Habillage
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Meatspace, Snapchat : la crise d’ado invente le Web de l’éphémère
Cultures  Société 

Meatspace, Snapchat : la crise d’ado invente le Web de l’éphémère

par Rue89.
Publié le 7 janvier 2014.
Imprimé le 05 mars 2021 à 02:42
1 817 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
Croiser tchat public, tweets, GIF animés et autodestruction des contenus : les geeks en ont rêvé, Meatspace l’a fait. Le réseau lancé il y a quelques mois par Jen Fong-Adwent, ingénieure chez Mozilla, commence a faire son petit bout de chemin avec ses 8 000 usagers aux heures de pointe, et deux articles laudateurs dans la presse Tech américaine.

Le concept est simple :

  • un tchat unique pour tout le monde ;
  • des messages limités à 250 caractères disparaissant du fil après dix minutes ;
  • un anonymat relatif : pas de pseudo ni de mot de passe, juste un avatar sous forme de GIF animé accompagnant le message ;
  • un bouton « silencieux » pour cacher les messages des trolls.

Capture d’écran du réseau Meatspace (FayerWayer)

Un brouillon pour faire des émules

Bon, au premier abord, on ne voit pas nécessairement l’intérêt de passer du temps sur un réseau anglophone à grimacer pour faire rire une bande de geeks (principaux utilisateurs du réseau pour l’instant). Il est tout de même bon de voir que des réseaux collaboratifs non adossés à des intérêts économiques sont capables d’émerger et prospérer à leur rythme.

Sa créatrice elle-même voit le projet comme une esquisse que chacun peut s’approprier, comme elle l’explique dans une note de blog :

« Est-ce le modèle parfait ? Certainement pas. C’est juste un moyen de structurer des interactions sociales pour en tirer des résultats positifs. Ce n’est peut-être que du court-terme, mais l’espoir est que cela incite d’autres à penser à des modèles similaires et résoudre les problèmes liés aux conversations dans le cyberespace. »

2013, l’année éphémère

Meatspace clôt ainsi une année 2013 marquée par la réinvention des échanges virtuels et l’émergence d’un phénomène social nouveau que certains appellent déjà le « Web éphémère ». Ses deux icônes sont Blink ! et Snapchat, deux réseaux sociaux qui ont misé sur l’autodestruction des échanges passé un temps déterminé par l’envoyeur.

 

Lire la suite sur Rue89.

 

 

Article actualisé le 11/01/2014 à 13h31
L'AUTEUR
Rue89
Rue89
Rue89, le pure-player d'information monté depuis Paris et sur lequel une équipe de journalistes lyonnais à pris modèle pour lancer Rue89Lyon.

En BREF

Deux mobilisations en faveur des droits des femmes à Lyon

par Rue89lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : forte progression des variants à Lyon et dans sa région

par Bertrand Enjalbal. 6 498 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon : « dans la situation sanitaire actuelle, ce n’est pas simple de mobiliser »

par Pierre Lemerle. 534 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×