Cultures 

La Fête de la musique 2017 à Lyon, quelques hot spots

Rock, électro, soul, funk, classique, (très) bonne ou (un petit peu) mauvaise.  Il y en aura partout, de la musique, ce mercredi 21 juin, à Lyon. C’est l’édition 2017 caniculaire de la Fête de la musique.

Aux quatre coins de Lyon, il sera possible d’embrasser tous les genres musicaux et faire de belles découvertes. Tour d’horizon de quelques rendez-vous singuliers :

  • Prêt pour plus de dix heures de musique jamaïcaine ? C’est ce que vous propose Livity Records au 1, rue du Docteur Augros, dans le 5ème arr. de Lyon. À partir de 12h30, une sélection 100% vinyle sera jouée sur un sound system fait maison. Chanteurs, toasters et DJs pourront alors faire comprendre à certains que le reggae, ça ne s’arrête pas à Bob Marley.
  • Place aux femmes avec Ylissa Maloya. Axées sur la musique traditionnelle de l’Île de la Réunion, les sonorités de ce collectif féminin invitent au voyage et à la détente. Quelque part entre le blues et les rythmes de l’Océan Indien, le style d’Ylissa Maloya s’annonce envoûtant. Rendez-vous pour ce périple exotique à 18h, place Valmy à la Médiathèque de Vaise.
Le collectif féminin Ylissa Manoya. ©DR

Le collectif féminin Ylissa Manoya. ©DR

  • Dans un tout autre genre, l’Artisanat furieux s’invite à 17h dans le hall du Musée des Confluences, dans le 2ème arr. Le Conservatoire à Rayonnement Régional de Lyon profite de la Fête de la musique pour présenter l’ensemble de ses saxophonistes. Chaque année, le répertoire varie au gré des envies des musiciens. Surprise donc, pour cette nouvelle édition.
Les saxophonistes de l'Artisanat furieux. ©DR

Les saxophonistes de l’Artisanat furieux. ©DR

  • Une heure plus tard, les sœurs Gwendoline et Laetitia Pannetier se produiront au niveau 2 du Musée. Fort de leur expérience passée en Chine, aux États-Unis ou encore en Egypte, la harpiste et la violoniste livreront un concert sans doute mémorable.
Le groupe The Ginger Accident. ©DR

Le groupe The Ginger Accident, avec Slow Joe, désormais disparu. ©DR

>> L’intégralité des événements est à retrouver sur la carte interactive du Petit Bulletin.

Partager cet article