Habillage
Journées du logiciel libre : prolonger la vie d’un smartphone ou faire de la cartographie queer à Lyon
Cultures 

Journées du logiciel libre : prolonger la vie d’un smartphone ou faire de la cartographie queer à Lyon

actualisé le 08/04/2019 à 10h08

Derrière ce titre aguicheur et forcément réducteur se cache le très riche et alléchant programme des JDLL à Lyon. Les JDLL ? Les journées du logiciel libre.

Ce week-end, à la Maison pour tous des Rancy (Lyon 3e), ce sont les 20è du nom, sur le thème notamment de l’environnement : « Ecologeek : pour une terre communautaire ». 

Tout aguicheur qu’il est, notre titre n’en est pas moins vrai. Vous pourrez ce week-end, si vous vous rendez aux JDLL, participer à des ateliers pour découvrir comment prolonger la vie de votre smartphone ou voir comment rendre plus visibles les luttes de la communauté LGBT sur Wikipedia ou Openstreetmap (base de données géographiques libre).

La colonne vertébrale de cette 20è édition des Journées du logiciel libre de Lyon reste l’écologie. À travers l’impact environnemental direct du numérique mais aussi plus largement à travers l’idée de durabilité, grâce au partage et la mise en commun que prône le monde du libre.

Plusieurs conférences traiteront donc de l’impact écologique. Et des solutions et initiatives lancées pour l’améliorer dans le monde du libre.

« Hébergement et écologie » présentera l’initiative Gentils nuages qui tente de participer à la relocalisation des hébergements internet au plus près des clients « en intégrant les parties prenantes dans les prises de décision ».

On pourra également s’interroger sur cette dimension lors de conférences sur les liens entre l’écologie et la liberté logicielle ou sur le coût écologique de la publicité en ligne.

L’importance des données et de leur collecte pour éviter d’être une « stupid city »

La collecte et l’utilisation de données sont pour les acteurs du libre un enjeu essentiel. En termes de liberté individuelle mais aussi d’utilisation collective.

Comment utiliser intelligemment les données pour oeuvrer à concevoir une smart city, buzzword très à la mode dans la communication politique notamment, qui ne crée pas de nouveaux problèmes et ne devienne une « #stupidcity » ? L’association Altercarto, qui organise des ateliers et des projets de cartographie citoyenne, évoquera l’importance des données dans les enjeux climatiques notamment.

Laurent Chemla, cofondateur de l’hébergeur et registar Gandi, parlera de la question des données personnelles que le nouveau règlement européen RGPD est censé protéger et de la réponse des grandes plateformes.

Plutôt qu’un droit à la portabilité des données personnelles entre plateformes, il faudrait « désormais militer pour un ‘droit à l’accessibilité des données’ « .

Si certaines conférences ou rencontres peuvent effrayer un public non informaticien, les JDLL proposent de nombreux ateliers ouverts à tous dont certains réservés aux enfants. L’occasion notamment de tenter de « déGAFAMiser » son smartphone (« GAFAM » pour Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) ou d’apprendre à créer son propre hébergement internet.

Enfin, l’évènement sera aussi l’occasion de voir le documentaire « La Bataille du libre » de Philippe Borrel. Mais aussi de prendre des nouvelles de plusieurs projets lyonnais : « Demain », le projet de supermarché coopératif dans la ville ou encore Traboulotte, le service de livraison de repas à domicile lancé par des anciens livreurs de Deliveroo notamment.

>> Les Journées du logiciel libre de Lyon, samedi 6 et dimanche 7 avril de 10h à 18h à la Maison pour tous des Rancy (Lyon 3e).

Tout le programme en détail ici