Habillage
Shitstorm pour une boulangerie près de Lyon et ses pâtisseries « Mamadou »
Société 

Shitstorm pour une boulangerie près de Lyon et ses pâtisseries « Mamadou »

Le gérant de la boulangerie le « Fournil murois » les a retirées de la vente et s’est excusé. Les pâtisseries en cause étaient étiquetées « Mamadou » dans le présentoir. Après une vidéo publiée sur Twitter, ce commerce de Saint-Bonnet de Mure -à 30 kilomètres de Lyon- a subi un gros shitstorm, soit une vague d’indignation digitale (mais pas que), elle-même contrecarrée par une vague de trolling raciste.

« Cette pâtisserie a été créée par mes prédécesseurs, c’est absolument pas moi qui l’ai créée. Je l’ai repris et je n’ai jamais eu de problèmes vis-à-vis de ça. Il n’y a jamais eu aucune plainte. […] Cette pâtisserie doit exister depuis des décennies. »

Pour autant, Ange F. l’a conservée lorsqu’il a repris le fond de commerce.

« Mais pour répondre aux gens, je comprends leur colère même si maintenant le mal est fait. Je trouve la réaction absolument normale et justifiée, » poursuit-il.

Ce sont les explications recueillies par le Mouv‘, site de la radio spécialisée dans les musiques urbaines, seul média à s’être fait le relais d’un bad buzz inattendu pour le Fournil Murois. On y vendait des meringues nappées de chocolat, mais aussi pourvues de lèvres épaisses roses et de gros yeux blancs. Dans le présentoir, elles étaient étiquetées « Mamadou ».

Depuis, le boulanger, qui a en effet repris le commerce en 2015, est resté injoignable. Une de ses employées confirme à Rue89Lyon que « tout ça, ça met forcément un coup ». Notamment les appels téléphoniques indignés reçus à la boulangerie, accusant les employées de racisme ou bien encore, à l’inverse, les « félicitant » et les soutenant dans leur supposée intention pâtissière. Elle nous lâche :

« Nous on n’est pas dans des mouvances comme ça. Il n’avait pas fait attention. Moi, personnellement je ne disais pas le nom, je disais ‘meringue chocolat’. Maintenant on a tout enlevé, pour plus avoir de problème du tout et voilà. »

A l’origine, on trouve une vidéo dans laquelle les pâtisseries sont filmées derrière leur vitrine. Elle est diffusée via le compte Twitter d' »Afroleaks », qui possède 14 followers et a édité 142 tweets depuis son ouverture en 2018. Il s’agit aussi d’un site dont les acteurs ne sont pas identifiable.

On la retrouve ci-après :

Des commentaires ultra racistes sur la fiche Google de la boulangerie

L’association se présentant comme la « ligue de défense noire africaine » (LDNA) a décidé d’intervenir. Après avoir émis la menace d’un dépôt de plainte, un de ses membres s’est rendu dans le commerce, à Saint-Bonnet-de-Mure, dans le but de recueillir les excuses filmées du boulanger.

L’association a réalisé et publié sur son propre compte Twitter une vidéo du gérant de la boulangerie, qui exprime ses regrets sur un ton dépité.

Après avoir refusé dans un premier temps d’échanger avec nous (« on a pour principe de ne pas répondre aux journalistes »), une porte-parole de la LDNA, « Emmanuelle, en charge des questions juridiques », expose le propos à Rue89Lyon :

« Ce genre de pratiques doit cesser, on est en 2019, en France. On a eu avec ce monsieur un échange très constructif, dans le respect. Ce qui n’est pas toujours le cas. Il a été d’accord pour faire ce communiqué vidéo pour ne pas qu’on déforme ses propos. […] C’est une issue constructive. »

Mais assez vite, le cas de la boulangerie a largement dépassé le seul espace commerçant de Saint-Bonnet-de-Mure. Une vague de propos racistes déferle désormais sur la fiche Google de la boulangerie. Plus de 480 commentaires ont été publiés en 24 heures, dont la majorité exprime un racisme anti-noir violent et pourrait relever de poursuites pénales.

D’après nos recherches, cette vague part entre autres de la plateforme de discussion Bruiter, laxiste en matière de modération, qui héberge elle-même des commentaires racistes de « soutien » au boulanger de Saint-Bonnet-de-Mure.

Du glaçage au chocolat en pâtisserie

Ce n’est pas la première fois que des pâtisseries suscitent l’indignation.

A Grasse, un pâtissier avait placés dans sa vitrine des gâteaux qui prenaient la forme de personnages recouverts d’un glaçage chocolat, nus et pourvus d’organes génitaux et de lèvres roses démesurées. Il les avait rebaptisées « Dieux » et « Déesses » plutôt que « Négresses », leur nom d’origine, selon lui, par souci « d’antiracisme ». Le Cran avait demandé leur retrait, les qualifiant de « caricatures négrières, obscènes et injurieuses ».

En septembre 2014, une chocolaterie située à Auxerre avait finalement renommé deux de ses produits, d’abord appelés le « Négro » et le « Bamboula », après l’indignation d’associations antiracistes, dont le Cran.

Le choix de conserver ces noms, « par tradition » comme l’expliquait le pâtissier de Grasse, semble avoir la vie dure.

Le site Marmiton, pour présenter une recette de pâtisserie, indique aujourd’hui : « Têtes de choco – anciennement ‘tête de nègre' ». Et conserve donc la référence ancienne -pour des raisons… de référencement.

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.

En BREF

Divonne-les-bains : l’usine d’embouteillage avortée, l’industriel va saisir la justice

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Hébergement d’urgence : le préfet du Rhône désavoué par le ministre, les problèmes demeurent

par Laurent Burlet. 674 visites. 1 commentaire.

David Kimelfeld abandonne l’Anneau des sciences et fait coup double

par Laurent Burlet. 2 351 visites. 3 commentaires.