Politique 

Caroline et Gérard Collomb, une saga familiale en marche

actualisé le 14/10/2017 à 22h30

Laissé pendant plusieurs mois sans structure ni fonctionnement affichés, le mouvement présidentiel de la République en marche a trouvé ses leaders (appelés « référents ») pour chaque département. Pour Lyon et le Rhône, les clefs de la maison LREM sont confiées à… Caroline Collomb.

Une nouvelle cheffe qui aimerait bien que seul son prénom ne résonne mais qui est aussi, difficile de l’ignorer, la femme de Gérard. Vous avez dit népotisme ? On dit mieux : saga.

Cela faisait plusieurs années que Caroline Collomb, la femme de l’ex-maire de Lyon devenu ministre de l’Intérieur, tentait de se faire une place à Lyon. Pas facile en étant la femme de.

La voilà placée en tête de gondole, en prenant la tête du « comité départemental » de la République en marche (LREM), sur Lyon et le Rhône donc. Ce territoire déjà tenu par son mari depuis son élection à la mairie de Lyon en 2001.

À la question de la légitimité, Caroline Collomb répondra sans doute qu’elle milite de longue date, au sein de la section PS du 5e arrondissement de Lyon notamment. Elle répondra qu’elle a été en première ligne dans la campagne d’Emmanuel Macron sur le territoire de Lyon et au-delà (voir cliché ci-après, Caroline Collomb avec ses filles au soir de la victoire de leur champion).

Caroline Collomb et ses filles apprennent la victoire d’Emmanuel Macron le 7 mai au QG de la République en marche, à Lyon. © Eric Soudan

Elle invoquera certainement aussi l’argument féministe, selon lequel son investissement ne peut pas être d’un coup d’éponge effacé par la carrière de son bonhomme de mari.

Difficile de ne pas tiquer. La majorité présidentielle s’était engagée à mettre fin aux emplois familiaux. Même si cette règle s’applique aux élus et pas aux cadres du parti, cette désignation de Caroline Collomb qui n’est pas passée par un vote de militants ni d’adhérents, ne correspondra donc pas à la déco de surface de la maison LREM.

Caroline Collomb aux militants PS : « ce n’est qu’un au revoir »

Que reste-t-il d’ailleurs des militants de la République en marche ? Ceux-là qui croyaient dans une nouvelle façon de faire de la politique et qui s’étaient agités sur le terrain pendant la campagne présidentielle. Beaucoup avaient déjà avalé quelques couleuvres lyonnaises lorsqu’ils se sont rendu compte que le renouvellement promis (dans les candidats à la députation notamment) ne se ferait pas à Lyon. Silence radio depuis, pas de réunion citoyenne pour l’heure.

Courant septembre, nous nous sommes rendus à une réunion de la section du PS du 5e arrondissement de Lyon. Celle-là qui a vu Caroline Collomb militer jusqu’à ce qu’elle ne rejoigne son mari et Emmanuel Macron, et qu’elle soit contrainte de « démissionner » du PS.

La désormais cheffe de LREM dans le Rhône avait écrit juste avant les vacances d’été un courrier à ses camarades de section, pour leur signifier qu’il ne s’agissait pour elle que d’ « un au revoir ». Elle s’attèlera certainement à refaire sur les cendres du PS une base militante qui assure le travail, au moins sur les élections locales.

Une pancarte de manif anti-loi travail, chez des militants PS de la section du 5e ardt de Lyon (où militait Caroline Collomb). ©DD/Rue89Lyon

Une pancarte de manif anti-loi travail, chez des militants PS de la section du 5e ardt de Lyon (où militait Caroline Collomb). ©DD/Rue89Lyon

Aux militants et adhérents socialistes de se positionner : être avec Gérard Collomb, le grand chef à Lyon, mais contre le parti socialiste ou ce qu’il en reste ? Ou bien rejoindre des mouvements de gauche plus radicaux sur le territoire ? Et dans ce cas, quid de l’étiquette PS si chérie par nombre d’entre eux, ceux qui s’y trouvent depuis au moins trente ans ?

Lors de cette réunion de rentrée dans le quartier Saint-Just (5e), aucun des socialistes présents n’était encore en capacité de donner une réponse définitive, par ailleurs livrés à eux-mêmes et laissés dans un flou entretenu par les instances nationales du PS.

« Feuille de route pour les mois à venir »

Selon Salade Lyonnaise, avant même l’officialisation de sa nouvelle fonction de tête, Caroline Collomb avait déjà transmis un e-mail invitant à un :

« séminaire des animateurs/animatrices des comités locaux et des commissions thématiques de LREM Métropole de Lyon et département du Rhône » pour « définir ensemble notre feuille de route pour les mois à venir ».

Il y a quelques semaines, l’épouse du ministre de l’Intérieur qui travaille en tant que magistrate au tribunal administratif a réussi à rejoindre la juridiction à Paris, alors même que ce type de mutation n’est pas très aisée. Cela avait suscité une véritable grogne chez plusieurs de ses collègues notamment, voyant à l’oeuvre la mise en place de privilèges inacceptables.

Gérard et Caroline Collomb place Bellecour, le 11 janvier 2015. Crédit : Rue89Lyon.

Gérard et Caroline Collomb place Bellecour, le 11 janvier 2015 lors de la marche républicaine. ©LB/Rue89Lyon.

Le tout ne manquera pas de faire pleuvoir les critiques sur ce « système Collomb » -et maintenant sur le mouvement politique du président de la République- consistant en un verrouillage politique contraignant et pyramidal, qui devient alors, avec une nomination intra-familiale, frappé d’un népotisme rarement observé.

Un acte assumé en tout cas et qui montre à quel point l’influence de Gérard Collomb sur Emmanuel Macron reste grande et leur relation très nouée.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

[Tribune] Comment faire gagner en légitimité le fonctionnement de l’Union Européenne ?

par Tribune. Aucun commentaire pour l'instant.

Le « fact-checking » pour rétablir la vérité ?

par Rue89Lyon. 229 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manif du GUD interdite : combien de militants d’extrême droite dans les rues de Lyon ?

par Rue89Lyon. 2 901 visites. 3 commentaires.