A la une 

« This is Lyon », un média local en anglais pour satelliser la ville

Dans un contexte globalement compliqué pour la presse locale, lancer un nouveau projet de territoire est une gageure. Même pas peur. Une petite équipe de lyonnais lance « This is Lyon », un site qui, pour pimenter un peu les choses, propose tous ses articles en anglais. Mais why ?

Internationaliser Lyon, cela aura été plus qu’un leitmotiv pour Gérard Collomb pendant ses trois mandats. L’ancien maire de Lyon devenu ministre ne s’est jamais défait de son obsession d’accroître le rayonnement de sa ville. Un pari qu’il juge réussi, chiffres à l’appui. La ville a remporté des prix et quelque six millions de touristes foulent le pavé de ses rues chaque année.

Cela n’a pas échappé aux instigateurs de « This is Lyon » – un média local 100 % en anglais et une première en France d’après eux.

Fred Crouzet, de "This is Lyon".

Frédéric Crouzet, journaliste à Lyon depuis près de 20 ans, est l’un des quatre fondateurs de « This is Lyon ». ©MD/Rue89Lyon.

Frédéric Crouzet, journaliste à Lyon depuis une vingtaine d’années est l’un des quatre cofondateurs du projet :

« L’idée m’est venue il y a quelques années en voyageant et en entendant des gens parler de ce qu’ils avaient vu à l’étranger. Des médias anglais dans les pays ni francophones ni anglophone. A Florence il y a ça, à Barcelone et à Rome aussi. Et je trouvais dommage que l’on n’ait pas quelque chose de similaire en France. »

L’idée a germé petit à petit jusqu’à un licenciement en 2015 et l’envie d’un projet à mener. Lorsque la ville de Lyon a été désignée en septembre 2016 «meilleure destination européenne de week-end» lors des World Travel Awards, il s’est accéléré :

« Lorsque Lyon a obtenu le prix, on s’est dit que le tourisme allait s’intensifier. On a donc senti un vrai besoin d’un support média à l’échelle locale. »

Des journalistes/rédacteurs « english native »

Pour faire tourner le site, les quatre associés- Frédéric Crouzet, Sylvain de Campou, Gaël de Haas et Benoît Lemonde – ont su s’entourer de journalistes « english native ».

Une étape difficile selon « Fred » :

« Ce n’est vraiment pas évident de trouver des journalistes professionnels et anglophones en France. Il y a quelques temps, nous avions trouvé un couple d’anglais qui travaillaient à Euronews. Mais ils sont partis à l’Agence France Presse par la suite. »

C’est pourquoi, lorsque la main-d’oeuvre manque, le média n’hésitera pas à faire appel à des rédacteurs moins « fluent », quitte à ce qu’ils rédigent en français avant de déposer l’article sur le bureau d’un traducteur.

Pour la partie blog « We are Lyon », en revanche, nul besoin de connaître toutes les subtilités de la langue de Shakespeare. Pour alimenter cette rubrique, l’équipe a recours à des rédacteurs en provenance des quatre coins de la planète. Leur dénominateur commun ? L’envie de faire découvrir la ville à leur manière.

Pub et contenu sponsorisé

« This is Lyon » ne recourt à aucun « paywall » – un système qui permet de rendre payant une partie des contenus. Trop difficile de souscrire à un abonnement lorsqu’on est à l’étranger et que l’on ne vient que pour quelques jours, explique Fredéric Crouzet. Et le cofondateur de préciser :

« Notre business model est fondé uniquement sur la publicité. […] On veut donner aux annonceurs locaux le moyen de toucher les anglophones, près de 100 000 rien que dans la Métropole. »

Des partenariats, oui, mais pas uniquement sous la forme d’encarts publicitaires :

« On accompagne les entreprises avec du contenu sponsorisé en anglais. L’objectif est de bénéficier de l’expertise des entreprises pour aider nos lecteurs, les accompagner. »

C’est ainsi qu’un papier intitulé « 10 Reasons to invest in Lyon » (10 raisons d’investir à Lyon) est produit en lien avec une agence immobilière britannique implantée dans la région.

Promo touristique mais pas que

« This is Lyon » est-il un média ou un site touristique ? Les deux mon capitaine. Frédéric Crouzet argumente :

« C’est un média global, un site d’information et d’actualité. Mais on est aussi là pour faire découvrir la ville aux gens. En bref, un média généraliste mais adapté à la cible : les touristes. Qu’ils soient là, pour un ou deux ans ou juste pour une semaine. »

Sur les pages, on peut pour le moment autant retrouver des articles journalistiques sur la succession de Gérard Collomb, que des brèves sur les événements culturels à ne pas manquer. Beaucoup d’agenda et de prescriptions, pour l’heure.

Si le site est arrivé dans sa version « plus élaborée » il y a quelques mois, il reste encore en rodage. Au total, le média en ligne comptabilise environ 2000 visiteurs par mois. Et plus de la moitié vient des Etats-Unis ou de la Grande-Bretagne. Un chiffre à nuancer, selon Fredéric Crouzet :

« Pour l’instant, les statistiques ne veulent pas dire grand chose. On n’a pas beaucoup communiqué sur le site. »

Si vous voulez consulter le site, c’est par ici.

Partager cet article

L'AUTEUR
Matthieu Desmoulins
Matthieu Desmoulins
Journaliste stagiaire à Rue89Lyon tout droit descendu des montagnes haut-savoyardes.
En BREF

Géolocalisation par Snapchat : « Si on me tue un jour, on pourra me retrouver »

par Rue89. 369 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

TGV Lyon-Turin : La ministre des Transports annonce une « pause » aux contours encore flous

par Rue89Lyon. 711 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Bastion Social » : malgré l’interdiction préfectorale, le GUD a manifesté à Lyon

par Rue89Lyon. 1 515 visites. 6 commentaires.