Appartement 16
  • 14:23
  • 16 janvier 2012
  • par Rue89Lyon

Tribune « pour Wissam », décédé à la suite d’une interpellation policière

530 visites | 26 commentaires

Par Ramzi Laroussi, étudiant en journalisme Clermontois

 

Tribune / Samedi, environ 2000 personnes ont défilé pour Wissam, chauffeur routier de Clermont-Ferrand de 30 ans, décédé à la suite de son interpellation par la police, dans la nuit du 31 décembre. Une information judiciaire pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique » a été ouverte. Ramzi, étudiant journaliste clermontois, prend la plume.

 


Crédit photo : Maxppp

 

J’ai entrepris de rédiger ce billet alors que je m’étais promis de ne pas le faire, de ne pas devenir cet étudiant en journalisme qui, « issu de l’immigration mais lettré», deviendrait le porte parole opportuniste des quartiers de Clermont et de leur révolte. Dans les milieux peu habitués au métissage que je côtoie désormais, de nombreuses personnes depuis quelques jours me posent des questions par rafale sur Croix de Neyrat, les Vergnes, Champratel, La Plaine et la Gauthière… Ces gens, des Clermontois eux aussi, découvraient dans le quotidien régional la Montagne, les noms de ces « quartiers nord » où ils n’ont jamais posé le pied.

 

Je me suis refusé de jouer le jeu des stéréotypes et des clichés. Mais finalement, ce soir, le bourdonnement menaçant des hélicoptères de la police dans les oreilles, et la lumière des gyrophares dans les yeux, j’ai besoin d’exprimer, moi aussi, ma peine, ma colère et la peur de ce que devient notre pays à tous.
« Ces heurts sont le résultat inévitable d’un malaise bien plus ancien et ancré dans les banlieues. »

 

Cette phrase recèle sûrement sa part de vérité, mais cette allégation pré-fabriquée arrivée ce matin à mes oreilles ne suffit pas à expliquer et encore moins à justifier le drame qu’a connu ces derniers jours la ville de Clermont-Ferrand. Cette ville dans laquelle je suis né et j’ai grandi n’a ces dernières décennies connu que peu de violences urbaines. Elle est restée relativement épargnée, même en 2005 quand à l’étranger les journalistes parlaient d’une « guerre civile » française. Malheureusement, nos quartiers populaires sont, comme les autres, marqués par le chômage, la promiscuité et la précarisation propres à toutes les zones urbaines sensibles de France. Il n’y a tristement rien de neuf dans ce constat. Mais aujourd’hui les quartiers nord de Clermont brûlent comme jamais ils ne s’étaient embrasés auparavant.

 

Monsieur, vous qui, plein de bonne volonté, n’avancez que ce malaise « classique » pour expliquer cet embrasement, vous avez tort. Ces nuits ardentes sont bel et bien la réaction consciente à un fait précis et extrêmement violent, la mort de Wissam El-Yamni. S’il y a un malaise, et le mot est faible, c’est bien celui-ci. Nous qui avons connu Wissam, de près ou de loin, espérons voir les événements clarifiés par la justice, mais le flou subsiste. Admettons qu’il fût alcoolisé, « excité » et non coopératif, les forces de l’ordre ne sont-elles pas formées pour appréhender un individu contre sa volonté, tout « excité » soit-il ? Je tempère ce sang qui bout en moi, canalise mes pensées pour ne laisser glisser entre mes doigts que les seuls mots que ma raison revendique et que mon coeur alimente.

 

Comme une voiture qui brûle

 

Ce que je ressens aujourd’hui moi, 28 ans, fils d’immigrés maghrébins, Clermontois et sans histoire, c’est ce que ressentent ces jeunes qui brûlent de colère ces nuits dernières. Ce qui traverse nos corps aujourd’hui c’est tout simplement la peur. C’est ce tabou que vous n’entendrez jamais dans un quartier et que je ne me serais pas aventuré à confesser ailleurs que dans cette tribune. C’est ce sentiment que nous découvrons. Wissam, c’est moi. Wissam, c’est nous. Ce n’est pas faire de lui un martyr que de dire cela. Son comportement n’a peut-être pas été exemplaire, mais même le pire des meurtriers (qu’il n’était pas) mérite en tant qu’homme des égards qui sembleraient avoir été omis lors de son interpellation. S’il s’avérait que lui, trentenaire, travailleur et marié ait pu être ainsi la cible d’une pareille atrocité, alors cela signifierait que moi aussi en me trouvant au mauvais endroit, au mauvais moment, je risquerais de subir les mêmes sévices ! Nous nous sommes tous, à tort, accommodés des provocations, du mépris et des contrôles d’identité à répétition de la police de plus en plus répressive. Mais cette semaine un homme est mort, et ici à Clermont, la prise de conscience est soudaine… Devons-nous nous méfier des représentants de notre État ? Je ne le souhaite sincèrement pas le moins du monde, mais sans changement, la population finira par craindre la police censée la protéger. Pour que se produise en Auvergne un pareil drame, il a fallu que quelque chose cesse de fonctionner à un moment ou à un autre.

 

Messieurs les dirigeants, voyez contre qui se dirige la plainte de la famille El Yamni. Circulaires, directives, dérapages verbaux, expulsions, stigmatisations… Parmi nos ministres de l’intérieur, certains n’ont eu de cesse d’élever le seuil de tolérance à l’inacceptable, rendant ainsi légitimes les idées les plus noires de nombreuses personnes. Ces policiers ne sont que des hommes et bénéficient de la présomption d’innocence. Mais la bavure présumée ayant coûté la vie à Wissam ne pourrait-elle pas être la conséquence de cette tendance ? Je laisse à chacun le soin de se poser la question, mais pour ma part très clairement, Messieurs les dirigeants, vous êtes en partie responsables de la perte d’un de nos concitoyens, d’un de nos amis, d’un de nos frères. La comparution immédiate des présumés brûleurs de voitures opposée à la laborieuse suspension des policiers impliqués, alimente le feu des révoltés.

 

Si je prends la parole c’est pour que plus jamais nous ne puissions déplorer que la seule voix de la jeunesse soit celle de la violence et la cendre.
Repose en paix Wissam…

 

A lire aussi :

 

2000 manifestants réclament « justice pour Wissam » à Clermont-Ferrand

 

 


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

26 Commentaires postés

  1. Rassemblement pour Wissam à Lyon, mardi 17 janvier à 19h place du Pont (69007)

  2. Rien à ajouter, tout est dit et les sentiments sont partagés.

  3. Je ne dirais pas mieux, bravo à ce futur journaliste qui a su mettre sur papier le sentiment de toute une "minorité".
    Je me retrouve dans ce que vous dites "Je me suis refusé de jouer le jeu des stéréotypes et des clichés", Mais dans de telles circonstances… Je me suis fais également des enemis au bureau, en disant haut ce que nous pensons bas habituellement,
    Merci encore pour cet article, enrichissant, nourrissant, et criant de vérité.
    En espèrant qu'il obtienne l'écho qu'il mérite,

  4. Le texte d'appel pour le rassemblement de mardi est dispo ici :
    https://rebellyon.info/L-Etat-assassine-Rassemble

  5. nos morts depuis plus de 40 ans n'ont jamais eu de justice dans se pays dit des droits de l'homme, de l’égalité, de la fraternité, nous ne sommes pas protéger par la police, les juges , la justice en finalité..nous avons tous perdu un ami , un frère, un voisin, un cousin, une connaissance , sans avoir eu droit a la vérité que nous connaissons tous évidement, descendants de colonisés, la France continue a nous manquer de respect , a nous humilier , sans états d’âmes , sans excuses de la part de nos élites , nos bourreau nous les plaçons nous mêmes grâce a nos bulletins de votes..wissam a etait sauvagement tuer , qui sont les barbares? qui sont la racailles ?je pense qu'il est temps a vrai dire , de nous unir et de faire comprendre a ces gens qui se protègent entre eux et qui salissent via les médias notre dignités , celle de nos parents, mais aussi celle de nos enfants. je suis une mère en colère , d'avoir trop vu l'horreur dans un pays soit disant civiliser , la France des lumières , nous a imposer l'obscurité , économiquement, socialement, institutionnellement , ils poussent nos enfants a la révolte, pour justifier leurs propagande politique . cela suffit ya lrab!

  6. bravo ramzi !!!!…quel soulagement en lisant ton texte ….enfin 1 journaliste qui a tous compris!! et qui ne craint pas de dire tout haut ce que d'autre pense tout bas …… une lecture tout simplement poignante, parfois émouvante, ou la réalité nous ai projeté en pleine figure avec beaucoup de calme et une tel lucidité…..le paragraphe "comme une voiture qui brûle" résume parfaitement l'évidence que wissam peut etre n'importe lequelle d'entre nous ….pour conclure encore bravo !!!!

  7. Beaucoup de sous-entendus dans cet article, mais un seul fait, la mort accidentelle de cet homme.

    "des égards qui sembleraient avoir été omis lors de son interpellation"
    Lesquels ?

    "je risquerais de subir les mêmes sévices"
    Lesquels ?

    "Mais la bavure présumée"
    Présumée sur la base de quoi ?

    "La bavure présumée [...] ne pourrait-elle pas être la conséquence de cette tendance ?"
    Ou pas.

    • Présumé sur la base de multiples témoignages! et tous n'étaient pas basané si cela peut vous rassurer!

    • Mon pauvre monsieur Didot, vous essayez de prendre le ton et les postures d'un procureur, mais il vous manque l'honnêteté intellectuelle pour exercer ce mandat. Si vous érigez "la mort accidentelle" de Wissam au rang de faits, alors là il s'agit de malhonnêteté "tout court". La technique du pliage utilisée pour écraser un peu plus ce jeune homme est à l'origine de sa mort et ça doit sans doute vous faire de la peine, mais il n'est pas mort d'overdose ou par l'abus d'alcool…référez-vous à ce que l'on sait de l'autopsie désormais ! Pour excuser vos copains les cogneurs et les sceptiques à sens unique qui voteront bientôt pour des idéologies d'un autre âge …il vous faudra trouver autre chose !

  8. BRAVO
    certains de tes confrères et consoeurs devraient prendre exemple !!!

    • ?!! merci amélie de favoriser la catégorisation sociale en signifiant que toi et moi ou ramzi ne sommes pas confrères(soeurs) !! nous n'avons pas besoin de ton avis pr avancer car ça fait des années que nous sommes à ton niveau tu sais, si ce n'est bcp plus haut !!!
      inutile de féliciter une personne si c'est pour dévaloriser et stigmatiser le groupe qu'elle est censée "représenter"

  9. "bavure présumée" sur la base du certificat de décès je présume, et sur le fait qu'un homme ait trouvé la mort qu'il était sous l'autorité policière…
    Didot a l'air d'ignborer les détails de l'affaire…

    "Les mêmes sévices" : " Il est apparu que Wissam avait des côtes cassées, le rocher orbital fracturé ainsi que des lésions au niveau du cou" FranceSoir.fr

    "Des égards omis" : hmmm le droit de vivre peut-être, ou celui d'être interpelé à hauteur de l'infraction commise (un jet de caillou rapelons-le)… sans prendre la peinr de citer la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen…

  10. justice pour wissam! …police assassin!!! ..ou en ai le jugement de ces 2barbares?? ..toi tu tue un flic tu va direct en prison en attendant ton jugement qui passe dans 1ans et apres tu prend 20ans!!! eux ils tue un jeune ont les mets en congés…. police partout justice nullepart .

  11. Merci pour cet article! Quelle tristesse de voir un ami avec laquel on a grandi partir trop tôt dans ces circonstances là!! La police n'a t-elle pas le devoir d'interpeller une personne en veillant à son intégrité physique ? Quelle belle image de la force publique!
    Wissam paix à ton âme!

  12. Non merci… vu les soutiens de ce malheureux, je ne veux lui rendre aucun hommage.

  13. On oublie quand meme qu'il y a eu un guet appens contre la police!!! Après ca n'excuse en rien cette interpellation même si les policiers n'ont fait qu'appliquer les manip apprises à l'école…. Attendons donc les résultats de l'autopsie car avec le cocktail molotof qu'il avait dans le corps et il possible également qu'il est fait une crise cardiaque et que les coups reçus durant son interpellation ne sont pas les causes de son décès.
    Et moi j'ai une question à poser : S'il s'était appelé Robert, Michel ou Jean il y aurait eu toutes ses voitures et poubelles incendiées??? Il y aurai eu toutes ses marches ??? Malheureusement je ne pense pas….

    • À mon avis @dubitatif tu te trompes de questions… Est-ce que s’il s’appelait robert il serait aujourd’hui mort ?

      Et pour répondre à ta question je pense que si robert, jeune de quartier était mort d’avoir jeté un caillou alors oui autant de voitures auraient brûlées. Mais j’espère que jamais aucun exemple ne me donnera raison

    • LES FLIC NE BATTENT PAS A MORT DES MECS QUI ONT LA TETE D UN BERNARD D UN LUC OU D UN JEAN DE PLUS FRACTURE AU CRANE COTES ET JEAN PASSE ILS VOUS EN EDUCé comme des chien regardez moi ca un homme se fait lincher coma trace sur tous le corps et c est encore et toujours votre haine ki parle tous ce ke vous connaissez c est ce k ils vous en imprimez dans votre tete et ce depuis toujours

  14. oui c malheureux ce qui est arrivé mais pourquoi bruler les voitures des petits ouvriers qui galere tous les mois et de plus des voisins. comme d'hab c'est toujours les ptits qui paye les pots cassés

  15. Bravo Ramzy ! Ton texte est vraiment bien écrit. Tu as vraiment un don et j'espère que tu te feras aussi connaitre pour d'autres faits d'actualités moins dramatiques.
    Ce drame m'a bcp touchée et pourtant j'hésite à en parler autour de moi parce que la conversation dérappe trop facilement. Je suis outrée par certains commentaires 'il n'avait qu'à pas jeter des cailloux sur les flics '. Un simple caillou mérite un tel usage de la violence pdt l'interpellation ? Pt être n'avaient ils pas l'intention de lui donner la mort, mais néanmoins le gaz ds la voiture, n'est ce pas un peu trop facil? Des témoignages semblent dire que Wissam s'est blessé seul… Au point de se casser les cotes et se fracturer le crâne ??? Wissam a dérappé si vraiment il a jeté ses cailloux. Mais les policiers aussi et pas qu'un peu…
    La police devrait nous apporter un sentiment de sécurité mais ça n'est pas le cas. Ils donnent plus svt l'impression de jouer les cowboys ou de terroriser les jeunes. Et malheureusement pour les officiers qui sont vraiment bons et bienveillants, la plupart de leurs collègues les font passer pr des cowboys. Oui parce qu'on a malheureusement tendance à mettre tt le monde ds le même sac ! Au lieu de multiplier les contrôles ds les quartiers dits chauds, pourquoi ne pas organiser des rencontres plutôt ? Ou les gens mécontents,inquiets, effrayés pourraient faire part de leur sentiment aux policiers. Et les policiers auraient eux l'occasion d'apprendre que ces personnes sont des pères, des frères, des fils. Un échange pourrait se faire et bien que ça risque d'être longs, les clichés pourraient ainsi s'atténuer…
    À ceux qui font brûler les voitures, pour vous, ce n'est que matériel et vs vs dites que vs ne faites de mal à personne. Mais vs le faites à ces ouvriers qui n'ont que ça pour aller bosser tous les jours. Et ma crainte, c'est que sans le vouloir vous aller finir par blesser qlq un et là vous passerez pour des assassins alors que vous ne visiez personne. Prenez vos ordinateurs, créez des blogs, envoyez vos pensées, cherchez des moyens de communiquer plutôt. C'est plus longs certes, mais l'aboutissement sera tellement meilleur !
    Enfin j'espère que la famille de Wissam parviendra à faire son deuil. Paix à ton âme Wissam…

  16. Le rassemblement à été dispersé par le gaz … et peut etre avec quelque coup …. https://rebellyon.info/La-police-charge-le-rassem

  17. Le pire "Dubitatif", c'est sans doute, que tu es sympa dans la vie de tous les jours…mais par ta réaction tu soulignes le bien fondé de l'excellent article qui nous est donné à lire. Je ne crois pas que tu sois con…mais tu écris…et dis …des conneries. Tu portes la parole du bistrot : " ya pas de fumée sans feu ! C'était un guet-apens ! Du moment qu'il s'appelle Wissam, les quartiers brûlent !" Ta France à toi, c'est un pays où on regarde de l'autre côté de la rue quand il y a un problème, où l'on ferme ses volets quand des gens assassinent etc…etc…etc…" Ce pays là j'en veux plus ! Après 5 années d'assommoir politique, j'espère bien qu'il va se réveiller avant le 6 mai. Je suis Français né en Algérie, Wissam qui est mort il y a quelques jours et que je ne connaissais pas personnellement, était un frère, tout autant qu'un Robert ou qu'un Bernard ! Je réclame justice éclatante, rapide et édifiante pour notre frère Wissam !

  18. Rétrolien : Mort de Wissam à Clermont-Ferrand : un policier mis en examen pour "coups mortels" | Rue89Lyon