Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Infos, enquêtes à Lyon et dans la région
Le shibari, une pratique érotique qui s’accorde à Lyon
Édition abonnés  Société 

Le shibari, une pratique érotique qui s’accorde à Lyon

par Adrien Giraud.
Publié le 26 septembre 2018.
Imprimé le 06 décembre 2022 à 12:36
7 125 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une nouvelle association de shibari vient d'ouvrir à Lyon -la deuxième dans la ville. Longtemps cantonnée au milieu SM (sado-masochiste), la pratique s'est adaptée pour toucher - ligoter - un public plus large. L'occasion de la découvrir, au sein de ce nouveau spot (il s'agit du deuxième de la ville).

On a voulu la découvrir et on a rencontré un prof de techno, on a assisté à un trip d'endorphine -et on a compris en quoi être ligoté pouvait libérer.

Il est un peu plus de 21h quand nous prenons place sur un coin du tatami, en chaussettes.

La pièce est éclairée, spacieuse. Les gens portent des vêtements de gym même si certains hommes sont torses nus. Une sono tapisse l’ambiance avec un morceau de Miles Davis. On est plutôt loin de l’imagerie SM. On pourrait se croire à un cours de yoga. Seuls les épais bambous aux dessus de nos têtes, et les cordes en jute et en chanvre au plafond, indiquent que nous sommes au bon endroit.

Ce samedi, on participe à l’inauguration d’une nouvelle association de shibari. Pour l’occasion, une quinzaine de personnes se sont rassemblées dans la Galerie Colora du côté de la place Sathonay (Lyon 1er) ; des jeunes et des moins jeunes. Il y a quelques hommes, mais la majorité de l’assemblée est composée de femmes.

Le shibari est un art japonais (kinbaku) qui consiste à s’attacher soi-même où bien être à être attaché par une autre personne (en japonais shibari signifie: être attaché). C’est une passion que partagent Gwen, Juliette, Adeva et Justin, les quatre fondateurs de l’association PRRope.

Gwen Sh (son pseudo), raconte les préparatifs d’une jam (une session de shibari) :

« Déjà, on peut séparer les modèles, ceux qui sont soumis, et les rigger, ceux qui soumettent ["attacheur" en anglais, ndlr]. Avant une session, c’est très important de discuter avec son ou sa partenaire. Définir s’il y a des endroits sur le corps où l’on ne veut pas être touché. Pour moi, c’est le nombril. Il faut aussi comprendre ce que le modèle attend. C’est lui qui décide et le rigger l’écoute ».

Cet article fait partie de l'édition abonnés.

Soutenez la presse locale indépendante

  • Accédez à l’édition abonnés de Rue89Lyon (dossiers, articles et enquêtes)
  • Soutenez le journalisme d'enquêtes et d'investigations locales
  • Participez aux concours hebdomadaires pour gagner des places de théâtre, concert ou cinéma.
  • Accédez en priorité et gratuitement à nos événements dans votre ville

4,90€ par mois

désabonnement en un clic

Je m'abonne

Je me connecte

Article actualisé le 08/10/2018 à 09h17
L'AUTEUR
Adrien Giraud
Adrien Giraud

En BREF

Affaire Perdriau : la nouvelle victime s’appelle Laurent Wauquiez

par Rue89Lyon. 2 142 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une manifestation organisée à la Guillotière pour le droit au logement à Lyon

par Marie Allenou. 486 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une journée de mobilisation des professionnels du social ce mardi à Lyon

par Rue89Lyon. 459 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×