Vigies 

À Vénissieux, le laboratoire Avadel veut moins d’impôts… et moins de salariés

PAR L’HUMANITÉ (édition abonnés)

Après avoir déménagé des activités en Irlande et aux îles Caïman, le groupe pharmaceutique veut se débarrasser de la moitié de ses effectifs sur son site français, près de Lyon. Une décision brutale et économiquement injustifiée qui révolte ses salariés, en grève hier.

Hier, plus d’une cinquantaine des 101 salariés que compte le laboratoire pharmaceutique Avadel à Vénissieux (métropole de Lyon) ont débrayé et se sont rassemblés devant l’entreprise pour protester contre un plan de licenciements visant 47 postes.

« C’est la première mobilisation des salariés d’Avadel dans toute l’histoire de la boîte », affirme Frédéric Janroy, élu au comité d’entreprise.

« En début d’année 2017, on nous a dit que 2016 avait été une bonne année, il y avait une dynamique avec plein de nouveaux projets. On était limite noyé sous le travail. Et fin mars, du jour au lendemain, on nous a annoncé que la moitié des salariés allaient être licenciés », explique Vincent, technicien avec quatorze ans d’ancienneté dans l’entreprise.

« Au 1er janvier, Flamel, devenu Avadel, a déplacé le siège social de Vénissieux en Irlande, à Dublin, et domicilé les comptes de l’entreprise aux Iles Caïman. On nous a dit que c’était pour de questions de ‘simplicité de gouvernance’, et plus officieusement pour des raisons d’optimisation fiscale », rapporte Florian Bernard, élu au CE.

Sauf que depuis l’annonce du PSE, le ton a radicalement changé.

« La direction nous explique qu’il y a un péril de compétitivité face à la concurrence américaine et qu’on est trop nombreux pour un centre de recherche », précise Florian Bernard.

Une décision qui écœure d’autant plus les salariés que la situation financière d’Avadel est loin d’être catastrophique. Le groupe pharmaceutique, qui dispose d’un site aux Etats-Unis en plus de ses implantations à Dublin en Vénissieux, est coté en bourse au Nasdaq, et a enregistré un résultat net de 25,4 millions de dollars pour le premier trimestre 2017.

À lire sur l’Humanité

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

A Lyon, troisième journée contre la loi travail 2 : « la rue, c’est la CGT »

par Rue89Lyon. 313 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

[Tribune] Comment faire gagner en légitimité le fonctionnement de l’Union Européenne ?

par Tribune. Aucun commentaire pour l'instant.

Le « fact-checking » pour rétablir la vérité ?

par Rue89Lyon. 248 visites. Aucun commentaire pour l'instant.