Politique  Société 

Après l’attentat de Marseille, Gérard Collomb sanctionne le préfet du Rhône en le limogeant

actualisé le 14/10/2017 à 22h32

Sur les terres d’origine du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, un préfet ne saurait faire le job correctement ? Pas question de laisser planer ce doute. Le porte-parole du gouvernement a annoncé ce mardi soir à la presse que le préfet du Rhône serait « remplacé ». Mot pudique pour signifier que le Henri-Michel Comet est limogé de son poste, après sa gestion jugée catastrophique du dossier relatif au « tueur de Marseille ».

Gérard Collomb s’appuie sur un rapport de l’inspection générale de l’administration qui évoque un « ensemble de dysfonctionnements » au sein des services de la préfecture du Rhône, qui ont entraîné la remise en liberté de l’auteur de l’attaque de Marseille, qui a fait deux victimes, le 1er octobre dernier. Le jeune homme de 29 ans avait été interpellé deux jours plus tôt pour un vol, puis remis en liberté malgré sa situation irrégulière.

 

Dans son communiqué, le ministère de l’Intérieur écrit :

« Ce rapport montre l’enchaînement des faits qui ont conduit à ne pas placer l’intéressé en centre de rétention alors qu’il était en situation irrégulière sur le territoire et alors qu’il venait d’être interpellé pour un vol. Au sein de la préfecture du Rhône, la mission n’a pas identifié de faute individuelle, mais a souligné un ensemble, je cite, de « dysfonctionnements graves du dispositif de l’éloignement ».

Pas de faute individuelle, mais une sanction qui tombe malgré tout, et directement sur la tête du chef. Henri-Michel Comet avait pris ses fonctions à Lyon en mars 2017, il y a quelques mois seulement.

Le préfet Henri-Michel Comet au 2ème tour des législatives à la préfecture du Rhône le 18 juin 2017. ©HH/Rue89Lyon

Le préfet Henri-Michel Comet au 2ème tour des législatives à la préfecture du Rhône le 18 juin 2017. ©HH/Rue89Lyon

Son remplaçant sera désigné au cours du conseil des ministres de ce mercredi, il s’agit de Stéphane Bouillon, actuel préfet de la Région PACA (depuis août 2015).

Il a été directeur de cabinet de Claude Guéant au ministère de l’Intérieur. Mais il a aussi à son actif quelques éléments notables : Stéphane Bouillon a prêté sa résidence privée de préfet à Emmanuel Macron, cet été, pour les vacances du président de la République. Il a par ailleurs été condamné en mai 2015 à 800 euros d’amende avec sursis, pour avoir laissé circuler un communiqué de presse qui désignait à tort un individu comme étant un terroriste.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

[Tribune] Comment faire gagner en légitimité le fonctionnement de l’Union Européenne ?

par Tribune. Aucun commentaire pour l'instant.

Le « fact-checking » pour rétablir la vérité ?

par Rue89Lyon. 229 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manif du GUD interdite : combien de militants d’extrême droite dans les rues de Lyon ?

par Rue89Lyon. 2 901 visites. 3 commentaires.