Un pied dans la botte
Un blog transalpin lyonnais. Et pourquoi pas ? Audrey Chabal auteure du blog "Un pied dans la botte", s'intéresse à l'actualité de nos voisins italiens. Ciao ciao.
Blogs  Un pied dans la botte 

Les Bonnets rouges à l’italienne ont la fourche pour symbole

actualisé le 17/08/2016 à 08h50

Contre l’alourdissement de la fiscalité et le gouvernement de coalition, le mouvement des Forconi (les fourches) a battu le pavé de plusieurs villes italiennes, ce lundi 9 décembre. Jets de pierres contre tirs de lacrymo, les homologues des Bonnets rouges ne comptent pas rendre les armes. Rebelote ce mardi.    

Fourche_1

Dans les manifs, la fumée rouge des fumigènes cache quelques bonnets. Il fait froid à Turin. Cette ville du nord de l’Italie accueille Equitalia, le centre de recouvrement des impôts. Ici, aucun bonnet rouge, mais des capuches et des doudounes. Et des pierres, que les manifestants lancent contre le symbole de la fiscalité, l’objet de leur rage. Ce lundi 9 décembre, les Forconi (les fourches) ont bloqué la Botte. Des Pouilles au Piemont, ils ont scandé leurs revendications.

Contre l’alourdissement des taxes, contre le gouvernement de coalition de Enrico Letta et pour l’emploi. Finalement, ces Forconi ne sont pas bien différents de nos Bretons de Bonnets rouges. Parti de Sicile en 2012, le mouvement a pris la fourche de paysan pour symbole. Et pour cause, Mariano Ferro, un éleveur-agriculteur en est à l’origine. Ces Forconi craignaient de voir disparaître les petites exploitations en raison de l’augmentation des taxes. Ils ont été rapidement rejoint par des petits commerçants, des artisans, des chauffeurs de poids lourds.

 

Pas de casque… Pas de casque

Lundi c’est à Turin que les manifestations ont été les plus virulentes. Heurts, interpellations et blessés. Mais à Rome, selon il Fatto quotidiano, les cortèges ont été infiltrés par des extrémistes de Casa Pound, le mouvement néo-fasciste. Mais pour l’heure, pas de « marche sur Rome », comme le laissait croire la rumeur. Selon les organisateurs :

« Il va falloir faire monter l’adrénaline des italiens avant la grande manifestation dans la capitale. »

La polémique était centrée ce mardi sur un détail : des policiers sans casque aux abords des manifestations. A l’origine, Beppe Grillo, le comique dirigeant du Mouvement 5 étoiles qui dans une lettre adressée aux forces de l’ordre, leur demande d’enlever leur casque en signe de solidarité avec les citoyens.

A Turin et Gènes, des policiers ont en effet été vus sans casque aux manifestations. Pour la préfecture de Turin, il ne s’agit en aucun cas d’une marque d’approbation envers les revendications des manifestants, mais d’une habitude : baisse des risques = on ôte le casque. En somme, l’absence de casque chez certains membres des forces de l’ordre ne signifierait rien de plus. Les Forconi n’attendent qu’une chose : voire tomber le gouvernement.

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Audrey Chabal
Audrey Chabal
Auteure du blog "Un pied dans la botte", je m'intéresse à l'actualité de nos voisins italiens. Ciao ciao.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 466 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 428 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 668 visites. 2 commentaires.