Appartement 16
  • 22:15
  • 12 mai 2013
  • par Yann Samain

Souterrains de Lyon : la guerre entre anciens et nouveaux explorateurs, les urbex

5326 visites | 31 commentaires

L’exploration des souterrains n’est pas réservée aux catacombes parisiennes. A Lyon, elle existe aussi de façon clandestine. Longtemps menée par quelques passionnés, cette pratique suscite l’intérêt d’une nouvelle génération de cataphiles, provoquant des frictions entre « anciens » et « modernes ».

Dans les souterrains de Lyon, mars 2012. Crédit : Yann Samain/Rue89Lyon.

Les souterrains de Lyon, on m’y a emmené. Pas le droit dire par où nous sommes entrés, le secret est l’une des règles fondamentales de l’exploration. Frontale bien mise, sur recommandation de mon guide, j’agrippe des barreaux tordus et me glisse dans l’ouverture d’un petit tunnel, dissimulés par des buissons.

J’atterris dans une galerie en pente.

La voie est facile, mais mes chaussures plates d’amateurs manquent de me faire descendre les 20m d’escalier sur les fesses. En bas, des vieilles pierres, des restes laissés par les expéditions précédentes, des bougies, et le silence.

Je suis vite rejoins par les trois autres membres du groupe. Le décor se dévoile à la lueur des lampes torches : une pièce vide, donnant sur un ensemble de galeries datant probablement du XVIIe siècle. Sur les murs, beaucoup de graffitis. Laura (les prénoms ont été changés), jeune « urbex », grimace :

« J’aime pas trop ça, les graffs sur les vieilles pierres. »

 

La scène la plus secrète de France

La scène lyonnaise de l’exploration souterraine, ou cataphilie, a la réputation d’être l’une des plus secrètes de France. Et pour cause. Pendant de nombreuses années, les quelques accès permettant d’accéder aux sous-sols ne sont restés connus que d’une petite trentaine de personnes seulement. Contrairement à Paris, où l’on parle de milliers de visiteurs clandestins par an dans les catacombes.

La municipalité, principalement pour des raisons de sécurité, a toujours cherché à empêcher, ou du moins à restreindre cette pratique. Si les sous-sols n’appartiennent a priori à personne, un arrêté de 1989 interdit au public d’en emprunter les accès, qui sont la plupart du temps scellés.

La commission des balmes, créée en 1930 suite aux éboulements de Fourvière, met en garde contre les dangers qui menacent les explorateurs souterrains : mauvaise chute, effondrements… Autant de mesures qui visent à décourager, mais stimulent également le goût du risque et de l’interdit.

Et depuis quelques années, une nouvelle pratique se développe : l’Urbex. Contraction de l’anglais Urban Exploration, soit exploration urbaine. Les « urbex » ou « urbexeurs » sont venus à la cataphilie sur le tard, après avoir commencé par la visite de friches industrielles, de toits, d’immeubles abandonnés ou de tout endroit difficilement accessible et peu fréquenté.

Ils sont de plus en plus nombreux à Lyon à arpenter les galeries, anciennes voies de drainage et autres passages secrets datant parfois du Moyen-Age, voire de l’Antiquité.

Dans les souterrains de Lyon, mars 2012 : « Prisonnier », réalisé par Cart1. Crédit : Yann Samain/Rue89Lyon.

« La règle est un peu la même que pour le Fight Club : on n’en parle pas »

Cette hausse de la fréquentation ne plaît pas forcément aux cataphiles originels. Neuro, propriétaire d’une boutique spécialisée dans le matériel d’exploration urbaine, constate l’accroissement du phénomène « urbex » et ne s’en réjouit pas vraiment :

« Avec la nouvelle génération, s’est mis en place un système d’échanges de lieux, de bons coins à visiter. C’est ce que j’appelle les « explorateurs Facebook ». Le problème, c’est que plus les lieux sont connus, moins ils sont protégés. »

Le principal reproche qui est fait aux urbex est de publier sur Internet des photographies beaucoup trop explicites, qui dévoilent l’accès des souterrains. De nombreux spots sont aujourd’hui considérablement endommagés, couverts de graffitis. Pour Neuro, « la dimension éthique se perd ».

La plupart des cataphiles les plus anciens se décrivent avant tout comme des passionnés d’histoire, d’architecture, en quête d’une certaine tranquillité. Ils considèrent être inscrits dans une démarche radicalement différente, et mettent en avant leur volonté de préserver les sites qu’ils visitent. D’où une grande discrétion, dont Neuro se moque gentiment :

« La règle est un peu la même que pour le Fight Club : on n’en parle pas. »

Cette discrétion a alimenté un certain mystère, donc de nombreux fantasmes : des messes noires dans les caveaux antiques, jusqu’au fameux lac qui se trouverait sous Fourvière.

« Des conneries », selon Neuro.

Dans les souterrains de Lyon, mars 2012. Crédit : Yann Samain/Rue89Lyon.

 

L’Urbex, une pratique, plusieurs attitudes

Le profil type de l’urbex reste cependant très flou. Il est difficile de cerner une seule attitude, une seule démarche qui l’opposerait fondamentalement à celle de ses prédécesseurs. Ceux que nous avons pu rencontrer partagent par exemple les préoccupations des anciens sur la question de la préservation des sites.

Miguel, mon guide dans les souterrains, s’intéresse à l’histoire des lieux qu’il visite, et dit faire attention aux personnes à qui il confie les « bonnes adresses ». Lui aussi considère que « plus un lieu est fréquenté, plus il est dégradé. »

A l’inverse, certains explorateurs, comme Roudoudou (son nom de scène), urbex parisien maintenant installé à Lyon, critiquent le « culte du mystère » qui entoure la cataphilie. Comme il le dit sur son site, en des termes fleuris :

« Le cataphile se pense rituel et clandestin alors qu’il n’est qu’asocial et stupide. Il s’approprie tout au nom de la liberté (ma salle, mon tag, mon vomi) et refuse la circulation de l’information qu’il a déjà. »

Ces différences d’approche s’expliquent facilement : les urbex sont beaucoup plus nombreux. A Lyon, ils seraient plusieurs centaines. Si la plupart sont venus à l’exploration urbaine par la photographie, certains mettent également en avant une volonté de se réapproprier l’espace, de redécouvrir l’histoire de sa ville, et des générations précédentes. D’autres n’y voient qu’une occasion de détente, ou de faire la fête là où aucun voisin ne viendra couper le disjoncteur.

 

« Qu’on aille foutre son blase sur un mur roman, j’ai du mal à comprendre »

Samy Rabih, secrétaire de l’OCRA Lyon, association dédiée à la protection et la mise en valeur du patrimoine souterrain, est critique, mais se montre relativement compréhensif :

« C’est sûr que les générations récentes ont moins de respect pour les vieilles pierres. Ils vont faire les choses d’une manière pas très classe parfois. Mais on a tous été des amateurs à un stade. Aujourd’hui, en tant qu’association, on a des engagements moraux qui font qu’on ne peut pas les cautionner. Mais quelque part, on les comprend. »

L’OCRA est la face légale de la cataphilie. Un petit réseau d’anciens explorateurs qui ont décidé de se monter en association, pour tenter de protéger les souterrains. Aujourd’hui, le risque est réel de voir se perdre une partie du patrimoine souterrain lyonnais. Sauf que les urbex seraient loin d’être les seuls en cause.

Pour Poisson (pseudonyme d’un ancien cataphile, ancien membre de l’OCRA), ils ne posent réellement problème que lorsqu’ils font des graffitis :

« La vraie scission, c’est le graff’. Qu’on aille foutre son blase sur un mur roman, j’ai du mal à comprendre. »

La principale menace viendrait davantage, selon lui, des autorités municipales, lorsqu’elles tombent sur des sites anciens et décident de bétonner.

Parmi les sites les plus connus : les arêtes de poisson, un mystérieux réseau de galeries, menacé il y a quelques années par le percement du second tunnel de la Croix-Rousse. Les cataphiles s’était alors mobilisés pour faire connaître ce site du grand public, et éviter sa destruction.

Dans les souterrains de Lyon, mars 2012. Crédit : Yann Samain/Rue89Lyon.

 


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

31 Commentaires postés

  1. Bonjour, je voulais apporter une précision. Je trouve l’appellation « urbex » pour désigner un explorateur urbain désagréable, de plus, elle n’existe que dans le vocabulaire journalistique, car dans le « milieu » elle n’est pas utilisée… Personne n’utilise non plus ce terme pour parler d’une exploration… Généralement « urbex » désigne la pratique : exploration urbaine, et pas autre chose, et les pratiquants, quand ils se définissent, s’appellent plutôt explorateurs, cataphiles, toituros etc…

  2. Neuro c’est bien le gérant de la quincaillerie de l’urbex (http://www.my-urbex.com/) ? C’est génial comme boutique ! il y en a d’autres dans la même veine ?

  3. Je souhaite visiter depuis que j’ai entendu parler des arêtes de poisson. Un tips pour commencer l’exploration?

  4. Quand je pense au con qui pense avoir seul les clés…

  5. Bah, visité de font en comble les arrêtes de poisson en 95, très peux fréquenté à l’époque. Pas de chance mon pseudo correspond aux inscriptions peintes par les services de la ville et indiquant les points d’eau, ce qui m’a valu qq critiques des sois disant ‘pro’ arrivés plus tard…

  6. Ce qui est amusant dans l’exploration urbaine, c’est que ce sont surtout les nouveaux qui sont les plus réticents à partager l’information que les anciens leur ont donné. Le meilleur étant aussi qu’ils viennent donner des leçons de discrétion. Remarque, quand on voit le niveau, nous (les anciens), on aurait peut-être dû ne rien leur dire… ^_^ Bisous

  7. Le problème est le même qu’à Paris, dès que la foule arrive en nombre, les dégradations suivent. A part l’éducation, il n’y a pas de solution.

  8. Les arêtes de poisson sont toujours accessible, enfin depuis quelques semaines, mais pour cette fois, on conservera le secret. Pourquoi ? Afin d’éviter que les gars de la Courly referment ce nouvel accès et que certains viennent empirer les dégradations…

  9. Étant cataphile Parisien et Lyonnais depuis plus de 25 ans, je ne vois pas où est le problème avec les URBEX ?
    On a toujours eut des divergences de point de vue. Mais pas au point de paroxysme que vous avez l’air de décrire. Selon vos propos, il y aurai comme une sorte de clivage.
    A la base, nous partageons tous la même passion pour les souterrains. Juste, certain ont une approche plus globale de l’exploration urbaine et y adjoignent les toits et/ou les friches.
    Et quand on y regarde de près, on se rends compte que certain cataphiles qui se définissent comme cataphile et rien d’autre, font également à l’occasion de la visite de toits ou de l’exploration de friches industrielles.
    Parler d’un clivage me semble un peu abusé.
    Par contre, je suis bien d’accord avec Poisson, aller foutre son blase à la bombe de peinture sur un mur maçonné par les Romains du temps de l’empereur Adrien, ça craint complétement.
    Avec l’OCRA-LYON, nous avons restaurés plusieurs murs et je crois que les petits cons qui « taguent » ne se rendent pas compte de ce qu’ils font, ou en tout cas de la portée de leurs geste idiot.

    Manga
    Membre fondateur OCRA LYON

  10. Bon sympa la visite des sous sols de Lyon mais finalement c’est surtout des photos du fort de Loyasse, ya pas trop besoin d’étre dans le fight club pour le trouver celui-la, c’est grand ouvert et c’est fléché de partout. Ouuuuups! j’ai cassé un tabou?

    • Plus on lâche les emplacements facilement plus il y a des connards qui vont tout éclater.
      Même si le lieux est connu c’est pas la peine d’aggraver les choses…

      • Bonjour Tyred,
        Dans le cadre d’un reportage j’aimerais parler de l’urbex sur Lyon. Je recherche une personne prête a partager son point de vu. Je ne dévoilerai évidemment ni ton identité, ni tes lieux de prédilection.
        Si tu te trouvais intéressé, n’hésite pas a me contacter 06 62 05 99 41

  11. Bonjour étant passionner de catacombes je suis à la recherche de personne qui se porte volontaire pour une descente éventuel.. Je attendant une réponse je vous en remercie vivement un grand merci

  12. A toute(s) personne(s) réelle(s) et motivée(s) pour une exploration suburbaine de Lyon avec si possible une connaissance du « terrain », je vous laisse l’initiative de me contacter au N° suivant:
    06-41-99-59-17.
    Pas sérieux s’abstenir…Merci…

    A très bientôt…. ~Maxxance~

  13. Ahaha !

    L’endroit que vous montrez est assez connu quand on fait un peu d’urbex à Lyon.
    Il n’en demeure pas moins un lieu assez agréable à visiter malgré les nombreux tags.
    Le problème avec l’urbex c’est que c’est comme tout.
    Il y aura forcément des gens qui ne respecteront rien, sans savoir qu’il se trouvent dans des endroits vieux de plusieurs centaines d’années.
    Je suis à la recherche de spots sur Lyon en ce moment, je tourne un peu en rond. Si quelqu’un tient à visiter cet endroit, je veux bien lâcher l’adresse contre un petit tuyau ;)
    tyred.urbex@gmail.com

  14. Bonjour, nous sommes 5 étudiants en audiovisuel a Lyon. Dans le cadre d’un reportage, nous cherchons actuellement un volontaire pour nous parler de l’urbex.
    * Nous ne cherchons pas a dévoiler des endroits
    * Nous ne cherchons pas a dévoiler votre identité
    nous sommes simplement intéressé par les différents point de vu qui entourent cette pratique

  15. Attention, ne pas prendre contact avec Maxence dont le mail est : maldoror69@aol.com et le tel 06-41-99-59-17. (voir ces message d’avril 2014)
    Ce mec d’une 50aine d’année à de gros pb d’ordre psychologique et sociale, après un 1er contact cet été pour discuter de souterrains, j’ai pu déceler une personne très revendicative, contre la sté, les gens, et qui n’a fait aucune recherche sur la région et compte sur les autres pour trouver des infos. N’ayant pas souhaiter continuer car ne voulant pas rentrer par effraction n’importe ou et n’importe comment, je me suis fait tout de suite insulter et ca continue aujourd’hui après plus de 4 mois sans donner de réponse. J’ai bloqué mes sms, mon tel et auj mes mails.
    Prenez garde !!

    • 30 personnes qui connaissent, il faudrait retourner à l’école.
      Sinon, le meilleurs moins de visiter des souterrains c’est de commencer à chercher et a faire ses preuves.
      Et avec un peu d’exploration, c’est faisable.

      • pleins de fautes aussi dans ton message ..donc faites ce que je dis …

        • J’ai l’habitude :o
          Je suis la démonstration que le système d’éducation français est en péril.
          Pour continuer sur les souterrains. J’ai commencé à chercher seul, certes on ne trouve pas les plus sympas, mais j’aime bien ça. C’est d’ailleurs en explorant que j’ai trouvé un souterrain abandonné de tous, y compris du service de la balme de Lyon.