Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Zone d’Expression Prioritaire (ZEP) : l’éducation aux médias pour que les jeunes se racontent
Éducation aux médias
Les journalistes de Rue89Lyon interviennent dans les structures collectives (collèges, lycées, MJC, associations de quartier et parascolaires, etc.) pour parler des médias à l'heure de la révolution numérique. Comment maîtriser le flux d'infos continu, quelle utilisation des réseaux sociaux adopter et quel rôle va désormais jouer la presse ?
Éducation aux médias 

Zone d’Expression Prioritaire (ZEP) : l’éducation aux médias pour que les jeunes se racontent

par Marie Allenou.
Publié le 11 juin 2022.
Imprimé le 30 juin 2022 à 00:52
Aucun commentaire pour l'instant.

Créée en 2012 par deux journalistes, la Zone d’Expression Prioritaire (ZEP) veut faire de l’éducation aux médias différemment. Elle accompagne des jeunes de tous horizons pour leur donner une place dans l’espace médiatique, par l’écriture de leur propre témoignage. Pour deux ateliers, notre journaliste a collaboré avec la ZEP, et vous raconte cette expérience de l’intérieur.

À la Zone d’expression prioritaire (ZEP), pas question d’être des journalistes « missionnaires », venus délivrer une leçon. Pas question non plus de réhabiliter le journalisme aux yeux de jeunes qui s’informeraient mal. Ce média, qui est aussi une association, veut mettre des journalistes au service de jeunes, pour leur permettre d’écrire un témoignage.

Lycéens, étudiants, jeunes travailleurs, détenus et autres profils divers et variés se voient donner l’opportunité de se raconter eux-mêmes, par écrit ou dans des podcasts. Aiguillés par des journalistes, ils choisissent une expérience de vie, puis le mettent en texte ou en voix. Avec pour finalité que leur témoignage apporte un éclairage sur la société ou raconte une histoire unique et significative.

Par des jeux, des discussions en groupe, et des retours critiques sur leurs productions, le journaliste participe à l’émergence de ce témoignage qui pourra ensuite être publié sur le site de la ZEP, dans un livre, ou dans un média partenaire (Konbini, Libération, le Huff Post, Ouest France, Urbania…)

Pédagogie et adaptabilité : le nécessaire pour encadrer un atelier de la ZEP

Dans mon passé – pas si lointain – de journaliste pigiste, j’ai animé pour la ZEP deux ateliers à Lyon et Villeurbanne, en mars et avril 2022. L’association-média, basée à Paris, s’appuie sur un réseau de journalistes indépendants pour assurer des ateliers partout en France.

Il s’agissait de ma première expérience d’éducation aux médias. Enfin, pas vraiment. Il y a quelques années, en école de journalisme, j’avais participé à une matinée d’échange avec les élèves d’un lycée. Le directeur de notre école (qui n’était pas journaliste) avait aussi improvisé un cours sur les médias, agrémenté d’un powerpoint, devant la classe des lycéens, autour des fake news et du travail des journalistes.

Pas grand chose à voir donc avec ce que propose la ZEP. J’encadrais deux publics très différents : une classe de lycéens – la sonnerie à 8h le vendredi matin ne m’avait d’ailleurs pas manquée – et un atelier du soir dans un foyer de jeunes travailleurs.

Avant les ateliers, Julie, la rédactrice en chef de la ZEP m’a briefée par téléphone, puis je suis aussi allée assister à un atelier à Paris. Plutôt confiante, je comptais bien suivre le chemin de fer prévu pour les cinq séances, avec des idées de jeux et les étapes à suivre pour l’écriture des témoignages. En réalité, le chemin de fer n’est qu’une béquille : faire écrire des témoignages à des jeunes qui n’en ont pas l’habitude demande beaucoup d’improvisation et d’adaptabilité.

À travers les trajectoires personnelles des jeunes, trouver des sujets de société

La première étape est de faire adhérer les jeunes à la démarche pour qu’ils acceptent de se prêter au jeu de l’écriture. Il faut expliquer que la ZEP veut donner la parole à ceux qui ne l’ont pas dans les médias et les convaincre qu’ils ont des expériences importantes à raconter. Surtout il faut expliquer que nous n’allons pas juger leur façon d’écrire, car pour certains l’écriture est une forme de complexe.

Ensuite, il me fallait animer une discussion de groupe. Autour de thèmes assez larges (logement, école, famille…), l’objectif est d’identifier les sujets qui concernent le groupe de jeunes en question. Pour certains, il s’est avéré difficile de parler de soi devant le groupe.

Il m’a fallu ensuite passer vers eux un par un pour permettre à chacun de trouver un récit à livrer. C’est là que la journaliste reprend le dessus. Par un travail d’interview je devais trouver pour chaque personne un sujet à creuser.

Du côté des lycéens, cela s’est révélé facile. Dans un cadre qui restait assez strict (leur cours de français), ils ont apprécié un moment plus décalé fait de jeux d’écriture et d’encadrement personnel avec un ou une journaliste. Le plus dur a été de les faire développer leurs témoignages.

À 15 ans, les adolescents n’ont pas l’habitude d’écrire des descriptions détaillées ou de parler de leurs émotions. Au final, avec un autre journaliste, nous avons pu réunir une dizaine de témoignages susceptibles d’être publiés sur le site de la ZEP ou chez les médias partenaires. Les sujets abordés tournaient majoritairement autour des jeux vidéos, des loisirs, de l’école ou du rapport avec leur famille.

ZEP éducation aux médias
Page d’accueil du site internet de la ZEP, le 1er juin 2022.

L’éducation aux médias à la ZEP, un exercice parfois périlleux

Quant à l’atelier en foyer de jeunes travailleurs, c’était une autre paire de manche. L’atelier a du être arrêté au bout de trois séances car un seul jeune était partant pour écrire son témoignage. C’était une première pour la ZEP qui n’avait jamais rencontré ce cas de figure.

Peut-être était-ce mon inexpérience, le cadre peu propice (un atelier du soir non obligatoire, sans inscription), ou le fait que l’atelier tombait en plein ramadan, mais il a été difficile de faire revenir les jeunes de séance en séance.

Passée la rigolade des premiers jeux et les premières discussions animées, se livrer par écrit est devenue une marche difficile à franchir pour plusieurs d’entre eux et elles. D’autant plus que les foyers de jeunes travailleurs accueillent souvent des jeunes au parcours de vie cabossé. Malgré les conseils de la rédaction de la ZEP, j’ai eu du mal à trouver le juste équilibre entre les moments « scolaires » (c’est quoi écrire un article ?), les moments ludiques et la place laissée aux récits personnels.

>> Lire la suite sur notre plateforme dédiée à l’éducation aux médias

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Marie Allenou
Journaliste à Rue89Lyon

En BREF

Piqûres dans les salles de concert à Lyon : « Notre priorité est la prise en charge des victimes »

par Marie Allenou. 306 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dématérialisation des demandes de titres de séjour à Lyon : « Une reconnaissance de la défaillance de l’État »

par Marie Allenou. 418 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, un rassemblement contre les violences d’extrême droite ce mercredi soir

par Rue89Lyon. 237 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×