Actualité 

OM-OL : Jean-Michel Aulas reprend son jeu favori des déclarations fracassantes

actualisé le 25/09/2015 à 15h21

(Article mis à jour) Ce dimanche, l’Olympique de Marseille recevait l’Olympique Lyonnais. En foot. Du moins sur le papier puisque le match a été marqué par une agressivité notable de certains joueurs marseillais, à l’encontre de leur ancien camarade Mathieu Valbuena aujourd’hui joueur de l’OL et d’une partie des supporters locaux. En deuxième mi-temps le match a même dû être interrompu durant une vingtaine de minutes par l’arbitre, suite à des jets de bouteilles en verre sur le terrain.

L’occasion, une nouvelle fois, d’assister à une passe d’armes entre les présidents marseillais et lyonnais,  Vincent Labrune et Jean-Michel Aulas. Garanti avec du guignol inside.

Aulas – Labrune : bras dessus bras dessous

La première mi-temps fut déjà tendue sur le terrain avec quelques tacles et charges marseillaises parfois assassines. Bilan : une expulsion. Le souffre-douleur : Mathieu Valbuena, joueur de l’OM durant 8 ans et Lyonnais depuis cette saison. En regardant les tribunes, on pouvait voir un mannequin figurant Mathieu Valbuena pendu au bout d’une potence. Déjà, on a pu avoir à ce moment une vague idée de la nervosité des joueurs marseillais et du choix de leur cible. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour ses supporters ?

Pourtant à la mi-temps, on a découvert nos deux présidents sortant opportunément du vestiaires des arbitres, l’air plutôt jovial, presque complices.

Guignol, en toute connaissance de cause

Les incidents de la seconde période et la suspension de la rencontre pendant quelques minutes a fini par faire voler en éclats ce tendre moment. Les présidents ont pu reprendre l’un de leurs jeux favoris : s’en prendre à l’arbitre et entretenir la rivalité entre les deux clubs en s’approchant raisonnablement de l’insulte.

Résumons le ping-pong de cour d’école :

  • Vincent Labrune, président de l’OM, met les débordements sur le compte de l’arbitre. Ses décisions ont contribué à rendre le public chafoin. Du coup, il balance quelques bouteilles en verre voyez vous. Normal.
  • Vincent Labrune, toujours lui, explique que de toutes façons l’OM est défavorisé depuis le début par les arbitres. Il n’y a qu’à voir le pénalty accordé à l’OL (on lui accordera qu’il est très discutable) et tous ceux accordés généreusement au club lyonnais la saison passée. Il déclare alors au micro de Canal + :

« Je ne sais pas si ce soir c’était du football ou les jeux du cirque, ce dont je suis sûr, c’est que l’Olympique de Marseille a une équipe de gladiateurs. Après, ce que je dois dire, c’est qu’il y a des équipes qui jouent plus souvent à 11 contre 10 que les autres. C’est le cas de l’OL. Il y a des équipes qui jouent plus souvent à 10 contre 11, c’est le cas de l’OM. »

  • Jean-Michel Aulas entre en action. Surprise : ce n’est pas sur Twitter. Mais bien face caméra. On sort le pop-corn. Il parle tout d’abord de « vendetta » à l’encontre de Mathieu Valbuena et met en cause (plutôt logiquement) la responsabilité du club marseillais dans les failles de sécurité. Puis, ça s’emballe. Il prédit à son homologue marseillais une carrière dans le monde du foot aussi longue que celle de Marc Bonnel à la télévision et le traite de « guignol ». Le Lyonnais sait ce qu’il dit en la matière.

Le président lyonnais a également dit tout le mal qu’il pensait des critiques envers les arbitres de la part de Vincent Labrune.

« L’arbitre a été courageux. Il aurait pu sortir d’autres cartons rouges. Le mettre en cause, c’est douteux. »

On accordera aux Marseillais, sûrement un peu irrités ce matin, qu’en la matière les propos de JMA sont cocasses. Toutes ses sorties sur des arbitres prétendument hostiles à son équipe avaient notamment valu à Jean-Michel Aulas d’être convoqué devant le conseil d’éthique de la fédération de football française. Et d’être condamné à une suspension de ses fonctions de deux matchs ferme.

Mis à part jouer au pendu en tribunes, les supporters marseillais ont aussi fait passer d’autres messages. Le groupe des South Winners, connu pour son attachement antifasciste, a profité du match pour adresser une réponse à la banderole des hooligans lyonnais. Une banderole « Refugees not welcome » avait en effet été brandie lors du match contre Lille le 13 septembre dernier dans les travées de Gerland. Réponse en banderole.

Banderole déployée par les South Winners lors du match OM-OL le 20 septembre 2015 / DR

Banderole déployée par les South Winners lors du match OM-OL le 20 septembre 2015 / DR

Sinon, dimanche soir sur le terrain, l’OM et l’OL ont fait match nul : 1-1.

Nouvelle sanction pour Aulas en perspective ?

Dans la soirée de ce jeudi 24 septembre, la commission de discipline de la Ligue professionnelle de football (LFP) a décidé de suspendre les deux virages du stade Vélodromre de Marseille à titre conservatoire. La ligue indique avoir lancé une instruction qui court jusqu’au 15 octobre. Dans l’intervalle, cela signifie donc que les tribunes des deux virages du stade de l’OM seront fermés pour la réception d’Angers ce week-end.

Par ailleurs, le président de la commission de discipline de la LFP interrogé par le site de l’Equipe a également évoqué l’énième échange d’amabilités entre les président Aulas et Labrune. Selon Sébastien Deneux :

« Les déclarations de messieurs Aulas et Labrune sont des manquements manifestes à l’éthique ».

Les deux présidents sont d’ores et déjà convoqués séparément le 15 octobre prochain au terme de l’enquête de la Ligue.

> Article mis à jour le 25 septembre avec la décision de la commission de discipline de la LFP

Partager cet article

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 496 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 578 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 469 visites. Aucun commentaire pour l'instant.