Appartement 16
  • 15:02
  • 9 juin 2014
  • par Heteroclite

« GPA, prostitution » : le mot d’ordre lyonnais de la Marche des Fiertés fait des vagues

4238 visites | 9 commentaires

Plusieurs associations féministes et/ou lesbiennes ainsi que des partis politiques de gauche s’opposent au mot d’ordre de la dix-neuvième Marche des Fiertés de Lyon. En cause : des divergences sur les questions épineuses de la prostitution et de la gestation pour autrui.

Marche des Fiertés LGBT à Lyon, juin 2012. Crédit : Hétéroclite.

Marche des Fiertés LGBT à Lyon, juin 2012. Crédit : Hétéroclite.

«Droit des trans, PMA, IVG, GPA, prostitution : nos corps, nos choix !». En choisissant un tel mot d’ordre pour la 19e Marche des Fiertés LGBT de Lyon (qui se déroulera samedi 14 juin), les membres de la Lesbian and Gay Pride (LGP) de Lyon se doutaient qu’ils ne feraient pas que des heureux.

Car si la défense des droits des personnes trans et de l’avortement ou la demande d’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes célibataires ou lesbiennes font consensus parmi les associations LGBT et féministes, il n’en va pas de même dès que l’on aborde les thèmes beaucoup plus clivants de la prostitution et de la gestation pour autrui (GPA).

Dans le livret qu’elle a édité pour la Quinzaine des Cultures LGBT, la LGP qualifie d’«inapplicable et dangereuse» la proposition de loi « renforçant la lutte contre le système prostitutionnel » et demande l’ouverture d’un débat sur la gestation pour autrui.

Deux prises de position qui ont suscité la colère de la section rhodanienne d’Osez le féminisme ! (OLF69), l’association féministe proche du Parti socialiste, qui soutient la proposition de loi sur la prostitution et qui voit dans la GPA « une instrumentalisation des femmes concernées, réduites à leurs organes reproductifs ». Le 3 juin, elle a donc publié un communiqué pour se désolidariser de la Marche du 14 juin.

Pas de GPA, pas de prostitution… Mais allez à la Marche

Parmi les signataires, on trouve à la fois des associations féministes abolitionnistes, des collectifs lesbiens (les Toulousaines de Bagdam, les Marseillaises du Centre Lilith, les Strasbourgeoises de La Lune, CQFD Fierté lesbienne ou la Coordination lesbienne en France – qui a récemment claqué la porte de l’Inter-LGBT pour les mêmes raisons) et des mouvements politiques à la gauche du PS (le Parti de gauche, le Mouvement des Jeunes Communistes de France, l’Union des Étudiants Communistes).

Le lendemain, c’est au tour du Parti communiste français (qui n’est pas en tant que tel signataire de l’appel d’OLF) de s’exprimer par la voix de sa secrétaire fédérale dans le Rhône, Danielle Lebail, qui explique que :

« Les communistes du Rhône refusent cette année de partager le mot d’ordre de la Lesbian & Gay Pride de Lyon » et juge « dangereux de faire l’amalgame entre les luttes contres les homophobies et la GPA et la prostitution, qui entrent dans le système marchand capitaliste ».

Enfin, le Parti socialiste s’est lui aussi désolidarisé de ce mot d’ordre. Dans un courrier (qu’il a rendu public) adressé à Edwige Marty (la présidente de la LGP), David Kimelfeld, premier fédéral du Rhône, regrette à la fois le mot d’ordre («dont la multiplicité de revendications ne facilite pas l’adhésion du plus grand nombre») et le ton employé dans le livret de la Quinzaine des Cultures LGBT, qui juge avec sévérité les « reniements » du gouvernement sur la PMA ou les droits des trans (deux thématiques sur lesquelles François Hollande avait pris des engagements durant la campagne présidentielle qui n’ont pas été tenus).

Le Parti communiste et le Parti socialiste précisent néanmoins qu’en dépit de ces désaccords, ils appellent leurs militants et sympathisants à se joindre à la Marche, « car ils restent solidaires de cette initiative et de sa philosophie initiale », selon les mots de David Kimelfeld.

Des abolitionnistes traditionnels

En soi, le communiqué de presse d’Osez le féminisme ! n’a rien de surprenant. L’association défend depuis sa création en 2009 l’ »abolition » de la prostitution et s’oppose à la légalisation de la GPA, « deux des pires produits des systèmes patriarcal et capitaliste ».

En novembre dernier, elle avait déjà quitté le conseil d’administration de la Lesbian and Gay Pride de Lyon lorsque cette dernière avait lancé une campagne pour dénoncer la proposition de loi visant à pénaliser les clients des travailleurs du sexe.

Rien d’étonnant non plus dans la réaction des différentes composantes du Front de gauche, où, en matière de prostitution, l’abolitionnisme est la règle, tant au Parti communiste français qu’au Parti de gauche. Les deux-tiers des députés du groupe Gauche démocrate et républicaine (qui rassemble les élus du Front de gauche et d’autres partis de gauche ultra-marins) ont ainsi voté en faveur de la proposition de loi visant à pénaliser les clients du travailleurs du sexe le 4 décembre dernier (deux se sont abstenus, aucun n’a voté contre).

Le soutien collant de la Manif pour tous 

Mais toutes ces contestations ne pouvaient que réjouir La Manif pour tous (LMPT), qui a décidé de s’en mêler en venant ajouter son grain de sel (et jeter incidemment de l’huile sur le feu) : le collectif En Marche Pour l’Enfance, l’une des principales composantes lyonnaises de LMPT, a publié lui aussi le 4 juin un communiqué de presse qualifiant sans surprise la Marche des Fiertés de «mascarade» «menée par une minorité ultra radicale qui visiblement ne représente plus qu’elle-même».

« Nous pouvons tous être unis pour nous opposer aux discriminations liées à l’orientation sexuelle », écrit ainsi le collectif qui, récemment encore, voyait pourtant dans la lutte contre l’homophobie un faux-nez de « l’idéologie du gender« .

« Mais la promotion des mères porteuses relève d’une toute autre logique : celle du trafic de filiation et celle de l’instrumentalisation du corps de la femme », poursuit-il de façon beaucoup plus attendue.

Avant d’apporter à OLF69 un soutien dont l’association se serait probablement bien passée :

« Il doit falloir du courage et de la liberté pour aller ainsi à contre-courant ! […] Si beaucoup de points semblent nous opposer, nous nous rejoignons sur le rejet de la marchandisation du corps humain sur lequel hétéro, gay ou lesb [sic] peuvent se retrouver ».

Les mots d’ordre à Lyon et leurs remous

Ce n’est pas la première fois qu’un mot d’ordre de la Marche des Fiertés LGBT déclenche une controverse et des débats houleux. Celui choisi en 2009 («respectons la transidentité, refusons la transphobie !») avait suscité la colère et l’incompréhension d’une partie des commerçants LGBT lyonnais, qui ne le jugeaient pas assez fédérateur.

Cela n’avait pas empêché la Marche des Fiertés LGBT de rassembler autant de personnes que d’habitude dans les rues de Lyon. Il semble donc peu probable que cette polémique ait beaucoup d’impact sur la fréquentation de la Marche cette année.

Par Romain Vallet, sur heteroclite.org.


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

9 Commentaires postés

  1. A ajouter au corpus également, le texte du Collectif Lesbien Lyonnais : http://rebellyon.info/?Marche-des-fiertes-2014-Osez-la

    • La citation (pas passé au commentaire précédent, bug de balise) :

      Osez le Féminisme 69 (OLF69) a appelé les associations à se désolidariser de la marche des fiertés de Lyon 2014 parce que les termes Prostitution et GPA figurent au mot d’ordre de l’appel à marcher de la LGP : « Droits des trans, PMA, IVG, GPA et prostitution : Nos corps, nos choix ! :». En tant que lesbiennes et féministes, nous nous élevons contre cet appel à la désolidarisation : il affecte durement le mouvement LGBT lyonnais.

      http://rebellyon.info/?Marche-des-fiertes-2014-Osez-la

  2. La connerie c’est de mener les deux revendications dans le même front. Dans la tête des esprits torturés, tendance amalgame en tout genre, ça résonne fort : marchandisation, trafic, instrumentalisation… Si vous souhaitez obtenir le consensus, ce qui n’est pas évident lorsque l’on aborde les thématiques de société, il vaudrait mieux vous concentrez sur un seul mot d’ordre.

  3. Je suis gay et j’ai honte de l’Inter LGBT.
    Un enfant ne s’achète pas, un ventre ne se loue pas, et la loi du mariage pour tous est une honte telle qu’elle est votée avec des extrémistes LGBT (socle juridique pour une égalité homme femme > un enfant a le droit de connaître sa mère et son père > il y a un référent masculin dans la PMA médicale). Deux Mamans ok avec un papa sur le papier, deux papas ok avec une maman sur le papier. > L’EGALITE des DROITS. « Un acte de naissance c’est la filiation » > c’est un homme et une femme !!
    L’ homoparentalité : c’est OUI. (co-parentalité)
    La haine et les extrémistes de l Inter LGBT : c’est NON.

  4. Le mot d’ordre de la marche des fiertés fait beaucoup de vagues !

    Dans les partis et associations de gauche ; soutenir un mot d’ordre qui met en avant la GPA et le droit à se prostituer peut faire débat en effet.

    Les écologistes défileront tout de même demain avec un mot d’ordre plus consensuel. Ce geste manifeste un fort soutient aux gays et lesbiennes à un moment où la droite la plus réactionnaire se fait entendre, tout en ne cautionnant pas la totalité du mot d’ordre. Cela semble un bon compromis.

    http://bruitdevert.fr/2014/06/marche-des-fiertes-2014-entre-fete-et-polemiques/

    • Vous avez tord c’est le même combat « mon corps, mon choix  » c’est le combat que chaque personne doit mener. Notre corps nous appartient. Moi j’y serais et je suis même en train de le préparer ce défilé, et je le revendiques haut et fort. Si vous pensez comme ses folles d’abolitionnistes qui disent que le corps ne se loue pas, alors ,que la france entière reste coucher parce ce que quoi que vous en pensiez votre patron vous paie un salaire pour se servir de vous et de vos capacités. L’exploitation elle est là

  5. « deux des pires produits des systèmes patriarcal et capitaliste »

    Comme si la prostitution résultait d’un système patriarcal…

    Osez faire taire ces gens qui mêlent tout et n’importe quoi afin de promouvoir leurs idées.
    Ca leur vient pas à l’esprit que au départ c’est un moyen de subsistance et de survie ?! Un échange et le plus basique qui soit.
    Faut absolument qu’ils mettent ça sur le dos du machisme , c’est de l’abrutissement à ce niveau.

    Fiertés , mon cul , dogmatisme oui !.

  6. La marche des fiertés LGBT de Nancy a adopté un mot d’ordre assez proche sur le fond de celui de la marche de Lyon : « Libres de disposer de notre corps et de notre genre : Bigots, machos, fachos, vous n’aurez pas notre peau ! » :
    http://www.marchelgbtlorraine.org

    Mais, pour maintenir un front uni large (dont Osez le féminisme 54), le Collectif LGBT de Lorraine n’a pas défini ce qu’il regroupait sous ce titre.

    Il n’en reste pas moins que certaines féministes essentialistes sont d’un redoutable cynisme en réclament « l’abolition de la prostitution » tout en « oubliant » que, pour les femmes transgenres pauvres ou rejetées par leurs parents, c’est la seule façon de ne pas devenir sdf ! Et qu’ici le vrai système prostitueur, c’est État français. En effet, en refusant le droit au changement d’état civil libre et gratuit comme en Argentine et au Danemark, les élus français ne laissent aucune alternative aux transgenres les plus fragiles socialement.

    Donc, au lieu de lutter en réalité contrer les prostituées, OLF devrait lutter avec nous pour le changement d’état civil libre et gratuit. Là est le vrai féminisme : s’en prendre aux conditions qui poussent au travail du sexe nombre de femmes qui préféreraient faire autre chose ! Et je le dis à mes amies OLF dont je trouve qu’elles mènent en général de meilleurs combats.

    Le mot d’ordre provocateur de Lyon aura donc eu le mérite d’ouvrir des débats nécessaires. Au sein du mouvement LGBT, mais aussi au sein du mouvement féministe.