Vigies 

Sur le chantier du Lyon-Turin, c’est la facture qui se creuse

actualisé le 23/06/2017 à 15h09

PAR MEDIAPART.FR (EDITION ABONNES)

Le chantier du tunnel Lyon-Turin franchit une nouvelle étape, mercredi 21 juin, avec la présentation de 81 appels d’offres à attribuer d’ici à 2019. Pourtant, la Cour des comptes lance une nouvelle alerte sur « la pertinence » qui n’est « toujours pas établie » du projet. Et les travaux accusent du retard.

Quatre-vingt-un appels d’offres, douze chantiers et 20 000 entreprises attendues, pour un coût estimé à 5,5 milliards d’euros sur cette partie des travaux : le projet de ligne à grande vitesse entre Lyon et Turin, avec son long tunnel ferroviaire en plein cœur des Alpes, continue d’affoler les calculettes.

Ce mercredi 21 juin à Lyon, au siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ce projet pharaonique franchira une nouvelle étape avec la présentation officielle de ces différents marchés dont l’attribution se fera progressivement d’ici à 2019.

Et ce malgré la nouvelle alerte de la Cour des comptes, dans son dernier rapport sur le budget de l’État en 2016, rendu public le 31 mai dernier : après avoir « relevé l’absence de rentabilité socio-économique et les incertitudes quant à son coût et son financement » en 2012, celle-ci constate aujourd’hui :

« La montée en puissance de [ce] grand projet très coûteux pour les finances publiques et dont la pertinence n’est toujours pas établie », regrettant par ailleurs qu’il n’ait « toujours pas fait l’objet d’une contre-expertise ».

Mais rien ne semble pouvoir arrêter ce projet, contesté des deux côtés des Alpes depuis sa genèse, il y a plus de 25 ans. Sauf, peut-être, la réalité opérationnelle du chantier à Saint-Martin-la-Porte (Savoie) : moins d’un an après leur lancement, les travaux de la première galerie accusent déjà du retard.

[…] Le tunnelier a été bloqué pendant plusieurs mois, incapable de progresser dans la roche que cette galerie rencontre, à environ 200 mètres sous terre.

Cette gigantesque machine de 2 400 tonnes a commencé le creusement de la montagne en septembre 2016, avec un rythme de croisière attendu de 300 à 400 mètres d’avancée par mois. Mais sept mois plus tard, fin mars 2017, « Federica » ne se trouvait qu’à un peu plus de 300 mètres de son point de départ, selon les responsables du chantier.

Pourtant, le promoteur refuse d’évoquer le moindre arrêt du chantier :

« Il n’y a jamais eu de phénomène de blocage. On travaille 24/24 h et 7/7 j, sur ce chantier », assure Alain Chabert, directeur général adjoint de TELT (Tunnel Euralpin Lyon-Turin), le promoteur public.

Une version largement infirmée par différents articles : dès janvier par Le Monde, qui évoquait un problème « depuis trois semaines », puis à nouveau par la presse locale, Le Dauphiné Libéré relatant que « le tunnelier “Federica” est à l’arrêt » dans un article du 16 mars.

Sur le chantier du Lyon-Turin en 2014. ©DR

Sur le chantier du Lyon-Turin en 2014. ©DR

À ces incertitudes en matière de sécurité s’ajoute la question du coût que réveille inévitablement le blocage du chantier.

Par la ratification parlementaire de l’accord franco-italien en janvier, le coût des travaux de cette section transfrontalière du tunnel est fixé à 8,3 milliards d’euros. Pour l’heure, car la facture pourrait s’élever jusqu’à 9,6 milliards, à terme.

L’État français s’est engagé à prendre à sa charge près de 2,5 milliards d’euros de cette somme globale, mais d’autres sources de financement restent pour le moment incertaines, à l’image de la Métropole grenobloise, qui a décidé en février dernier de conditionner le financement des 227 millions d’euros prévus à la démonstration de « bénéfices indiscutables » pour l’agglomération.

Au total, l’ensemble du projet pourrait coûter au minimum 26 milliards d’euros, selon la Cour des comptes.

À lire sur mediapart.fr

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

A Lyon, deuxième journée contre la loi travail 2 : une vraie manif mais une mobilisation qui marque le pas

par Rue89Lyon. 2 987 visites. 1 commentaire.

Jean-Paul Bret parle publiquement de son cancer : les hommes politiques et la maladie

par Rue89Lyon. 911 visites. 1 commentaire.

Pour sa rentrée, David Kimelfeld règle son pas sur le pas de Gérard Collomb

par Laurent Burlet. 772 visites. 1 commentaire.