porté par le groupe Europe Ecologie les Verts (EELV).

Dans son plan d’action « services aux voyageurs », cette proposition avait créé de nombreux remous au sein de la majorité de gauche. Les écolos mettaient la pression pour la faire figurer à l’ordre du jour, tandis que le Front de gauche envisageait plutôt un tarif à un euro pendant les périodes creuses. Eliane Giraud, vice-présidente PS en charge des transports, craignait que les aficionados de la première classe soient déçus du service.

Corinne Bernard, élue écologiste, déclarait à Rue89Lyon à la veille du vote :

« L’idée, c’est d’enlever la première classe pour libérer de la place. Les gens, ils veulent juste des trains à l’heure et pouvoir s’asseoir ».

C’est finalement l’argument qui a été avancé dans l’amendement :

« Il est difficilement acceptable pour les usages de constater depuis le couloir ou l’espace inter-wagons qu’il reste des places assises de première classe inoccupées dans leur train bondé. »

 

« Le bien vivre ensemble »

Les commentaires sous notre article « Est-ce la fin de la première classe dans les TER de la région Rhône-Alpes » publié début juin ont été nombreux.

Juàn de Gordin notait :

« Je ne comprends même pas pourquoi cela fait débat : dans les TER, j’ai toujours été incapable de comprendre quelle était la différence entre la première classe et la seconde, exceptée la couleur des sièges… »

bruitdevert déclarait :

« La différence de confort entre la 1ère et la 2nde dans un TER n’est pas aussi marquée que dans un TGV. Sur des trajets courts, cet écart se justifie-t-il vraiment ? Il ne faudrait pas que le confort recherché soit une volonté cachée d’écrémage des voyageurs. Encore une fois le bien vivre ensemble est au cœur des discussions. »

Tandis que Vincent racontait un souvenir ému :

« J’ai le souvenir d’un Lyon-Bellegarde à une heure de pointe le matin avec un billet en 1ère classe. Etant entré parmi les derniers, cela ma valu 1h30 assis entre deux vélos sur un strapontin bancal, le luxe absolu. »

 

Six lignes conservent les deux classes

Désormais, les billets seront au même prix pour la majorité des lignes TER. Mais pas toutes, donc. Celles qui génèrent le plus de recettes à la SNCF grâce à la tarification la plus haute garderont le clivage première classe/seconde classe :

  • Annecy < > Lyon
  • Chambéry < > Lyon
  • Genève < > Lyon
  • Grenoble < > Lyon
  • Valence < > Lyon
  • Saint-Etienne < > Lyon (pour les trains dits « bolides », c’est à dire sans arrêt)

Dans ces trains, si les wagons sont bondés, les voyageurs détenteurs d’un billet de seconde classe pourront aller s’asseoir dans les wagons de première classe, sans supplément et même si ceux qui ont payé le prix fort se bouchent le nez.

 

Un coût d’environ 2 millions d’euros pour la Région

Le manque à gagner pour la SNCF avait été évalué autour des 4 millions d’euros. Avec le maintien de la double tarification sur ces six lignes, il pourrait être moindre, d’environ 2 millions d’euros. Dans tous les cas, ce manque à gagner pour la société ferroviaire devra être compensé par la Région, depuis son rôle d’autorité régulatrice.

L’investissement pour la collectivité reste conséquent. Mais l’élue écologiste  Corinne Bernard nous avait suggéré une solution en sortant sa calculette verte, soit la TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques) :

« Cette taxe va rapporter 66 millions d’euros par an à la Région. On a une manne financière que l’on avait pas auparavant ».

Rhône-Alpes devient donc la 11è région de France à mettre en place de la classe unique, programmée pour janvier 2015.

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 496 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 579 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 470 visites. Aucun commentaire pour l'instant.