Économie  Société 

Qui paye quand vous allez au Parc OL en transport en commun ?

actualisé le 20/05/2017 à 12h09

On connaît ce qu’a coûté aux contribuables métropolitains la construction du Parc OL, le joujou de Jean-Michel Aulas. Près de 200 millions d’euros. On sait peut-être moins que l’OL paye la facture de la desserte les soirs de matchs. Toute la facture ?

Jean-Michel Aulas ne s’en cache pas : il en voudrait un peu plus.

Dans son édition du 19 septembre, au moment des nouvelles frictions entre le président de l’OL et le patron du LOU Rugby et de GL Events, Olivier Ginon, l’hebdomadaire Les Potins d’Angèle évoquait la dernière volonté du suzerain Jean-Michel Aulas.

Ce dernier exigerait du Sytral, l’autorité organisatrice des transports en commun de l’agglomération, que son nouveau Parc OL soit desservi par le tramway tous les jours de l’année et pas seulement les jours de match ou d’évènements.

Jean-Michel Aulas veut une desserte quotidienne du Parc OL

Pour l’heure, aucune desserte quotidienne du Parc OL ne semble prévue. Du côté du Sytral, on rappelle que la ligne de bus 85, grâce à une modification du parcours depuis le 1er janvier 2016, dessert le stade tous les jours. Et que l’arrêt Décines Grand Large du T3 n’est pas si loin, à 600 mètres à pied du stade.

Nous avons souvent rappelé ici ce que la desserte du nouvel écrin de Jean-Michel Aulas et de l’OL avait coûté aux contribuables malgré son étiquette de stade 100 % privé. Notamment :

  • l’échangeur de la rocade
  • le décrochage de la ligne T3 ,

C’est moins connu mais pour le coût de fonctionnement pour le Sytral les jours de matchs ou de spectacles, l’OL prend à sa charge l’exploitation les soirs de matchs.

Ces soirs-là, un important dispositif de navettes spécifiques pour acheminer les spectateurs jusqu’au stade est mis en place :

  • des tramway depuis l’arrêt prévu à cet effet de Part-Dieu Villette sud (devant les Archives Départementales) qui se rendent directement au stade, depuis l’arrêt Vaulx-en-Velin la Soie et l’arrêt Meyzieu-les-Panettes (réservé aux navettes bus qui desservent ensuite le stade)
  • des bus depuis le parking d’Eurexpo et depuis la station Meyzieu-les-Panettes du T3 donc

Une facture de 110 000 euros pour l’OL

5700 euros maximum pour le LOU Rugby

Le LOU Rugby, pensionnaire de l’élite du rugby français, a pris ses quartiers dans le stade de Gerland depuis janvier. Pour le club de rugby, c’est la même chose : il devra payer pour les services supplémentaires mis en place par le Sytral les jours de matchs. Dans son édition (lien payant) du mardi 28 février, Le Progrès indique les conditions de la nouvelle convention entre le club et l’organisme gestionnaire des transports.

Le LOU assumera le coût du renforcement de la ligne B du métro, le personnel supplémentaire et la location du parc-relais de Gerland. Le coût variera selon deux critères :

  • la jauge du stade : basse (12 000 places), moyenne (17 000 places) et haute (24 000 places)
  • le jour et l’heure du match

L’addition devrait varier, indique le journal, entre 2 500 et 5700 euros maximum par match.

Au moment de l’inauguration du décrochage de la ligne T3 jusqu’au Parc OL, le Sytral annonçait un coût d’exploitation total les soirs de matchs de 110 000 euros. Une somme entièrement payée par l’Olympique Lyonnais.

Ce montant est valable, indique-t-on du côté du Sytral, les soirs de jauge pleine où près de 60 000 spectateurs se rendent au stade. Le Sytral évalue à 33 000 le nombre de personnes utilisant les transports en commun pour se rendre au stade.

Les 110 000 euros sont donc censés prendre en charge le coût de la mise en place des bus et des tramways jusqu’au stade. Cela nécessite en effet la mobilisation les soirs à guichets fermés de près de 300 agents : 140 conducteurs, 50 régulateurs et agents de maintenance et 150 agents de sécurité.

Les soirs où le stade sonne plus creux, le coût avoisinerait les 30 000 euros pour le club. À ce jour, après plus d’un an d’exploitation du Parc OL, le Sytral indique le montant à la charge du club reste le même.

Du côté de l’OL, on ne communique pas sur le sujet, avançant comme souvent que « le groupe est coté en bourse » et que la communication sur les sous qui sortent de son portefeuille est verrouillée.

Ces 110 000 euros, l’OL ne les paye toutefois pas à tous les matchs. Le Sytral a imaginé plusieurs scénarios selon le taux de remplissage du Parc OL. Selon ce dernier, il table sur 4 à 6 matchs en jauge pleine par saison, 19 matchs à 80% et 6 matchs à 50%.

Et le T5 jusqu’à Eurexpo ?

S’il prend en compte les navettes tramway du T3 ou en bus depuis certaines stations de la ligne, la desserte d’Eurexpo par la ligne T5 (dont le terminus habituel est l’arrêt Parc du Chêne) les jours de salon et donc de matchs en fait-elle partie ? Oui, indique le Sytral.

Pas de reste à charge donc pour l’autorité de gestion des transports .

Partager cet article

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon
En BREF

Géolocalisation par Snapchat : « Si on me tue un jour, on pourra me retrouver »

par Rue89. Aucun commentaire pour l'instant.

Martial Passi, maire PCF de Givors, condamné par la justice pour prise illégale d’intérêts

par Rue89Lyon. 1 335 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Premier pic de pollution à l’ozone de la saison à Lyon et Grenoble

par Rue89Lyon. 1 216 visites. 1 commentaire.