Société 

Grand Lyon : la baisse du prix de l’eau reste limitée

actualisé le 29/04/2015 à 11h22

Le prix de l’eau dans le Grand Lyon va baisser. A compter du 1er juillet 2013, les Grands Lyonnais économiseront 11,9 euros par an (sur une facture moyenne d’environ 200 euros). Cette baisse vient rappeler le déséquilibre du contrat actuel principalement passé avec Veolia, responsable du prix élevé de l’eau de l’agglomération.

Ce jeudi, le conseil communautaire a approuvé une diminution du prix de l’eau dans le Grand Lyon. Dès le 1er juillet 2013, la facture annuelle moyenne des habitants de l’agglo baissera de 5,4 % (pour 120 m3 par an pour un logement individuel). La facture annuelle moyenne passera ainsi de 221 à 209 euros. C’est le résultat de la révision du contrat sur la gestion de l’eau qui a lieu tous les 5 ans entre la communauté urbaine et ses deux délégataires : Veolia et la Lyonnaise des eaux (groupe Suez Environnement).

Gérée par ces deux délégataires depuis près de 30 ans, l’eau du grand Lyon demeure l’une des plus chères de France. En cause notamment, le contrat initial jugé déséquilibré par tous et le prix de l’abonnement qui représente aujourd’hui 34 % de la facture annuelle moyenne.

En 2008, le prix du mètre cube d’eau avait diminué de 15 % aux termes d’une révision qui avait nécessité un arbitrage par deux commissions tripartites. Cette année, les négociations, qui portaient sur le montant de l’abonnement – il passe de 75 à 63 euros – semblent s’être déroulées dans un climat plus apaisé.

Refusant le passage en régie, le président (PS) du Grand Lyon, Gérard Collomb, s’était engagé à faire « significativement baisser » le prix de l’eau, tout en restant dans le cadre d’une gestion déléguée au privé. D’abord avec cette révision quinquennale et surtout avec un nouveau contrat de délégation de service public, à partir de 2015.

 

« Un coup d’épée dans l’eau »

Les « résultats positifs » mis en avant par l’exécutif de la communauté urbaine ne sont pas interprétés de la même manière par tous. Europe Ecologie/Les Verts (EELV) ont une nouvelle fois montré leur différence. Pour Paul Coste, porte-parole du groupe, l’effort entrepris pour abaisser le prix de l’abonnement n’a pas été suffisant :

« Le résultat de cette négociation fait l’effet d’un coup d’épée dans l’eau puisque la grande victoire du Grand Lyon est d’arriver à faire appliquer le seuil maximum prévu par l’arrêté de 2007 à savoir limiter la part fixe (l’abonnement) à 30 % de la facture moyenne de 120 mètres cubes ».

Concernant l’avantage qui résulte de cette baisse pour les Grands Lyonnais, Paul Coste tient également à tempérer la satisfaction de l’exécutif :

« Cette réduction ne s’appliquera qu’aux personnes qui sont abonnées en direct, soit seulement 45 % des logements du Grand Lyon. Donc en attendant la nouvelle délégation de service public, cette réduction quasiment symbolique est bonne à prendre mais on aurait pu mieux faire ».

Gérard Collomb avait malgré tout annoncé sa volonté de voir passer la part de l’abonnement de 34 à 25 % d’ici à 2015. On est encore loin du compte. Yves Fournel pour la Gauche alternative (GAEC), dresse également un constat en demi-tente :

« On peut estimer que le verre est à moitié plein ou à moitié vide par rapport à l’objectif fixé pour 2015 à 25 %. On constate une nouvelle fois la difficulté à renégocier avec ces entreprises à partir d’un contrat léonin à sens unique ».

Pour voire le prix de l’eau baisser plus significativement, il faudra bien attendre 2015 et la signature d’un nouveau contrat d’affermage.

Partager cet article