Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
A la prison de Lyon-Corbas, Idir Mederess mort pendu dans sa cellule
Société 

A la prison de Lyon-Corbas, Idir Mederess mort pendu dans sa cellule

par Margot Hemmerich.
Publié le 29 mai 2021.
Imprimé le 26 septembre 2021 à 01:39
1 722 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

“Prison pour punir, pas pour mourir, “La prison tue, en silence”. Comme en mars dernier, les slogans sont prêts pour une nouvelle mobilisation qui se déroulera ce dimanche à Lyon comme ailleurs en France. Au cœur du rassemblement, la mort d’Idir Mederess.

Rassemblement à Lyon contre les violences pénitentiaires

Après une mobilisation en mars dernier, se déroulera ce dimanche à Lyon, comme dans plusieurs autres villes de France, un rassemblement contre les violences pénitentiaires, à l’occasion de la journée nationale pour le respect et la dignité des détenu·e·s. Le rendez-vous est à 14h place Bellecour. Un appel lancé par le Réseau Entraide Vérité et Justice et l’association Idir Espoir et Solidarité.

Le 9 septembre 2020, Idir Mederess, 22 ans, est retrouvé mort, pendu dans sa cellule du quartier disciplinaire (QD) de la maison d’arrêt de Lyon-Corbas. Il devait sortir quinze jours plus tard. Depuis, sa famille cherche à comprendre ce qui s’est produit derrière les murs de la prison.

“Ce que je veux, c’est la vérité”, lâche la mère du jeune homme, dans son appartement de Brignais. “Je lui parlais souvent au téléphone, il avait hâte de sortir. C’était un garçon avec des projets de vie, je n’arrive pas à croire à un suicide.”

Sous le choc, les proches d’Idir – incarcéré pour conduite sans permis et course poursuite – contestent la version officielle donnée par l’administration pénitentiaire.

Ils s’appuient notamment sur le témoignage d’un codétenu qui raconte, via les réseaux sociaux, qu’Idir Mederess a été “privé d’eau et d’électricité, contraint à boire l’eau des toilettes” et “tabassé par les surveillants”.

“En fait, ils étaient là-bas, ils faisaient un peu de bordel. Voilà, ils criaient à la fenêtre, ils tapaient dans les portes. Et ils sont venus. Ils ont coupé l’eau et l’électricité aux deux. Au bout d’un moment quand on a soif et qu’on est enfermé quelque part et qu’on a plus d’électricité et plus d’eau, ils ont été obligés de boire dans les toilettes. Et ils les ont insultés, tout ça. Et ils sont rentrés dans la cellule de Y. et ils l’ont défoncé. Ils ont fait leur truc du genou, là.”

Une mort à la prison de Lyon-Corbas emblématique des violences pénitentiaires

Automatiquement saisi en cas de décès en prison, le procureur de la République a ouvert une enquête en recherche des causes de la mort. Celle-ci est encore en cours.

D’après le parquet, « le médecin légiste a conclu, dans son pré-rapport, que les données de l’examen externe et de l’autopsie sont tout à fait compatibles avec une mort violente d’origine suicidaire ». 

Bien loin du faits-divers isolé, l’histoire d’Idir est emblématique de la quasi impossibilité à connaître la réalité des violences pénitentiaires, qui se dérouleraient donc en détention, et en particulier au quartier disciplinaire. Dans ce cas, le jeune homme s’est-il réellement suicidé ? A-t-il mis fin à ses jours suite à des violences physiques et psychologiques exercées par le personnel surveillant ? 

>> Cet article est un extrait de notre enquête sur les violences pénitentiaires dans les prison de la région Auvergne-Rhône-Alpes

prison Lyon-Corbas
Manifestation en octobre 2020 suite à la mort d’Idir Mederess à la prison de Lyon-Corbas

Lire par ailleurs sur le blog de la Prisonnière

Prison : « Comment peut-on me demander de garder mon humanité en me coupant des gens que j’aime ? »

La récidive : « des femmes reviennent en prison pour avoir volé des protections hygiéniques »

Article actualisé le 30/05/2021 à 22h25
L'AUTEUR
Margot Hemmerich

En BREF

Violences policières à Lyon : le procès d’Arthur Naciri reporté pour la 3e fois

par Rue89Lyon. 383 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, la Métropole dévoile les 13 lignes de son réseau express vélo

par Pierre Lemerle. 2 809 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le mémoire de Samuel Paty publié aux Presses universitaires de Lyon : « Il voulait interroger les croyances »

par Oriane Mollaret. 749 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×