Politique  Portraits d'électeurs 

Le premier vote d’Arnaud : sa famille soutient la droite, il opte pour Mélenchon

actualisé le 12/04/2017 à 16h22


Arnaud Gonzalez a 18 ans. S’émancipant de la tradition familiale, portée sur l’idéologie de droite et d’extrême-droite, son vote sera pour Jean-Luc Mélenchon.

Arnaud est originaire de la Loire. La famille de son père est ancrée dans le catholicisme conservateur. Sa mère, ouvrière agricole, vote Nicolas Dupont-Aignan, sa grande sœur hésite entre ce dernier et Marine Le Pen. En 2012, encore très peu politisé et fraîchement entré au lycée, Arnaud soutient Nicolas Sarkozy, comme ses parents.

« Je n’y connaissais rien », dit-il comme pour se justifier.

Virage à gauche

Portraits d’électeurs 2017
Il s’agit d’un portrait inclus dans une série intitulée « Portraits d’électeurs 2017 », qui sera nourrie par les articles de Rue89Lyon (qui avait initié le projet en 2012), par Rue89 Strabourg et par Rue89 Bordeaux. Qu’est-ce qui motive les choix d’un électeur lorsqu’il vote ou lorsqu’il s’abstient ? Durant toute la campagne électorale, rencontrez ces gens sur nos territoires et suivez avec eux leurs hésitations ou leurs certitudes face au vote. Une appli web réunira l’ensemble de ces productions.
Rue89Lyon

Le début de mandat de François Hollande le fait toutefois changer de regard sur la politique de gauche. Le mariage pour tous notamment, ainsi que la baisse des indemnités des ministres, lui paraissent des mesures symboliques importantes.

En 2015, Arnaud entre à Sciences Po Lyon, suit des cours d’économie, lit des ouvrages de Jacques Généreux, et décide que le néolibéralisme, ce n’est pas pour lui. « Donc, le PS, non merci. »

« J’ai envisagé de boycotter l’élection présidentielle. Pour moi, voter, c’était légitimer ce système qui ne me plaisait pas. Et puis, j’ai commencé à écouter Jean-Luc Mélenchon. »

Au début, le candidat ne l’attire guère :

« J’avais l’impression qu’il ne respectait pas les médias, qu’il s’énervait facilement. Enfin, l’image qu’on voit trop souvent. Il m’a convaincu petit à petit, quand j’ai compris son programme. »

Il insiste sur le fait que Jean-Luc Mélenchon est très bon orateur. Un homme politique certes, mais aussi un intellectuel.

Un étudiant végan, féministe et mélenchoniste

Les idées d’Arnaud rejoignent celles de la France Insoumise, le parti de Jean-Luc Mélenchon. Vegan, Arnaud apprécie la défense des animaux proposée par Jean-Luc Mélenchon, et son positionnement concernant la consommation de viande.

Engagé dans l’association étudiante Volonterre, il soutient « la radicalité » préconisée par le candidat en matière d’écologie. De même en ce qui concerne la politique internationale : sortir de l’OTAN pour préserver la paix, annuler le CETA et le TAFTA… autant de propositions avec lesquelles Arnaud tombe d’accord :

« Je suis très féministe. J’aime beaucoup le programme de Jean-Luc Mélenchon en ce qui concerne l’égalité femmes-hommes. Mais bon, même s’il est le plus progressiste de tous, ce qui m’ennuie, c’est de devoir voter pour un homme blanc hétéro. »

L’idée d’une 6ème République est sans doute celle qui lui donne le plus envie de soutenir le candidat insoumis, avec son projet de mettre en place une Assemblée constituante.

« La 5ème République est à bout de souffle. Les jeunes boycottent le système politique actuel. Il faut passer à un système plus démocratique, avec un peuple mieux représenté, mieux écouté. »

Selon lui, les élus sont déconnectés de la réalité, vivent dans un autre monde. L’équipe de campagne de son candidat lui semble plus accessible :

« L’entourage de Jean-Luc Mélenchon me parle. Ce sont des gens jeunes, simples dans leur façon de parler et de s’habiller… des gens de la société civile, avec une diversité de genre et de couleur. C’est le reflet de la société dans laquelle je vis. »

Arnaud Gonzalez, étudiant à Sciences-Po Lyon, voter Jean-Luc Mélenchon

Arnaud Gonzalez, étudiant à Sciences-Po Lyon, votera Jean-Luc Mélenchon ©AF/Rue89Lyon

La gauche d’Arnaud n’est pas celle de Benoît Hamon

Le jeune homme porte un regard très critique sur les autres candidats. Marine Le Pen ? « Elle a transformé la forme, pas le fond de l’idéologie du parti. La séparation ethnique reste le moteur. » François Fillon ? « Il ne faut pas oublier qu’il était le premier ministre de Sarkozy… » Emmanuel Macron ? « Il n’est pas féministe ! Sa femme est dans l’ombre, il joue au charismatique alors qu’il ne l’est pas. »

Et Benoît Hamon, qu’on dit proche des idées de Jean-Luc Mélenchon, dans tout ça ?

« Benoît Hamon est encore en train de se chercher… Il reste enchaîné au PS. Jean-Luc Mélenchon propose un programme concret, abouti, cohérent, pensé depuis longtemps. »

Arnaud n’est pas un militant à proprement parler de la France insoumise, mais il tâche de sensibiliser son entourage. Il offre des programmes à ses amis, qu’il a, pour trois d’entre eux, déjà convaincus. Il fait désormais partie du groupe étudiant de son école soutenant Jean-Luc Mélenchon.

Malgré les différences idéologiques, le dialogue avec sa famille est ouvert :

« Mes parents me disent que j’ai raison d’avoir mes convictions. Mieux vaut un vote d’adhésion qu’un vote de rejet… »

 

Partager cet article