Voix à lire
Ce sont des écrivains, des universitaires, des scientifiques, des experts, des intellectuels, des activistes, des personnalités reconnues dans leur domaine. Ils ont quelque chose à nous dire. Pour ouvrir le débat.
Tribune  Voix à lire 

Dominique Bourg : « Il n’y pas de plan B, nous ne fuirons pas sur Mars »

actualisé le 23/11/2017 à 22h26

Pour Dominique Bourg, philosophe spécialisé sur les questions d’environnement, il faut se faire à cette idée de revenir à une empreinte écologique et ne pas la voir comme liberticide.

Professeur à l’Université de Lausanne (Faculté des géosciences et de l’environnement), ses domaines de recherches sont la philosophie de l’environnement et du développement durable, l’évaluation des choix technologiques et des risques, le principe de précaution, le débat public et la démocratie écologique. Il est aussi vice- président de la Fondation Nicolas Hulot.

Il est l’un des invité-e-s de « La Chose Publique », un festival des idées organisé par La Villa Gilet et Res Publica, qui se décline en une série de rencontres et de débats du 16 au 25 novembre 2017.

Rue89Lyon en est partenaire et nous publions les contributions des auteurs que vous pourrez rencontrer en novembre.

Dominique Bourg, philosophe, invité de La chose publique. Photo DR

Dominique Bourg, philosophe, invité de La Chose Publique, édition 2017. Photo DR

En dépassant les capacités de charge de la Terre mesurées à l’aune de l’empreinte écologique, ou en franchissant (pour considérer une autre batterie d’indicateurs globaux) les limites planétaires, nous agissons comme si nous disposions d’une autre planète – comme si Mars s’apprêtait à nous accueillir.

Or, nous ne fuirons pas sur Mars. L’atmosphère n’y est pas respirable, elle ne nous protègerait pas des rayonnements cosmiques et, qui plus est, sa surface est plutôt chlorée. En outre, nous ne disposons ni de l’énergie ni des matériaux pour s’y rendre en masse.

Nous n’avons pas de plan B

Terraformer Mars, si tant est que ce soit possible, exigerait un temps excédant toute forme de civilisation. Nous n’avons donc pas de plan B ou de planète B et nous devrons nous résoudre à revenir à une empreinte écologique d’une planète.

Est-ce aussi horrible ? Est-ce liberticide ? Nous verrons que la réponse à ces deux questions est négative. Il est en effet possible de se donner un objectif exigeant – et comment pourrions-nous faire autrement ? – tout en ménageant des voies différentes pour y parvenir.

« Les politiques alternatives : l’écologie un enjeu global au cœur de l’Europe ? », entretien avec Dominique Bourg, samedi 25 novembre à 14h30 à la Villa Gillet (25 rue Chazière, Lyon 4) 

> Titre et intertitre sont de Rue89Lyon

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog