Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Dans la région de Lyon, sur les traces des « Loups gris »
Société 

Dans la région de Lyon, sur les traces des « Loups gris »

par Guillaume Bernard.
Publié le 6 décembre 2020.
Imprimé le 17 octobre 2021 à 21:20
2 590 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Malgré sa dissolution, prononcée en conseil des ministres le 4 novembre, le groupuscule d'extrême droite turc les "Loups gris" continue de faire parler de lui. Entre mouvement organisé et bande de jeunes galvanisés par les envolées nationalistes d'Erdogan, que sont les "Loup gris" dans la région lyonnaise ?

Le 16 novembre dernier, les trois croissants, emblème du MHP (parti d'action nationaliste, extrême droite turque) ainsi que l'inscription "Bozkurt" ("Loup gris") sont tagués sur la porte de l'Union Culturelle Française des Arméniens à Vaulx-en-Velin.

Aucun doute, malgré le décret du conseil des ministres annonçant leur dissolution le 4 novembre, les "Loup gris" continuent de marquer leur territoire, dans l'agglomération lyonnaise.

Le conflit qui a éclaté fin septembre entre la République du Haut-Karabakh et l'Azerbaïdjan n'est pas étranger à ces agissements. Le Haut-Karabakh étant soutenu par l'Arménie, et l'Azerbaïdjan aidé par la Turquie, cette guerre réactive les tensions historiques entre communautés turque et arménienne, particulièrement présentes dans la région lyonnaise.

Elle galvanise d'ailleurs l'extrême droite turque et sa branche violente les, "Loup gris", qui multiplie les intimidations par graffitis à Décines-Charpieu, Meyzieu ou encore dans le 3e arrondissement lyonnais et organise également des manifestations.

Des "Loups gris" dans les rues

Le 28 octobre, plusieurs centaines d'Arméniens bloquent le péage de Reventin-Vaugris au sud de Vienne (Isère). Ils réclament la reconnaissance du Haut-Karabakh par la communauté internationale.

"La manifestation était pacifique, certaines familles avaient même emmené leurs enfants", témoigne Orianes Garibian, ancien président des Jeunesses Arméniennes présent ce jour-là.

Or plusieurs membres de la communauté turque se trouvent dans les voitures arrêtées au péage et des échauffourées ont lieu avec les Arméniens, faisant des blessés dans les deux camps.

Vers 19h, des membres de la communauté turque organisent une contre-manifestation dans les rues de Vienne. Ils sont environ 200. Cette fois, des slogans haineux visent directement la communauté arménienne : "Arméniens, terroristes !", "On va tuer les Arméniens".

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous :

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de spectacles (théâtre, concert, cirque…)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Soutenez un média libre qui appartient à ses journalistes
  • Accédez en priorité à nos événements et nos rencontres dans votre ville

1€ le premier mois
puis 4,90€ par mois

C'est sans engagement >> vous pouvez résilier à tout moment (mais on espère que vous aurez envie de rester !)

Je m'abonne

Je me connecte

Article actualisé le 25/02/2021 à 15h34
L'AUTEUR
Guillaume Bernard

En BREF

Pass sanitaire : un nouveau samedi de manifestation à Lyon

par Pierre Lemerle. 715 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

En 2020, les transports en commun en recul dans la métropole de Lyon

par Bertrand Enjalbal. Aucun commentaire pour l'instant.

A Villeurbanne, une expulsion de squat pour inaugurer la « semaine de l’hospitalité »

par Oriane Mollaret. 715 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×