Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Derrière l’agression raciste à Lyon, un ex-cadre de Génération identitaire 

Condamné mardi 19 décembre à un an de prison, dont six mois ferme, pour une agression raciste à la sortie d’une boîte de nuit, Marc B. est plus connu sous son pseudonyme militant : Marc Verdier. Loin d’être un loup solitaire, Rue89Lyon révèle qu’il était un cadre parisien de feu Génération Identitaire. Il fréquente aujourd’hui les Remparts de Lyon.

,
Édition abonnés
Derrière l’agression raciste à Lyon, un ex-cadre de Génération identitaire 

Dimanche 17 décembre à l’aube, Elias et Mohamed (prénoms modifiés), tous deux d’origine maghrébine, sortent de boîte de nuit dans le Vieux-Lyon, sur les coups de 7 h 30 du matin. Soudainement, “une pluie de coups sortie de nulle part” s’abat sur eux, selon Mohamed, qui raconte avoir été “sonné”, sans comprendre ce qui lui arrivait.
Un groupe d’une dizaine d’hommes mettent les deux fêtards au sol et les passent à tabac, aux cris de « sale bâtard, sale bougnoule, sale arabe », “mort aux arabes” et “musulmans dehors”, avant d’être mis en déroute par les vigiles d’une boîte de nuit voisine. Évacué par les pompiers, Elias reçoit une semaine d’ITT : il a le nez fracturé. Mohamed s’en sort un peu mieux, avec “seulement” deux jours d’ITT.
Parmi les agresseurs, un seul est interpellé, un certain Marc B., et ce malgré la présence de plusieurs caméras de vidéosurveillance ayant filmé la scène. En comparution immédiate, mardi 19 décembre, celui-ci a exprimé des remords, niant les insultes racistes ainsi que tout lien avec des groupuscules d’extrême-droite. Pourtant, l’homme est loin d’être un fêtard qui aurait dérapé : c’est un militant identitaire très actif.
>

La rédaction a besoin de votre soutien pour continuer d’enquêter sur les exactions et les connexions de l’extrême droite à Lyon.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Depuis 2012, Rue89Lyon mène un travail de fond sur l’extrême droite, plus qu’aucun autre média local. Révéler leurs actions violentes, documenter les connexions entre groupuscules et partis d’extrême droite, suivre leurs procès, analyser les raisons de leur forte présence à Lyon… plutôt que de relayer les actions de propagande ou la communication de l’extrême droite, nous avons choisi d’enquêter.

Sans nous, vous n’auriez pas su qu’une association catholique abritait entre ses murs le violent groupuscule Lyon Populaire. Vous n’auriez pas su, non plus, qu’un homme condamné pour violences racistes en décembre 2023 à Lyon était en réalité un cadre d’une association identitaire dissoute.

Grâce à notre suivi régulier, nous publions aussi de régulières analyses, permettant à nos lecteurs et lectrices d’avoir les clés de compréhensions nécessaires sur ces mouvements d’extrême droite.

Tout cela nous demande du temps et des moyens, et vous pouvez nous aider en vous abonnant à Rue89Lyon. Pour continuer ce travail, tous les abonnements comptent. Ils viennent financer directement un journalisme engagé et documenté sur l’extrême droite lyonnaise.

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Lyon. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Extrême-droite

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

Partager
Plus d'options