ÉLECTIONS 2017  Législatives 2017 

Georges Fenech, député et figure de la droite, en difficulté sur la 11e circo du Rhône

actualisé le 06/06/2017 à 15h23

Figure de la droite locale, Georges Fenech a le cuir tanné.

Après avoir résisté à la vague rose de 2012, le député sortant (LR) va tenter de se faire réélire pour un quatrième mandat, face au FN et au représentant d’Emmanuel Macron.

À 63 ans, le député de la 11ème circonscription du Rhône, Georges Fenech, est un habitué des élections difficiles.

« Celle-ci n’est pas plus dure que celle de 2012 », assure-t-il.

Il n’empêche. Les résultats du 1er tour de l’élection présidentielle laisse envisager une triangulaire, avec les candidats FN et de La République en Marche qui peuvent se qualifier.
Mais l’ancien magistrat et conseiller municipal du 6ème arrondissement de Lyon estime qu’il sera le mieux placé :

« L’élection présidentielle a été faussée par les affaires. Le score de François Fillon ne reflète pas l’électorat de droite. Je suis confiant sur un retour de l’électorat à la maison. »

La gauche plus divisée que la droite

Le député sortant (LR) n’a pas grand chose à craindre venant de la gauche, qui part divisée, comme ailleurs dans le Rhône.
Raymond Combaz, secrétaire de la section PCF Givors-Grigny-Ozon représentera les communistes pour la première fois depuis 1995.

Ils n’ont pas réussi à s’entendre avec Jules Joassard, conseiller municipal de Sérézin-du-Rhône et représentant de Benoît Hamon dans le Rhône. Raphaël Debû, secrétaire départemental du PCF :

« Lors des trois dernières législatives, on a sacrifié cette circonscription et fait un accord avec le PS. Et ça n’a pas réussi. »

Pour le PCF, l’enjeu est municipal : l’une des deux dernières villes du Rhône tenues par les communistes est Givors. Et la commune voisine de Grigny est « re-gagnable » selon Raphaël Debû. Il faut donc marquer le territoire face à la droite et Georges Fenech qui réalise ses scores les plus faibles dans la ville principale de la 11ème circonscription.

À cette situation propre à la 11ème circonscription, il faut ajouter la présence de la candidate de la France insoumise, Christine Valentin, ainsi que le représentant d’Europe Ecologie Les Verts, Jérôme Bub.

Moralité, les voix de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon vont se répartir sur, au moins, quatre candidats.

George Fenech, doit aussi affronter un candidat dissident « filloniste », Jean-Mathieu Delacourt qui forme un ticket avec Jean-Louis Gergaud, le maire de Montagny.

Selon l’ancien magistrat, ce binôme voudrait « régler des comptes » et lui faire payer d’avoir appelé François Fillon à retirer sa candidature de la présidentielle.

Georges Fenech, député Les Républicains de la 11e circonscription du Rhône et poids lourd de la droite à Lyon. © Pierre Maier/Rue89Lyon

Georges Fenech, député Les Républicains de la 11e circonscription du Rhône et poids lourd de la droite à Lyon et dans le Rhône. © Pierre Maier/Rue89Lyon

Le jeune loup du FN en route pour un second tour

Avec les 23,4% de Marine Le Pen au premier tour et les 35,87% au second tour de la présidentielle, le candidat FN est quasi assuré de figurer au second tour. Comme en 2012.

Cette fois-ci, c’est Antoine Mellies, conseiller régional (élu en Ardèche) et conseiller municipal de Givors, qui s’y colle. Ce lyonnais de 28 ans, proche de Marion Maréchal-Le Pen, est une des figures montantes du parti d’extrême droite.

C’est l’un des responsables de la fédération du Rhône et l’une des voix qui portent au conseil régional.
On lui doit notamment les tentatives de manifestation contre l’« installation de dizaines de migrants issus de la jungle de Calais » (selon les termes du FN) à Condrieu.

Depuis fin 2014, Antoine Mellies exerce la profession d’attaché parlementaire du député européen Steeve Briois. « À temps partiel, le début de la semaine jusqu’au jeudi midi », tient-il à préciser.

Le candidat frontiste se montre donc confiant :

« Notre électorat reste très fidèle alors que celui de Fenech a été hypnotisé par le serpent Macron. »

Lui, comme Georges Fenech, ainsi que le candidat macroniste font campagne contre l’A45.

Les deux défendent également la ruralité qu’il ne faut pas sacrifier aux « bobos lyonnais », selon le terme du candidat FN qui se plaint d’être « copié » en matière sécuritaire par le député sortant.

Lequel répond en mettant en avant les mesures prises à son initiative par les gouvernements successifs depuis dix ans.

L’hypothèse macroniste ou l’« enfumage galactique »

La République en marche a investi un quasi-inconnu, Jean-Luc Fugit, socialiste et vice-président de l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne.

Le représentant du mouvement d’Emmanuel Macron endosse les habits du renouveau :

« Cette campagne montre l’opposition entre les anciennes pratiques et les nouvelles », a-t-il déclaré à 20 minutes.

Georges Fenech refuse cet « enfumage galactique » :

« Comme pour Emmanuel Macron qui veut nous faire oublier qu’il a été ministre de l’économie, Jean-Luc Fugit oublie de dire qu’il était sur les liste du socialiste Jean-Jack Queyranne aux élections régionales. »

Le député LR veut compter sur l’affaire Ferrand pour démobiliser une partie de l’électorat qui comptait donner une majorité confortable à Emmanuel Macron. Georges Fenech s’arrête là et ne croit pas à une possible cohabitation.

Les candidats aux législatives 2017 sur la 11e circonscription :

Georges Fenech (Les Républicains)
Antoine Mellies (Front national)
Jean-Luc Fugit (République en marche)
Christine Valentin (France insoumise)
Raymond Combaz (Parti communiste français)
Jules Joassard i (Parti socialiste)
Jérôme Bub (Europe Écologie Les Verts)
Philippe Badoil (Debout la France)
Olivier Minoux (Lutte Ouvrière)
Gaëlle Bouvier (UPR)
Jean-Michel Herbillon (Mouvement 100 %)
Jean-Mathieu Delacourt (divers droite)
Dauphine Urvoy (divers droite)
Yusuf Dagli (Parti Égalité Justice)
Jacky Copede (extrême droite)
David Amsellem (divers gauche)
Yvan Bachaud
Laurent Negro

Les résultats du 1er tour de la présidentielle sur la 11e circonscription (en % des suffrages exprimés)

Emmanuel Macron 24,37%
Marine Le Pen 23,4%
François Fillon 19,5%
Jean-Luc Mélenchon 18,56%
Nicolas Dupont-Aignan 5,53%
Benoît Hamon 5,15%
François Asselineau 1,01%
Jean Lassalle 0,97%
Philippe Poutou 0,83%
Nathalie Arthaud 0,52%
Jacques Cheminade 0,16%

Abstention : 19,86% inscrits
Vote blanc : 1,84% des votants

Les résultats du second tour sur la 11e circonscription

Emmanuel Macron 64,13%
Marine Le Pen 35,87%
Abstention 22,94% des inscrits
Vote blanc 8,82% des votants

Partager cet article

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.
En BREF

Géolocalisation par Snapchat : « Si on me tue un jour, on pourra me retrouver »

par Rue89. Aucun commentaire pour l'instant.

Martial Passi, maire PCF de Givors, condamné par la justice pour prise illégale d’intérêts

par Rue89Lyon. 1 313 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Premier pic de pollution à l’ozone de la saison à Lyon et Grenoble

par Rue89Lyon. 1 202 visites. 1 commentaire.