Cultures 

Fête des lumières 2017, ou l’idée de retrouver la place Bellecour

actualisé le 07/12/2017 à 13h02

Large et entourée d’arbres, les atouts de la place Bellecour se retournent contre elle le temps de la Fête des Lumières. Beaucoup d’artistes éclairagistes s’y sont cassés les dents ces dernières années. Mais pour cette édition 2017, cela devrait changer.

 Daniel Knipper, un maître de la lumière ré-invité

Plus que jamais, et après l’édition tristement avortée de 2015, la Fête des Lumières est le reflet de Lyon, mettant en avant les marqueurs de la ville (Guignol dans le 5e, le cinéma aux Terreaux…). Daniel Knipper a collé des regards picturaux sur la colline de Fourvière et habillé la cathédrale Saint-Jean ; cette année, et durant tout le mois de décembre, il s’empare de l’Hôtel-Dieu. Découverte de ce maître de la lumière dans un portrait rédigé par Nadja Pobel à lire ici.


Façades trop éloignées les unes des autres pour être le tableau d’une même création, bordée d’arbres… la majesté de la place Bellecour n’a jamais été un atout lors de la Fête des Lumières, si bien que depuis des années les organisateurs s’appuyaient sur la grande roue pour en faire un réceptacle de film, avec des animations plus ou moins pyrotechniques et humaines autour.

De quoi stagner une bonne demi-heure sur la place, le temps d’attendre et de voir cette boucle souvent longue, et bien souvent ne rien y voir de marquant alors que de grands noms s’y sont collés.

En 2013, Joseph Couturier annonçait un gigantesque spectacle de marionnettes décevant, en 2014 Damien Fontaine rendait pompeusement hommage à Saint-Exupéry et l’an dernier Nathanaëlle Picot (programmée cette année aux Terreaux) installait « un songe forain » à l’intention louable (évoquer Burton, Fellini et Nino Rota) mais peu esthétique.

© Agence Tilt

Une idée qui fait « tilt »

Il faut remonter à la boule à neige de Jacques Rival en 2011 (programmé cette année sur la place des Jacobins avec Golden hours) pour trouver la simplicité, pourtant largement secouée par le vent. Mais la vraie bonne idée est pour cette année ! L’agence TILT invite, enfin, à une déambulation.

C’est le sol de cet espace impossible à éclairer qui sera allumé avec une nuée de fleurs géantes signées par des fidèles parmi les fidèles de la Fête.

Si cette troupe d’éclairagistes emmenés par François Fouilhé ne fait pas preuve d’une créativité débordante, elle décline un créneau sans ciller : des lampes immenses pour éclairer la ville.

Ce furent des lampes en poches en 2014, place Lyautey (réitérées à l’aéroport de Lyon ce mois-ci), des lampes articulées de bureau en 2010 devant la CCI, des bouquets de lampes de chevet en 2012 place Pradel… Voici des fleurs qui imitent des lampadaires (comme l’an dernier avec les pivoines devant le Palais de la Bourse) : redoutablement efficace, et à sa place.

 

Par Nadja Pobel, article à lire sur le petit-bulletin.fr.

 

Promenons-nous…
Par TILT et François Fouilhé Place Bellecour Lyon 2e
Fête des Lumières à Lyon, du 7 au 10 décembre 2017.
Partager cet article

L'AUTEUR
Le Petit Bulletin
Le Petit Bulletin

L’hebdo gratuit des spectacles à Lyon

En BREF

La manifestation des antifas à Lyon interdite par le préfet du Rhône

par Rue89Lyon. 1 404 visites. 1 commentaire.

De drôles de reprises de Jonnhy Hallyday, dénichées par Harry Cover

par Rue89Lyon. 625 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Label Market « Jaquette et diamant » : le bon son de Lyon en circuit court

par Bertrand Enjalbal. 302 visites. Aucun commentaire pour l'instant.