Cultures  L'anti-Routard de Lyon 

Un nouveau lieu de sortie à Lyon : le cimetière de Loyasse

actualisé le 18/09/2014 à 15h06

Expos, concerts, conférences…  Pour son bicentenaire, le cimetière de Loyasse n’est plus seulement un lieu relié à la mort, il devient un lieu de vie culturelle.  

 

Bicentenaire d’un cimetière en musique

Juché sur la colline de Fourvière, le cimetière de Loyasse est inconnu des touristes et même de la plupart des Lyonnais. Il vaut pourtant un petit détour.

À l’occasion de ses 200 ans, la Ville de Lyon lance une opération originale pour changer le regard sur ce lieu. Du 20 septembre au 20 octobre, une série d’animations ont été mises en place. Au programme, visites thématiques, concerts symphoniques et balades urbaines, entre autres.

Vous saurez tout sur les habitudes funéraires du passé, sur l’art et l’architecture dans le cimetière ou encore sur les Francs-maçons lyonnais.

Une discrète exposition photographique, baptisée « Au delà des clichés » s’invite  sur les murs extérieurs de l’enceinte du cimetière, ainsi que sur ceux de la Lunette du Fossoyeur, vestige du Fort de Loyasse, avec notamment les photos « lightgraff » drôles et décalées de Guillaume J. Plisson et Brusk.

Ladite Lunette, réhabilitée pour l’occasion, accueillera le concert symphonique « Hymne à l’amour », samedi 28 septembre à 21h. Mais ce n’est pas tout, au menu, des « déambulations musicales » : 35 personnes suivent des musiciens sur les chemins de Loyasse.

Dimanche 22 septembre, s’est d’ailleurs déroulée la première d’entre elle, avec le groupe de Jazz FD’A 4tet. Une petite idée de l’ambiance en vidéo :

©Laurent Burlet et Lucile Jeanniard

 

« Le Père Lachaise numéro 2 »

A Loyasse, reposent l’ancien homme politique et maire de Lyon, Édouard Herriot, le collectionneur d’art Émile Guimet, le Franc-maçon Jean-Baptiste Willermoz, ou encore le très aimé guérisseur Maître Phillipe (la tombe la plus fleurie du cimetière).

Ce qui fait dire à Jean-Louis Touraine, 1er adjoint au maire, et à Georges Képénékian, adjoint à la Culture, que c’est un « Père Lachaise numéro 2 ». Bon, en moins touristique pour l’instant. Et sans Jim Morrison, ni Édith Piaf.

Loyasse n’en reste pas moins un cimetière pourvu de monuments parfois surprenants, comme la tombe pyramidale de Jean-Espérance de Laurencin, ou la chapelle Ricard, pyramidale également. Et dans la plus grande tombe du cimetière, environ 80 corps reposent.

Véritable musée en plein air, Loyasse accueille des monuments du XIXe siècle, comme ce tombeau en marbre sur lequel trône une Pièta érigée en 1886 © Nathalie Moga

 

« Faire changer le regard sur les cimetières »

Le cimetière reste dans les esprits un lieu de deuil, où la sobriété et le chuchotement sont de mise. Certains riverains que nous avons croisés ne comprennent pas que l’on y organise des activités culturelles. Pour Odile, 94 ans, accompagnée de sa fille Françoise, 62 ans, ce n’est tout simplement « pas l’endroit » :

« Nous avons six membres de notre famille enterrés ici. Que l’on fête le bicentenaire, pourquoi pas. Mais les déambulations pourraient se faire depuis Fourvière jusqu’au site, mais pas dedans. Qu’on laisse les morts tranquilles ! Ceci n’est pas un lieu de visite. »

Les techniciens de la Ville de Lyon à l’origine du projet assurent que tout a été fait dans le respect du lieu. Les dates des festivités ont été choisies à dessein, entre les Journées du patrimoine et la Toussaint. Une porte-parole de la mairie explique que le but est de « simplement faire changer le regard sur les cimetières » :

« En France, il fallait en trouver un qui accepte de se lancer dans ce genre d’animations. Et Loyasse l’a fait, parce qu’il y a toute une histoire à valoriser. Cela dit, ce n’est pas un lieu de divertissement, ça n’a rien à voir avec ce qu’il se passe aux États-Unis. Tout est fait dans le respect du lieu. »

Nous n’en sommes pas, donc, à faire jouer Sigùr Ros ou The National devant une foule en délire, comme cela se fait au Hollywood Forever Cemetery, entre deux projections de films.

 

L’évêque de Lyon fait son footing à Loyasse

On aurait pu penser que le diocèse de Lyon serait également réticent à voir entrer musique et des déambulations dans un tel lieu. Mais selon Céline Eyraud, responsable des concessions à la direction des cimetières, il n’y a pas eu de réserves de sa part, au contraire :

« C’est un moyen pour le diocèse de communiquer sur la carré des prêtres qui existe à Loyasse. Il était emballé par le projet et a produit un texte, qui sera affiché, sur l’histoire de ce carré. Le cimetière n’est pas vu comme une zone interdite par le diocèse. La preuve, même Monseigneur Barbarin y fait son jogging ! Nous souhaitons réhabituer les lyonnais à y venir, comme dans les années 1920 où après la messe, les gens s’y retrouvaient pour discuter. »

 

Y aller

Cimetière de Loyasse, 43 rue Cardinal Gerlier 69005 Lyon . Tél : 04 78 25 28 51. Certaines animations sont sur réservation. 

 

 

 

Partager cet article