Cultures  L'anti-Routard de Lyon 

Qu’est-ce que ce « Gros Caillou » qui trône sur la Croix-Rousse et surplombe Lyon ?

actualisé le 26/07/2017 à 13h17

Pas besoin de courir la campagne et les bois pour tomber sur des pierres. Le Gros Caillou trône sur la Croix Rousse et semble toujours menacer de dévaler la pente pour créer un mini tsunami dans le Rhône. Mais c’est quoi ce truc ?

En 2007, lors de la création du parking souterrain du Gros Caillou, celui-ci a été déplacé de quelques mètres. Exit le 4e arrondissement : le symbole du plateau est ainsi passé sous administration de la mairie du 1er, embrassant désormais le Bugey et le Mont Blanc. Mais ici, les enfants comme leurs parents franchissent allègrement cette ligne invisible en buvant l’apéro ou en jouant dans l’espace végétalisé, puisque c’est le boulevard qui délimite ces deux secteurs.

>> Retrouvez tous les articles de la rubrique « L’anti-Routard de Lyon » <<

A priori, c’est un vulgaire rocher gris et blanc, pas plus haut qu’un homme. Pourtant, ce Gros Caillou est un symbole du quartier. Très prosaïquement, il s’agit d’un morceau de moraine (débris rocheux) retrouvé en 1862 lors des percées effectuées pour la construction du funiculaire, qui devait trouver place entre la rue Terme et le plateau.

Il a été déposé là par les glaciers des Alpes : c’est un témoignage de l’ère quaternaire, celle précisément du retour de la glaciation, toujours en cours depuis 2, 5 millions d’années.

Le Gros Caillou de la Croix-Rousse

Le Gros Caillou de la Croix-Rousse est aujourd’hui placé sous l’égide du premier arrondissement. © Daniel F Valot

Pierre qui roule (pas)

Mais cela n’aurait pas suffit pour créer une légende. À Lyon, ce caillou est la métaphore de l’inhumanité d’un huissier de justice, Jean Tournette, qui après avoir expulsé sans vergogne et en plein hiver une famille pauvre de canuts (l’histoire bégaye…) est poursuivi par Dieu qui l’oblige à pousser devant lui son cœur de pierre jusqu’à ce qu’il rencontre un homme plus intraitable que lui.

Passant par le secteur de la magistrature (palais de justice, quartier Saint-Jean), celui des militaires (Perrache), de la finance (palais de la Bourse), il ne rencontra personne.

Son cœur lourd grossissait au fur et à mesure de son périple. Il le ramena alors chez lui, au point de départ à la Croix-Rousse, où il s’échoua là où vous le voyez encore. Aujourd’hui, il amuse les gones et reste le point cardinal des grands.

Et rappelle, pour qui connaît l’histoire, que l’aide aux plus nécessiteux est la base des rapports humains. Et si on allait narrer cette fable à cet édile devenu sur le tard gardien de la sécurité de tous, sauf de quelques migrants coincés là-haut à Calais ?

Par Nadja Pobel sur petit-bulletin.fr

Partager cet article

L'AUTEUR
Le Petit Bulletin
Le Petit Bulletin
L’hebdo gratuit des spectacles à Lyon
En BREF

[Tribune] Comment faire gagner en légitimité le fonctionnement de l’Union Européenne ?

par Tribune. Aucun commentaire pour l'instant.

Le « fact-checking » pour rétablir la vérité ?

par Rue89Lyon. 245 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manif du GUD interdite : combien de militants d’extrême droite dans les rues de Lyon ?

par Rue89Lyon. 2 934 visites. 3 commentaires.