Voix à lire
Ce sont des écrivains, des universitaires, des scientifiques, des experts, des intellectuels, des activistes, des personnalités reconnues dans leur domaine. Ils ont quelque chose à nous dire. Pour ouvrir le débat.
A la une  Tribune  Voix à lire 

[Tribune] Les droits de l’homme ne font pas de nous de « mauvais citoyens »

Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère sont tous deux professeurs de science politique à l’Université Libre de Bruxelles. Les réacs principaux pourfendeurs des droits de l’homme ? Pas forcément, non.

Ils sont invité-e-s de « La Chose Publique », un festival des idées organisé par La Villa Gilet et Res Publica, qui se décline en une série de rencontres et de débats du 16 au 25 novembre 2017.

Ils sont les auteurs de « Le Procès des droits de l’homme. Généalogie du scepticisme démocratique » (Le Seuil, 2016). Rue89Lyon en est partenaire et nous publions les contributions des auteurs que vous pourrez rencontrer en novembre.

Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère, professeurs à l'Université Libre de Bruxelles. Photo Jérôme Panconi

Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère, professeurs de science politique à l’Université Libre de Bruxelles. Photo Jérôme Panconi

 

Crainte de la dissolution des liens sociaux, nationaux et familiaux, de la montée des incivilités ou instruments utiles de l’ordre néo-libéral et de la domination impériale… La « religion des droits de l’homme » suscite de plus en plus la contestation, comme en témoigne le succès de l’accusation de « droits-de-l’hommisme ».

Nos droits de l’homme contemporains, dit-on, signeraient d’abord la fin du politique car ils ne seraient plus que de simples revendications personnelles détachées de toute délibération collective. Ils seraient, ensuite, liés à l’émergence d’une société d’individus marquée par la dislocation de la famille, l’anéantissement d’un projet éducatif et la montée des incivilités. Enfin, les droits de l’homme seraient indissociables d’un nouvel ordre néo-libéral marqué par l’alliance entre l’idéologie des droits individuels et le fondamentalisme du marché.

Le néo-libéralisme n’est pas l’expression politique des droits de l’homme

Ces critiques ne sont pas neuves. Dès 1790, le conservateur britannique Edmund Burke dénonçait des droits abstraits, coupés des réalités concrètes. Il sera suivi par les critiques réactionnaires articulées par Joseph de Maistre, Louis de Bonald et, plus tard, Carl Schmitt. Pour autant, l’offensive contre les droits de l’homme n’a jamais été l’apanage de la pensée conservatrice ou réactionnaire. Il existe aussi des critiques révolutionnaires, à l’instar de celle de Karl Marx, ou progressistes, comme celle de Jeremy Bentham.

Prendre les droits de l’homme au sérieux suppose de comprendre les objections qui leur sont adressés. Mais cela conduit aussi, en suivant la voie ouverte par Hannah Arendt, à dessiner une conception « politique » des droits de l’homme susceptible de réfuter nombre des griefs qui leur sont opposés.

Il s’agit notamment de montrer que les droits de l’homme ne font pas de nous de « mauvais citoyens », que les complaintes sur la disparition de la « famille » manquent de cohérence et de sens des réalités sociales et qu’il est faux d’identifier le néo-libéralisme à une expression de la politique des droits de l’homme.

Le procès des droits de l’homme, table ronde avec Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère, mercredi 22 novembre à 20h au Musée des Confluences (82 quai Perrache, Lyon 2e)

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Tribune
Tribune
En BREF

A Lyon, 2ème pic de pollution aux particules fines de l’automne

par Rue89Lyon. 298 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, 4e manif contre la loi travail 2 : La jeunesse n’est pas dans la rue

par Rue89Lyon. 411 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Weinstein et cie : la nécessaire prise de conscience des hommes

par Heteroclite. 210 visites. 1 commentaire.