Actualités, enquêtes à Lyon et dans la région

Hollande à Lyon : le « patriotisme de gauche »

Autour d’un François Hollande occupé à convaincre de sa capacité à endosser le costume de chef d’Etat, les cadres du PS local se sont chargés de sa promo mais aussi de la leur. Le candidat socialiste a parlé ce jeudi soir d’une « France réconciliée » pour son troisième meeting, qui a réuni selon le PS plus de 12 000 personnes au Palais des Sports et sur son parvis, devant un écran géant.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Lyon, abonnez-vous.



Crédit photo : Maxppp /Juste Philippe

 

Chauffer une salle lyonnaise

Pas de surprise dans le meeting du candidat socialiste à Lyon. Après avoir été introduit par le comédien Michel Piccoli himself, pour le show, François Hollande a tenu le micro pendant une heure et demi. Avec trois objectifs : essuyer les critiques faites à son encontre (notamment sur son incapacité supposée à négocier avec des homologues étrangers, et sur ses propositions fiscales accablant les très riches) ; réaffirmer ses « valeurs de gauche » (en parlant de cohésion sociale et de réconciliation des Français) ; puis fustiger le bilan de son adversaire Nicolas Sarkozy.

« Il est plus dynamique qu’on ne pense. Il a réussi à chauffer une salle à Lyon et c’est pas facile », a estimé Catherine, 56 ans, oubliant sans doute que le Palais des Sports était rempli de militants et de personnes en grande partie acquises à la cause.

Lui-même chauffé à blanc, François Hollande a expliqué, citant Jean Jaurès, ce qu’était le « patriotisme » de gauche (c’est-à-dire « aimer les autres »), opposé au nationalisme, (c’est-à-dire « se méfier des autres »). Effet de manche qui a suscité des salves d’applaudissement. Voire un sentiment de soulagement, notamment pour Ibtissem, 30 ans, assistante logistique dans l’industrie pharmaceutique :

« Beaucoup de Français, et je dis bien Français, se sont sentis visés par la politique ethnique de Nicolas Sarkozy, parce qu’il s’agit bien de cela. Il y a un ras-le-bol de ce pointage, de cette stigmatisation. François Hollande est très attendu. »

Une impression partagée par Aurélien, 18 ans, étudiant en école d’architecte :

« J’avais peur qu’il ne parle que du bilan de Sarko, mais Hollande a quand même proposé des choses. Il a centré son discours sur l’humain. Je vais voter à gauche, mais je ne sais pas encore où à gauche. »

Jacques, 57 ans, était déjà convaincu avant d’entendre le discours de Hollande. « Pas de regret à avoir par rapport au candidat désigné l’an dernier », Dominique Strauss Khan.

Promo locale

Avant Michel Piccoli, c’est Gérard Collomb qui est monté à la tribune. Pour réclamer lui aussi le « changement » et, au passage, faire la promo de sa politique locale. Le maire de Lyon, qui aime à la présenter comme un modèle pour les autres maires mais aussi pour un chef d’Etat, a tenté un parallèle sportif, expliquant que pendant qu’il faisait passer la dette de sa commune de 430 millions d’euros à 330 millions d’euros, Nicolas Sarkozy « doublait » celle de la France.

Mais la lumière des projecteurs ne s’est que peu attardée sur le maire de Lyon au profit de la porte-parole télégénique du candidat, Najat Vallaud-Belkacem. Au micro de Ruth Elkrief pour BFM, puis hérissée de micros à la fin du meeting, l’élue municipale lyonnaise, candidate aux législatives, a elle aussi tenu le devant de la scène. A l’accueil de l’espace presse, quelques minutes avant le meeting, une des hôtesses cherchait désespérément une journaliste de Elle. « Venue pour Najat. Trouvez-la ».

Avec son coup d’éclat qualifié de dérapage à l’UMP mais aussi par quelques uns de son propre camp (elle avait estimé dans un communiqué que Nicolas Sarkozy était un « mélange de Silvio Berlusconi et de Vladimir Poutine »), la porte-parole lyonnaise a touché au but, accrocher davantage la lumière.

 

Métro, meeting, dodo

Comme un soir de match de foot à Gerland, la ligne du métro menant au Palais des Sports a transporté les spectateurs et leurs commentaires sur la prestation du joueur. Un meeting, quand il s’achève, laisse sur place quelques militants, des organisateurs bénévoles, dont le service d’ordre. « On est 250 », a lâché l’un d’entre eux jeudi soir.

Venus de Paris, mais aussi de Dijon, les militants gros bras du PS se sont mobilisés comme pour chaque meeting avec, à leur tête, Eric. Ce dernier a débriefé hier soir, félicitant les uns et les autres, regrettant que tout le monde n’ait pas eu son sandwich à midi, « à cause de quelques crevards » qui auraient pioché sans être invités. Eric a aussi rappelé aux bénévoles de ne pas applaudir le discours du candidat, « pour la neutralité politique ».

A 20 heures 30, quelques fans se trouvaient encore sur le parvis, nous demandant par où pouvait bien sortir François Hollande, « pour lui parler ». Mais le candidat socialiste avait déjà filé.


#Élection présidentielle

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options