Habillage
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Laboratoires Boiron, premiers sur l’homéopathie et sur les jeux de pouvoir à la faculté de médecine Lyon-Sud
Société 

Laboratoires Boiron, premiers sur l’homéopathie et sur les jeux de pouvoir à la faculté de médecine Lyon-Sud

par Aurélien Defer.
Publié le 21 octobre 2018.
Imprimé le 19 janvier 2021 à 19:07
4 678 visites. 3 commentaires.

Les laboratoires Boiron, premiers producteurs mondiaux de préparations homéopathiques, sont en quelque sorte nés à Lyon. Solidement ancrée localement depuis les années 1960, l'entreprise a tissé au fil des décennies des liens d'intérêts avec les acteurs locaux de la santé. La faculté de médecine Lyon-Sud Charles Mérieux, qui revendique pourtant son indépendance vis-à-vis de l'industrie pharmaceutique, n'y échappe pas. Boiron y a même un amphi à son nom.

À la faculté de médecine de Lyon-Sud, il est arrivé à Christian Boiron, directeur général des laboratoires du même nom, de venir faire cours à des étudiants de première année. Yann (prénom modifié), aujourd’hui interne en sixième année de médecine, se souvient que ça ne l’avait pas surpris :

« Ce n’était pas si étonnant, en fait : quand on sort du bus et qu'on arrive devant la fac, le premier truc qu’on voit, c’est l’amphi Boiron ».

Antoine (prénom également modifié), ancien étudiant de Lyon-Sud, aujourd’hui en septième année en médecine d’urgence à Lille, évoque plus franchement un « gros conflit d’intérêts » entre la faculté et la société.

Récemment, le secteur homéopathique a d’ailleurs connu une puissante remise en cause à la fois par une partie des professionnels de la santé et par les autorités médicales, françaises et étrangères.

Le 18 mars 2018 est publié dans Le Figaro un « appel de 124 professionnels de la santé contre les ‘médecines alternatives’ ». Dans cette tribune, les signataires demandent le retrait de ces pratiques « en rien scientifique[s] » du champ médical.

Répondant au climat polémique sur la question, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a saisi en juillet la Haute autorité de santé (Has) afin d'évaluer l'efficacité de l'homéopathie. Cet avis devrait être remis d'ici le mois de février 2019.

En attendant, certaines des universités qui proposent des diplômes d'homéopathie se posent des questions. La faculté de médecine de Lille a même opté pour une suspension de son diplôme pour l'année universitaire en cours.

Quand Christian Boiron inaugurait un amphi à son nom
À Lyon, fief des laboratoires Boiron, ce climat tendu n'a toutefois pas fait vaciller la promotion homéopathique locale. Récemment, le Centre hospitalier universitaire Lyon-Sud, rattaché à la faculté, a ouvert un service « Grossesse et homéopathie », au sein duquel sont proposées des consultations avec une sage-femme.

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous :

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de spectacles (théâtre, concert, cirque…)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Soutenez un média libre qui appartient à ses journalistes
  • Accédez en priorité à nos événements et nos rencontres dans votre ville

1€ le premier mois
puis 4,90€ par mois

C'est sans engagement >> vous pouvez résilier à tout moment (mais on espère que vous aurez envie de rester !)

Je m'abonne

Je me connecte

Article actualisé le 31/10/2018 à 01h40
L'AUTEUR
Aurélien Defer

En BREF

Pollution de l’air : que change le nouvel indice de qualité à Lyon ?

par Laure Solé. 459 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Un téléphérique urbain à Lyon : les bons et les mauvais exemples, en France et à l’étranger

par Laure Solé. 4 307 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : en Haute-Savoie, stagnation de l’épidémie après l’embellie

par Colin Revault. 473 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×