Habillage
Pourquoi la grève des éboueurs est-elle médiatique à Marseille et mutique à Lyon ?
Société 

Pourquoi la grève des éboueurs est-elle médiatique à Marseille et mutique à Lyon ?

actualisé le 02/04/2019 à 17h24

Quand les éboueurs de Marseille font la grève, tout le monde le sait. Pour Lyon, il en va autrement. Les agents de la Métropole attaquent leur troisième semaine de grève et pourtant, l’information est pour l’heure passée sous silence par la majorité des médias nationaux.

Vous vous en souvenez sûrement, à Marseille la dernière grève des éboueurs remonte à octobre 2017 et a duré 13 jours. A Lyon, les éboueurs, agents de la Métropole de Lyon, attaquent leur 14ème jour de grève mais pourtant ces deux événements sont loin d’avoir la même couverture médiatique.

Le Marseille « bashing »

On est devant une école d’Oullins, une parente d’élève s’agace des sacs poubelles malodorants qui s’amoncellent dans et à côté des contenants :

« On se croirait à Marseille », lance-t-elle à la cantonade.

Dans le reportage de TF1 (à voir plus bas), un habitant estime qu’il s’agit d’une grève « à la marseillaise ».

Il y a deux ans maintenant, les 250 salariés de la société Derichebourg chargés du nettoiement des 2e, 15e et 16e arrondissements de Marseille, se mettaient en grève. Pour rappel le 15e et le 16e arrondissements représentent les quartiers Nord de la ville.

Leurs revendications portaient sur le maintien d’une prime qui, selon eux, avait été diminuée par Derichebourg quand elle est devenue le nouveau prestataire du ramassage d’ordures dans ces arrondissements.

En 2014, pour parler de grèves des éboueurs, un blog de Mediapart avait ré-utilisé l’expression la plus désobligeante qui colle à l’image de Marseille, celle de « Poubelle la ville », en référence à la série TV qui se déroule dans la cité phocéenne, « Plus belle la vie ».

Durant les treize jours de cette grève de 2107, une flopée d’articles sont parus dans nombre de médias d’information de référence :

  • Le Monde revient sur les déclarations du maire de Marseille qui prônait « l’intervention de l’Etat pour libérer les accès des centres de transfert des ordures ménagères bloqués par des grévistes et mettre fin à l’amoncellement des déchets sur les trottoirs de la ville. »
  • BFM TV titrait le 16 octobre 2017 « Grève des éboueurs à Marseille : la ville croule sous les ordures »
  • Au bout de six jours de grève, TF1 diffuse un reportage dans le journal de 13h (à voir ci-après).

  • Egalement après six jours de grève Le Parisien publiait un article où nous pouvions lire : « une nouvelle fois, Marseillais et touristes doivent slalomer entre les tas d’ordures qui s’amoncellent »
  • France 2, le 23 octobre, à la fin du conflit, diffuse un reportage sur les éboueurs de Marseille.

Pour Lyon, seuls les médias locaux relaient l’information

Depuis le 19 mars, les éboueurs, agents de la Métropole de Lyon, ne collectent plus les déchets dans 57 communes de la Métropole de Lyon.

Jusqu’à aujourd’hui, Lyon et Villeurbanne ne sont pas concernées car le ramassage des ordures a été confié à la société Pizzorno.

Les agents grévistes de la Métropole demandent une augmentation de 200 euros par mois, le maintien d’une prime d’intéressement et une amélioration de leurs conditions de travail.

Au 14ème jour de mobilisation, les médias nationaux n’ont pas encore trouvé d’intérêt ou de moyens pour relayer l’info lyonnaise :

  • Le Monde n’a publié aucun article sur le mouvement de grève des éboueurs.
  • Sur le site de BFM TV (qui vient pourtant de racheter la chaîne locale TLM), pas l’ombre d’une brève ou d’un reportage durant ces 15 derniers jours.
  • Le journal de 13h sur TF1, dans sa rubrique consacrée à la vie quotidienne des treize régions de France, a diffusé, quant à lui, un reportage où l’on peut entendre : « C’est une grève à la marseillaise, c’est souvent à Marseille qu’on retrouve ça » (à la 32ème seconde).

  • France 2 n’a diffusé aucun reportage dans ses éditions d’information.

Mais peut-être que les reportages sont à venir. En effet, l’une des raisons qui différencie le traitement médiatique entre les cas des deux villes n’est peut-être pas uniquement une tendance à verser un peu facilement dans un « Marseille bashing », s’appuyant sur ses clichés, mais aussi sur le fait que la grève des éboueurs de l’agglomération lyonnaise ne touche pas, jusqu’à ce 1er avril, Lyon et Villeurbanne, mais toutes les communes alentours -ce qui fait malgré tout un nombre d’habitants plus que conséquent.

Le mouvement devrait toutefois s’étendre puisque un préavis de grève a été déposé à partir de ce mardi 2 avril par le syndicat Solidaires pour les salariés de l’entreprise Pizzorno. Etendue à la ville centre, la grève pourrait finir par faire davantage parler d’elle.