Cultures  Politique 

Pour le Musée des Tissus, Laurent Wauquiez est-il chevalier blanc ou « tenaille » ?

actualisé le 15/09/2017 à 10h25

« Cela fait trois ans que le dossier est bloqué, ce n’est plus tenable. » Au sein des musées des tissus et des arts décoratifs de Lyon, on a le sentiment de se faire embobiner.

Alors qu’une réunion devait être programmée dans le courant du mois de septembre avec les collectivités, le dossier reste au point mort, victime d’un bras de fer politique entre Laurent Wauquiez, président de Région, et les représentants de la Métropole et la Ville de Lyon (autrement dit le territoire de Gérard Collomb).

Après Stéphane Bern, c’est Bernard Pivot qui viendra de nouveau alerter, devant la presse, et plaider la cause de ce musée dont l’éventuelle fermeture est devenu une menace plus connue que les riches collections qu’il renferme.

Ce vendredi 14 septembre, le journaliste et animateur télé d’origine lyonnaise, président de l’Académie Goncourt et gros utilisateur de Twitter, aura l’occasion de voir des pièces exceptionnelles du Musée des Tissus et des Arts décoratifs -lesquelles seront réunies dans une expo ouverte au public en octobre prochain.

En attendant, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI), propriétaire des deux musées contigus, piétine : dans la tourmente, le directeur des musées a été débarqué en juin dernier ; un rapport a été rendu par une société d’audit en juillet proposant deux scénarios. Que l’on connaissait déjà :

  • Le premier consisterait à faire naître des musées du 21ème siècle, plus
    ouverts, plus connectés au design, à la création contemporaine et à
    l’industrie, tout en maintenant les collections dans leur écrin actuel des
    hôtels de Villeroy et de Lacroix-Laval.
  • Le deuxième scénario envisage de rattacher les collections Textiles au
    musée des Confluences et les collections Arts Décoratifs au musée
    des Beaux-Arts, tout en gardant des espaces de conservation dans
    leur emplacement actuel rue de la Charité.

La CCI a très envie que le premier scénario voit le jour. Les successeurs de Gérard Collomb, quant à eux, optent très clairement pour le second, dans l’idée « d’optimiser ».

Un sursis pour le Musée des Tissus qui s’achève

Lors de la rentrée culturelle (raout réunissant chaque première semaine de septembre l’ensemble du monde politico-médiatico-culturelle de la ville), Georges Képénékian nous avait lâché :

« Laurent Wauquiez nous prend en tenaille. »

Ce dernier s’est en effet saisi du dossier assez vite après son élection à la tête de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, en faisant son cheval de bataille, lui qui, par ailleurs, a relativement peu investi le champ culturel. Sur les 20 millions d’euros que coûterait la réfection et la mise aux normes des bâtiments abritant les musées, la collectivité régionale promet d’en débourser la moitié. À la condition que les autres collectivités s’engagent.

En 2016, l’État avait mis la main à la poche, suivi des collectivités, pour sauver de la noyade et remettre en sursis les deux musées.

Leur budget de fonctionnement s’élève à 2,5 millions d’euros par an. Georges Képénékian, devenu maire de Lyon en remplacement de Gérard Collomb, avait déjà dit, lorsqu’il était adjoint à la Culture, que la Ville de Lyon pas plus que la Métropole ne pouvait prendre à sa charge un nouvel établissement culturel.

Amours effilochées

Rassemblement pour la survie du Musée des Tissus.

Rassemblement Place Bellecour à la veille de la décision sur le devenir du Musée des Tissus. ©MD/Rue89Lyon

Laurent Wauquiez exercerait la pression à des fins politiques. Une mauvaise habitude qu’aurait pris le président de Région, en pleine campagne active pour prendre la tête de son parti Les Républicains. Le musée des Tissus ne serait qu’un exemple de sa façon de procéder vis-à-vis de la Métropole de Lyon.

Il est loin, le temps où Laurent Wauquiez faisait des mamours à Gérard Collomb. Depuis que l’ex-maire de Lyon est une des principales figures de la République en marche, il semble que Laurent Wauquiez ait changé de braquet.

La Métropole de Lyon fait une cité de la gastronomie ? La Région va lancer une vallée mondiale de la gastronomie.

Toujours plus fort.

Concernant le Musée des Tissus, l’occasion est belle pour Laurent Wauquiez de briller, en sauvant un patrimoine exceptionnel, face à un Gérard Collomb qui, depuis trois ans, dit à qui veut l’entendre qu’il ne n’embarrassera pas sa besace d’une nouvelle institution culturelle et d’une nouvelle ligne budgétaire.

Une pétition adressée à la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, mise en ligne sur change.org, a recueilli plus de 130 000 signatures, réclamant la sauvegarde des musées des Tissus et des Arts décoratifs.

Bernard Pivot trouvera-t-il les mots pour que tout le monde se rassoit bientôt à la table des négociations ? À suivre, sans dictée.

 

Partager cet article