Politique 

2012 : André vote pour un Hollande « respectueux des immigrés »

« Parcours d’électeurs » est une série à suivre sur Rue89Lyon, qui devrait nous mener jusqu’aux prochaines élections. Le principe : des portraits d’individus réalisés à travers le prisme de leurs votes passés et de leurs intentions pour 2012. André travaille dans le bâtiment depuis 42 ans. Il a toujours été entouré de collègues immigrés et son intention de vote se définit aussi par rapport à eux.

André, 57 ans, et son ami Abdel sont posés sur un banc au soleil, « comme des lézards », place Jean Jaurès. André est au chômage depuis six mois mais il va reprendre le travail en mai, dans le bâtiment. Ces derniers temps il prête une attention particulière à l’actualité politique. Il avoue être un téléspectateur assidu des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale :

« J’aime bien suivre les différents dossiers et les réactions des politiciens. Je reste aussi attentif aux propositions des partis dans leurs meetings. »

La dernière fois qu’André est rentré dans l’isoloir, c’était pour voter Giscard d’Estaing. Déçu de sa politique et « des affaires de corruption de la droite », il a décidé de s’abstenir ces trente dernières années. Mais pour la prochaine présidentielle, il votera. Cette fois-ci, son bulletin sera rose :

« J’aime beaucoup François Hollande. Les gens disent qu’il est mou. Je ne suis pas d’accord. Je trouve qu’il a une vraie personnalité. En plus, je ne vote pas que pour lui, je vote surtout pour son équipe. J’aimerais que Martine Aubry devienne premier ministre, elle a un sacré caractère et de vrais idéaux. »

Si André rechigne à redonner son vote à la droite c’est surtout par rapport à leur politique en matière d’immigration.

« Je trouve que François Hollande est plus respectueux avec les immigrés et ne cherche pas à tous les expulser. »

André, originaire du Beaujolais, a toujours été entouré d’étrangers. Il s’est marié trois fois, « avec deux Marocaines et une Algérienne ». Et dans son travail, ses collègues ont été, pour la plupart, d’origine maghrébine, espagnole ou portugaise.

« Des personnes sérieuses qui ont toujours payé leurs impôts en France, qui sont bien intégrées. D’ailleurs, j’aime beaucoup la proposition d’Hollande sur le droit de vote des étrangers aux élections locales. C’est tout à fait logique ! »

Pour André, la condition sine qua non pour devenir président de la République est le rapport avec les gens, avec « le peuple ». Il dénonce l’ignorance des candidats par rapport aux « vrais problèmes qu’on retrouve dans la rue » :

« Vous voyez ce gars qui fait la manche là-bas ? Il est RMIste. Je le connais bien. Et celui-là ? Aussi, il vient tous les jours par ici. Il faut être dans la rue pour connaître la réalité du pays. François Hollande ne l’est pas assez, mais au moins il est plus au courant des problèmes que Bayrou, Sarkozy ou Villepin qui restent figés sur leur discours intellectuel. »

André se rappelle avec nostalgie de son enfance à Belleville-en-Beaujolais, quand il parcourait tous les jours 4km en tracteur pour aller à l’école. Il raconte qu’à cette époque ses parents parlaient déjà de la dette de la France et qu’elle les préoccupait :

«  Et aujourd’hui, on ne réagit à cette dette qu’après avoir vu couler la Grèce ! J’espère que le nouveau gouvernement  qui arrivera en mai remettra en question ce système de gaspillage.»

Partager cet article