Appartement 16

Blog du taulard #54 : « L’abolition des prisons ? Ce n’est pas laxiste »

532 visites | 1 commentaire

Le dérèglement climatique nous apprend quelque chose d’essentiel : les concepts de frontière ou de territoire n’ont aucun sens et, que nous le voulions ou non, nous ne pouvons pas nous passer les uns des autres, ni jouer sur le principe d’exclusion, du rejet de l’autre ou du chacun pour soi.

Un Prisonnier romain (peinture 18e).

Un Prisonnier romain (peinture 18e siècle).

En effet, la pollution faite par tel pays impacte inévitablement tous les autres. La nature nous montre que tout est lié et l’idée de vouloir tirer son épingle du jeu est caduque. L’interdépendance et la solidarité sont indispensables pour conserver notre planète. Il n’y a pas d’échappatoire !

 Making of

Le taulard inconnu risque de sévères sanctions en faisant publier ses écrits, alors il est anonyme. Il est sorti de prison au cours de l’écriture de ce blog. Mais nous ne révélerons son identité et le nom de la prison dans laquelle il a été détenu qu’après le délai de prescription du délit pour lequel il pourrait être poursuivi, c’est à dire avoir fait sortir des informations de sa cellule sans autorisation de l’administration pénitentiaire, transgressant les règles régissant la communication du détenu avec l’extérieur.

Rue89Lyon

On a beau nous étaler des chiffres d’experts comme quoi tel ou tel pollue plus, les retourner pour nous dire que ce n’est pas pareil selon qu’on calcule en global ou au poids de CO2 par habitant, donc tenter de désigner un bouc émissaire selon ces résultats arithmétiques, cela ne change rien et surtout ne sert à rien. C’est d’une stupidité sans nom !

On redécouvre, sans s’y attarder, hélas, l’effet papillon de Konrad Lorenz qui nous disait, il y a longtemps déjà, qu’un vol de papillon en Asie pouvait donner un Ouragan en Californie, car tout le monde a oublié, comme d’habitude, que le nuage radioactif de Tchernobyl ne s’était pas arrêté à la frontière française.

Quant à la COP 21, nous n’ignorons pas que c’est l’enfer qui est pavé de bonnes intentions et non le monde des Bisounours. On le sait, les bonnes intentions ne cherchent qu’a dissimuler piteusement les égoïsmes les plus sordides et la haine la plus primaire.

« Dans le domaine humain, cette loi naturelle du tout s’applique de la même façon »

Pourquoi te dis-je cela lecteur ?

Non pas pour te parler des chiffres, qui sont, la plupart du temps, des attrape nigauds propagandistes, manipulés selon les intentions, ça on le sait aussi et j’y reviendrais prochainement.

Mais pour mettre en exergue ce qui me paraît fondamental : l’enseignement concret, visible tous les jours dans cet hiver défunt, sur la non séparation des différentes composantes du tout, en l’occurrence, sur le constat que la planète n’est pas divisible, au même titre que l’univers.

Comme l’ont affirmé des savants plus que respectables, comme Hubert Reeves et tant d’autres, le tout est supérieur à la somme des parties et ne s’occuper que des parties appauvrit considérablement le tout, le dévitalise complètement jusqu’à sa perte.

Et ce qui est valable pour les phénomènes physiques, astrophysiques, climatologiques, l’est aussi pour les phénomènes humains, sociétaux et collectifs. Ces interactions ne sont en aucun cas réservées à la cosmologie et à l’équilibre des systèmes stellaires et planétaires. Des hommes remarquables comme Jean Marie Pelt, éminent botaniste mort tout dernièrement, l’ont démontré dans le domaine du végétal, d’autres ont eu les mêmes conclusions dans le domaine minéral et animal.

Je rappellerais encore une fois le travail remarquable de René Girard en anthropologie et cet extraordinaire Albert Jacquard qui ont aussi démontré, avec la même pertinence, que dans le domaine humain cette loi naturelle du tout s’applique de la même façon. Dans la sphère politique, seule l’anarchie, la véritable, celle de Louise Michel et de la Commune, a tenté de défendre ces options d’interactions permanentes et réciproques entre tous.

« Abolir les prisons est un acte nécessaire pour l’équilibre du tout »

Pour comprendre l’interdépendance déclinée a tous les niveaux, il suffit d’observer sérieusement le vivant. Nous pourrons alors nous faire une idée de la dangerosité de la séparation, de la catégorisation, du classement, des cases hermétiques, de l’exclusion et de l’enfermement qui sont et resteront, qu’on le veuille ou non, participants d’un arbitraire suicidaire.

Dire que le règne de l’immédiateté et du très court terme a gagné, qu’on ne veut aujourd’hui ne pas voir plus loin que le bout de son nez, ne reste, quand cela se cantonne aux discours incantatoires à la Mélenchon, qu’un crachat dans un violon pour lui faire jouer les 4 saisons de Vivaldi.

Tu as compris où je veux en venir, lecteur. La prison est un des symptômes les plus inhumains de ce dysfonctionnement général et mortifère. Abolir les prisons n’est pas un plaidoyer pour le laxisme mais bien un acte nécessaire pour l’équilibre du tout. Que connaît-on d’une organisation sociale sans prison puisqu’elle n’a jamais existé dans l’ère dite moderne ? Comment peut-on affirmer fantasmatiquement que ce serait une jungle sans nom puisque nous n’en avons aucune expérience concrète ?

Cependant, nous devrions en avoir une idée, malgré tout, si nous regardons les résultats dévastateurs des politiques menées aujourd’hui qui surajoutent ce qui ne marche pas à ce qui ne marchait déjà pas, en générant encore plus de sécurité à tout ce qui surveille, fiche, repère, stigmatise, en condamnant avec des peines sans précédents … et où les libertés se réduisent comme une peau de chagrin. Jamais le triptyque « liberté, égalité, fraternité » n’a été aussi inexistant et la République autant prostituée.

« La haine la plus violente est, sans conteste, du côté des défenseurs de l’ordre »

Si on y regarde de près, en dehors des stéréotypes habituels et récurrents, on voit bien que la haine la plus violente est, sans conteste, du côté des défenseurs de l’ordre, de la sécurité, de la punition et de la vengeance. Sans faire référence à cet état d’urgence qui, sous ses bonnes intentions de façade, nous trace le chemin du totalitarisme, il suffit de lire quelques commentaires sur ce site.

On les voit très clairement ces haineux qui ne cherchent qu’à détruire et éructent bêtement leur pure méchanceté imbécile et primaire. On les sent jouir (c’est leur seule occasion d’ailleurs) du mal qu’ils profèrent au nom de la morale ridicule. Ils invectivent et cherchent à nuire à la manière des Boutin et des Ménard, drapés dans leur suffisance capricieuse où ils se gaussent, en se targuant d’une logique niveau d’école maternelle. Ils n’y connaissent rien, mais affirment tout savoir en proférant leurs flatulences nauséeuses et en désignant leur propre débilité qu’ils attribuent aux autres. C’est Audiard qui disait qu’ils osaient tout et que c’était même à cela qu’on les reconnaissait.

« Regarder ce qu’engendre punition et enfermement »

Voilà lecteur, tu as le choix : continuer à rester tête baissée en suivant ce chemin qui mène au pire dans le politiquement correct de la violence ordinaire et le moutonnage ou commencer à analyser les faits, tant sur le plan individuel que sur le plan globalement humain, pour en tirer les liens et les conséquences et voir ainsi les véritables enjeux.

Regarde ce qu’engendre punition et enfermement et demande toi si cela est bénéfique à l’ensemble. C’est comme pour le dérèglement climatique, il faut commencer par trier ses déchets chez soi et non chez les autres. Mais, si cela est indispensable, c’est largement insuffisant. Il faut aussi changer les modes d’éducation, de consommation, la qualité de ce qu’on produit, de ce qu’on mange et sortir de cette croissance paranoïaque qui nous mène à la mort dans une course concurrentielle sans fin.

J’ajoute ce bref poème qui me fait toujours frisonner à chaque fois que je le lis, car il dit tout en quelques lignes. Il est de Martin Niemöller, pasteur protestant. Il l’a écrit pendant sa détention à Dachau.

« Quand ils sont venus chercher les socialistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas socialiste.
Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas juifs.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholiques.
Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester. »

Tu peux y rajouter sans rien dénaturer : quand ils sont venus chercher ceux qu’on appelle délinquants.


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

1 commentaire posté

  1. Cher Taulard,

    Je souhaite réagir à ton article.

    Tou d’abord, ce titre évocateur :
    «Abolir les prison»

    Pour tout te dire mon petit Taulard, je m’attendais à lire un article argumenté, avec des idées/solutions de remplacement d’un système carcéral et un argumentaire à charge puis à décharge si tu en avais l’honnêteté.

    Mais que fut ma surprise en lisant ton article, les 3/4 sont hors sujet, parler du réchauffement climatique, de la COP21 c’est bien, mais c’est mieux quand c’est en cohérence avec l’intitulé de ton article.

    Un pavé indigeste comme tu en as le seul secret.

    Il est désolant de te voir noyer ton articles dans des tournures de phrases à rallonge. C’est long, ennuyeux, surtout quand c’est autant en décalage avec ce titre tant prometteur.

    Tu connais l’expression « il n’y a que les cons qui ne changent pas »
    Heureusement pour toi, tu n’a pas changer, article en article c’est la même chose. Je te l’accorde, tu es en phase avec toi même sur ce point. Le reste c’est autre chose…

    Tu ne parles pas une seule fois des victimes, ou bien en mal car elle participe à ce système que tu hais tant. Oui Taulard, les victimes, on en fait quoi.

    C’est quoi une victime ? Laisse moi te donner la définition.

    « Une victime est une personne qui souffre des agissements d’autrui. »

    Une victime est une personne physique et/ou morale. Elle peut aussi être animale. Voilà tu sais tout.

    Parlons de ton invective dans tes articles à l’encontre des riverains de Rue89Lyon qui aurait la triste idée de critiquer le fond et la forme de ton analyse.

    Je ne parle même pas de tes réponse dans tes commentaires. Ils sont affligeant.

    Il te suffit d’une critique négative à ton égard pour que tu nous taxe de « fachos » et de mouton vendu à la société.
    C’est tellement facile, mais bon si cela t’aide à ne pas assumer le fond de ta personne qui n’est pas très belle eu regard à ce que tu en dégage via tes diatribes dithyrambique assommante.

    Parlons un peu de ta lâcheté, tu parles dans ton articles des « commentateurs » qui commentent tes articles. Oh la la Ils sont méchant, pas gentils, vilain comme tout ces riverains.
    Tu n’a même pas le courage de t’adresser directement aux personnes ciblées en les citant ?!? C’est d’une tristesse.

    Il est incroyable venant d’une personne qui s’exprime publiquement de n’avoir aucun sens de la critique et de ne pas accepter les critiques extérieurs.

    Personne ne t’a forcé à faire des tribunes sur rue89lyon, il est grand temps que tu acceptes d’être critiqué sans t’offusquer telle une vierge effarouchée.

    Bref, tu n’a aucune crédibilité en ayant cette ligne de conduite.
    Peut-on espérer une amélioration ? Non, je ne le pense pas.

    Tu as bien trop de haine en toi. Cela transpire dans tout tes articles.
    Quand tu insultes les avocats, qui ton merveilleusement répondu par la suite ou quand tu dénigres le travail des bénévoles et pire quand tu t’attaques aux religieuses que tu taxe d’être des hypocrites. Etc…

    Allez, bisou. Et assume un peu.