Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Trail Lyon : pourquoi les Pentes de la Croix-Rousse grouillent-elles de coureurs ?
La ville comme terrain de jeu 

Trail Lyon : pourquoi les Pentes de la Croix-Rousse grouillent-elles de coureurs ?

par Arthur Russias.
Publié le 22 mai 2022.
Imprimé le 30 juin 2022 à 01:11
1 121 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Lyon, avec ses 2 collines et ses nombreux escaliers, est le terrain de jeu idéal pour les trail urbain. Connectés à l’application de running Strava, les coureurs apprécient de se défier en ligne sur des courtes portions de la ville. Vous comprendrez pourquoi les escaliers de votre quartier grouillent de coureurs, chaque soir.

Vous montez tranquillement des escaliers des Pentes de la Croix-Rousse et vous vous faites doubler par des dizaines de joggeurs. C’est tellement courant que vous n’y prêtez sûrement plus attention. Difficile alors de s’imaginer que ces derniers partagent leurs traces GPS sur l’application de running Strava.

Strava : l’application indispensable du traileur urbain

La grande majorité des traileurs dispose aujourd’hui d’un compte Strava. Pour preuve, la France compte plus de 3 millions d’utilisateurs. Cette application de running permet à la fois d’enregistrer ses courses mais aussi d’entretenir ses relations par le biais de nombreuses interactions avec d’autres coureurs, à la manière d’un réseau social. Il est notamment possible de comparer ses temps sur des segments (courtes portions d’un itinéraire) de la ville avec l’ensemble des utilisateurs qui sont passés par là. Un autre moyen de découvrir certains coins de Lyon.

Devenir le « King of Mountain » (KOM) sur une pente de Lyon

Pour les traileurs les plus engagés et en recherche de confrontation sur l’application, le graal est l’obtention d’un KOM (King of Mountain). Il s’agit d’être à la première place du classement sur une portion d’un itinéraire, de plusieurs mètres à plusieurs kilomètres.

Les portions les plus prisées sont généralement situées dans des pentes très raides. En l’occurrence, Lyon est un terrain de jeu intéressant pour les férus d’urban trail car elle recèle de multiples segments (voir encadré) dans ses côtes.

« Je me sers beaucoup des KOM sur Strava pour pouvoir me situer par rapport aux participants du Lyon Urban Trail. Je prépare cette course tous les ans et je cherche à améliorer mes temps, c’est donc très utile car on peut se rendre compte des allures qu’il faut avoir dans certaines pentes pour gagner des places. Sinon, je n’y prête pas trop attention. »

Kilian, en haut de la montée Soulary (Croix Rousse)

Toutefois, décrocher un KOM est réservé à une petite élite de coureurs. C’est pourquoi Strava cherche dorénavant à développer son application vers le dépassement de soi. Le titre de « Local Legends » a notamment fait son apparition en 2020.

L’objectif de ce titre n’est plus d’être le plus rapide sur un segment donné mais d’être le plus régulier. Ainsi, l’entreprise américaine va récompenser le coureur qui aura cumulé le plus d’efforts sur une portion de la ville sur une période de 90 jours. D’autant plus que les KOM semblent davantage séduire les cyclistes.

« Je ne suis pas convaincu que les coureurs chassent tellement le Kom. C’est beaucoup plus le cas en vélo. »

Arthur Baldur, Fondateur-Président de Lyon Ultra Run

Trail à Lyon : les spots les plus fréquentées sur Strava

Certains segments de l’application comptabilisent jusqu’à plusieurs milliers de coureurs enregistrés. Voilà un aperçu des pentes les plus empruntées par les traileurs lyonnais où les KOM sont particulièrement difficiles à faire tomber.

La colline de Fourvière

La Sarra : l’ancienne piste de ski lyonnaise

Distance : 0,24 km

Pente moyenne : 18,9 %

Dénivelé : 46m

56 589 tentatives par 8 354 personnes (utilisateurs de Strava depuis la création du segment)

La montée de Fourvière

Distance : 1,25 km

Pente moyenne : 9,2 %

Dénivelé : 115m

7 231 tentatives par 1 402 personnes

Les escaliers Nicolas de Lange

Distance : 0,24 km

Pente moyenne : 22,5 %

Dénivelé : 56m

81 276 tentatives par 8 560 personnes

La montée des Chazeaux

Distance : 0,10 km

Pente moyenne : 34,6 %

Dénivelé : 35m

24 888 tentatives par 5 602 personnes

La montée du Garillan

Distance : 0,15 km

Pente moyenne : 16,9 %

Dénivelé : 26m

5 446 tentatives par 2 024 personnes

La colline de Croix-Rousse

La montée Soulary

Distance : 0,32 km

Pente moyenne : 19,2 %

Dénivelé : 61m

68 821 tentatives par 8 547 personnes

La montée de la Grande-Côte

Distance : 0,39 km

Pente moyenne : 11 %

Dénivelé : 43m

12 072 tentatives par 3 058 personnes

Le trail, un phénomène spécifique à Lyon

Aucune autre ville française ne détient, dans ses côtes, une affluence similaire à celle présente dans les pentes de Lyon, si l’on se réfère aux activités enregistrées sur l’application de course à pied. Certaines villes peuvent abriter un spot réputé dont les chiffres s’avoisinent avec ceux de Lyon. Toutefois, elles ne disposent pas d’une variété de pentes empruntées aussi élevée.

Marseille : montée basilique Notre-Dame de la Garde

Distance : 0,35 km

Pente moyenne : 9,7 %

Dénivelé : 45m

11 213 tentatives par 2 852 personnes

Besançon : la montée de la citadelle

Distance : 0,24 km

Pente moyenne : 25,1 %

Dénivelé : 62m

8 175 tentatives par 1 948 personnes

Divers éléments viennent expliquer cet engouement spécialement, ici, à Lyon. L’histoire de la discipline est étroitement liée à la ville. Bertrand, traileur lyonnais issu du nord de la France, avance :

« De mémoire, Lyon est la ville organisatrice du premier trail urbain de France. En plus de cela, il y a beaucoup de trail nature sur un rayon de 1h30 et surtout il y a la mythique SaintéLyon. Tout cela crée une dynamique autour du trail et donc l’urban trail en profite. »

Autre élément d’explication : la diversité des montées. Arnaud, traileur lyonnais originaire de Besançon, estime que Lyon se démarque des autres villes car ses montées donnent sur des « paysages avec beaucoup de charme ». Il ajoute également

« La pluralité des pentes dont dispose Lyon fait également sa force, selon moi. Je pratique le trail depuis quelques mois dans cette ville et je découvre régulièrement de nouvelles montées avec des pourcentages élevés. A Besançon, il n’y a qu’une seule belle montée par exemple : celle pour aller à la citadelle. »

Lyon, une ville naturellement faite pour le trail urbain ?

L’architecture de la ville fait de Lyon le berceau de l’urban trail en France. Ses escaliers sont bondés de coureurs tout simplement parce qu’elle est modelée pour cette pratique. Deux collines, des centaines de marches d’escalier, des sentiers…

Certains apprécient de concilier nature et dénivelé. Ces traileurs se dirigent alors vers la colline de Fourvière après leur journée de travail : colline la plus verte de Lyon. Il n’y a pas de voitures et l’on y trouve des sentiers similaires à ceux présents en montagne. Environnement initial des traileurs (voir encadré plus bas).

Ils s’adonnent à de multiples allers-retours de la Sarra (ancienne piste de ski de la ville). Le dénivelé y est assez conséquent et le calme assuré. En fond, seule la respiration soutenue des traileurs vient perturber cette accalmie, combinée au claquement des chaussures sur le sol.

« On court pour se faire du bien à la santé donc on va là où le dénivelé est le moins pollué mais au plus proche de notre lieu de vie. Le trail urbain ça permet de se reconnecter à la nature tout en étant à proximité du centre de la ville. »

Paul, traileur rencontré dans les marches de la montée des Chazeaux (Vieux Lyon)

Trail Lyon : les groupes de coureurs et courses populaires

Il existe de nombreux clubs de coureurs lyonnais qui, par le biais de l’application Strava, partagent leurs itinéraires entre eux. Un classement est même mis à disposition. Celui-ci trie les différentes sorties réalisées par tous les membres du groupe et valorise ceux qui parcourent le plus grand nombre de kilomètres sur la semaine.

Les clubs les plus populaires sont :

  • Strava Lyon (3 116 membres)
  • Lyon Urban Trail (1 259 membres)
  • Courir à Lyon (3 294 membres)
  • Lyon Ultra Run (1 818 membres)

Certains de ces clubs organisent régulièrement des événements communautaires où des joggeurs se retrouvent pour partager un itinéraire après le travail. D’autres ont pour seul objectif de rassembler une communauté autour d’intérêts communs.

« On pratique un sport individuel mais l’humain a besoin de s’intégrer à des « groupes ». »

Arthur Baldur, Fondateur-Président de Lyon Ultra Run

De nombreuses organisations, en collaboration avec la ville, ont su mettre à disposition des traileurs de multiples courses tout au long de l’année. Ainsi, on retrouve le Lyon Urban Trail (LUT) en mars et le LUT by night en novembre avec ses différentes variantes de 8km à 37km, l’Ultra Boucle de la Sarra en mai ou encore l’Ecully Run Distance en septembre. Ces courses ont grandement contribué à faire gagner en notoriété aux pentes et sentiers les plus méconnus de la ville.

Le Lyon Urban Trail, avec ses milliers d’inscrits, pousse chaque année la ville à attribuer une subvention à la course. Cette année, Lyon a versé 25 000 euros à Lyon Ultra Run pour l’organisation de ce trail.

« Je pense que la découverte des principaux spots de trail urbain de la ville s’est faite surtout avec des épreuves comme le Lyon Urban Trail. »

Arthur Baldur, Fondateur-Président de Lyon Ultra Run

Le trail à Lyon, un phénomène de mode qui touche les cadres ?

L’engouement que connaît le trail à Lyon n’est pas seulement le fruit de l’architecture de la ville, des défis de l’application de running et des courses organisées tout au long de l’année.

En effet, si cette discipline est autant pratiquée, c’est que les nombreuses marques spécialisées dans la course à pied sont parvenues à faire du trail un phénomène de mode à destination des cadres. Les prix des dossards et des équipements étant relativement élevés. Pour preuve, 51% des traileurs interrogés étaient des CSP + en 2013, selon une étude menée par le Think Thank Trail.

En l’occurrence, Lyon revêt un nombre de CSP+ (catégories socioprofessionnelles supérieures), compatible avec cette discipline, assez conséquent. 33,2% des actifs lyonnais sont des cadres, selon les chiffres de l’Insee en 2018. L’âme même du trail, celui pratiqué en montagne, pourrait être alors altérée. De fait, la surexposition dont bénéficie ce sport en milieu urbain se fait peut-être au détriment de sa pratique initiale en nature (voir encadré ci-dessous).

Trail urbain et trail nature, même principe ?

Beaucoup de « traileurs » découvrent ce sport en ville sans jamais ne l’avoir vraiment pratiqué dans son milieu d’origine : c’est-à-dire en montagne. Et pourtant, ce sport se définit par sa pratique en terrain naturel. Les éléments spécifiques étant : le dénivelé, la technicité du parcours et enfin la distance. Les premiers trails opposaient des montagnards, des bergers ou encore des guides qui évoluent dans cet environnement escarpé.

Dans les années 2000, le trail a commencé à se démocratiser. En effet, jusqu’ici, il n’y avait que des épreuves difficiles au format long qui ne touchaient qu’un public de niche. Des courses beaucoup plus accessibles font alors leur apparition. De fil en aiguille, le trail se développe et ses terrains de pratique se diversifient. C’est ainsi que cette discipline arrive en ville en 2008, à Lyon.

Concilier environnement urbain et trail peut paraître contradictoire. Toutefois, les villes recèlent d’endroits où les sensations peuvent se rapprocher de celles vécues en montagne. La variation des surfaces de course (escaliers, pavés, sentiers), le dénivelé et l’agilité sont autant d’éléments propres au trail qui s’adaptent à la ville. Globalement, c’est le charme de la montagne qui est recherché par les cadres.

L'AUTEUR
Arthur Russias

En BREF

Piqûres dans les salles de concert à Lyon : « Notre priorité est la prise en charge des victimes »

par Marie Allenou. 306 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dématérialisation des demandes de titres de séjour à Lyon : « Une reconnaissance de la défaillance de l’État »

par Marie Allenou. 418 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, un rassemblement contre les violences d’extrême droite ce mercredi soir

par Rue89Lyon. 237 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×