Habillage
Les Chevaliers du Fiel lorgnent sur la gestion d’une salle à Lyon
Cultures  Société 

Les Chevaliers du Fiel lorgnent sur la gestion d’une salle à Lyon

actualisé le 27/04/2018 à 17h10

Le duo comique se verrait bien squatter un peu à Lyon. Francis Ginibre et Éric Carrière, alias les Chevaliers du fiel, sont candidats à la gestion d’un lieu culturel aujourd’hui clos, la salle Rameau. La Ville de Lyon en est propriétaire mais souhaite désormais en déléguer l’exploitation.

Le journal le Petit Bulletin a présenté cette semaine les trois candidatures à la reprise de la salle en révélant qui se cache derrière chaque dossier (lire ici). L’occasion de lire également la critique très salée que l’hebdo culturel lyonnais a publiée au sujet du dernier ouvrage cinématographique des Chevaliers du Fiel. Le film est intitulé « Les Municipaux, ces héros ». Attention, ça fait mal.

« D’une rare abjection poujadiste »

« À leurs débuts, Les Chevaliers du Fiel s’étaient sans doute baptisés ainsi par dérision, en clin d’œil gamin à la série qu’ils devaient idolâtrer minots. Le temps a depuis filé, faisant son office délétère : il a ainsi comblé le duo de succès.

Tant mieux pour eux, pour leur percepteur et pour Bolloré qui a trouvé avec ces faquins de quoi meubler ses tuyaux. La paire a dû sacrifier au passage un petit quelque chose en échange de cette bonne fortune. Oh, trois fois rien quand on ne s’embarrasse pas d’un semblant de dignité : sa conscience.

Las, non contents de l’oublier sur le petit écran, les deux lurons l’omettent aussi sur le grand, en reprenant leurs boucs émissaires favoris : les employés communaux, assimilés à des parasites ultimes entretenus par les représentants corrompus de la collectivité et jamais satisfaits de leurs privilèges indus.

D’une rare abjection poujadiste, ce long-métrage vomit à jet continu de la haine sociale sous couvert de “galéjade”. Ni farce, ni satire, c’est une attaque mesquine enfilant les clichés anisés sur les planqués, les syndicalistes, les placardisés, les guichetiers des administrations se régalant d’abuser de leurs prérogatives en sirotant les cafés qu’ils n’ont pas encore subtilisés — avec pour pousse-digestif, l’Europe bonne poire dilapidant sans contrôle. Un bonheur de tract pro Frexit. Non, ce n’est pas le droit à la caricature que l’on conteste ici, mais l’usage qui en est fait.

Chevaliers si prompts à vous acharner sur le bas de l’échelle, que ne vous frottez-vous pas aux sommets ! Vous préférez pratiquer la diversion coutumière de ces gouvernants qui, au lieu d’étrangler l’évasion fiscale, harcèlent ou criminalisent les précaires. Et si vos victimes ne rigolent pas de vos brocards méprisants, les accuserez-vous de manquer d’humour ?

Un beau geste : arrêtez le cinéma. Trop d’yeux, d’oreilles et de consciences ont déjà souffert devant votre révulsante sotie. »

Les Municipaux, ces héros
Les Municipaux, ces héros Bande-annonce VF

PAR VINCENT RAYMOND, A LIRE SUR LE PETIT BULLETIN

L'AUTEUR
Le Petit Bulletin
Le Petit Bulletin
L’hebdo gratuit des spectacles à Lyon

En BREF

Deuxième « grand soir » pour le site d’infos Prison insider

par Rue89Lyon. 271 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Engagement associatif, débat : un festival des solidarités internationales à Lyon

par Rue89Lyon. 342 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Agressions, PMA : un rassemblement contre l’homophobie à Lyon

par Rue89Lyon. 482 visites. Aucun commentaire pour l'instant.