Actualité 

Mariage et adoption par les couples gay : Kabtane et l'extrême-droite manifesteront-ils ensemble?

« Rassemblement citoyen » contre « marche solidaire ». Ce jeudi soir à Lyon, les partisans du mariage et de l’adoption pour tous offriront du Beaujolais nouveau aux passants pour faire entendre leurs arguments, tandis qu’une « marche solidaire » est organisée ce samedi contre les projets de loi relatifs aux couples gays. Les premiers dénoncent une récupération politique par l’extrême-droite de cette manifestation du week-end où plusieurs milliers de personnes sont attendues.

Le recteur de la mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, une grande partie des identitaires et des membres du Front national se rejoignent sur la question : aucun ne veut du mariage gay en France, et encore moins que ces couples puissent adopter. C’est pourquoi ils devraient se retrouver dans le même cortège ce samedi à Lyon, au milieu d’une foule de personnes qui ne seront évidemment pas toutes nécessairement affiliées à des associations, partis politiques ou groupes religieux.

Dans un communiqué commun, le collectif de Vigilance contre l’extrême-droite, la Lesbian and Gay pride de Lyon ainsi que le collectif Lesbien de Lyon voudraient « avertir les Lyonnais ». Et envoient un message tout particulier à Kamel Kabtane :

« De nombreuses personnes seront dupées : ainsi le recteur de la mosquée de Lyon, qui a annoncé sa présence à cette manifestation, défilera aux côtés de celles et ceux qui souhaitent la disparition de l’islam de France, dégradent ses lieux de culte et agressent ses fidèles. »

Sur un site d’information locale, un internaute s’insurge de ce que la presse ne s’attarde que sur la présence du FN, des jeunes nationalistes ou encore des identitaires, exprimant le fait qu’il n’appartient à aucun de ces groupes. Des chiffres ont été lancés, annonçant entre 3000 et 10000 personnes samedi au départ de la place Bellecour. En face, les associations LGBT et les collectifs organisateurs de l’événement de ce jeudi soir (déclinés dans plusieurs villes en France) assurent ne pas avoir lancé d’appel à contre-manifester samedi.

« Il peut y avoir des initiatives individuelles, mais elles ne viendront pas de nous », garantit Stéphanie Brunet, du collectif Lesbien de Lyon.

Au nombre de 27, les signataires (parmi lesquels on compte la Ligue des droits de l’Homme, SOS Racisme, la FSU, et plusieurs partis dont Europe Ecologie Les Verts, la Gauche unitaire…) se contenteront du jeudi, et ouvriront leur rassemblement par un kiss-in, suivi de prises de parole.

Le kiss-in place Saint-Jean à Lyon, en 2010

Partager cet article