Actualité  Société 

Hausse de fréquentation du métro : de nouvelles rames pour 430 millions d’euros

Quais bondés, voyageurs serrés,… Depuis 2010, la fréquentation du réseau de métro lyonnais TCL a bondi de 20%. Et ça va continuer. Pour répondre à cette augmentation, de nouvelles rames seront mises en service dès 2019. 

Ce lundi, la direction du Sytral, l’autorité organisatrice des TCL, donnait une conférence de presse pour présenter le plan visant à absorber cette augmentation de fréquentation.

Baptisé « Avenir Métro », ce plan est chiffré à 430 millions d’euros, soit un tiers de l’investissement total du plan de mandat. « Avenir Métro » s’achèvera en 2023 avec une augmentation de capacité sur les trois principales lignes :

  • + 30% sur la ligne B
  • + 16% sur la ligne D
  • + 12% sur la ligne A.

Fin 2019, 30 nouvelles rames seront fournies par la société Alstom, pour un total de 140 millions d’euros. En heure de pointe sur la ligne B, elles pourront être couplées entre elles (4 rames au lieu de 3) comme le Sytral l’expérimente sur la ligne D depuis 2015.

D’ici 2023, la ligne B comptera donc 30 rames (contre 11 actuellement), après la mise en service de l’extension vers Saint-Genis-Laval.

Sur la ligne D, le pilotage automatique sera remplacé dès 2023 par le nouveau système proposé par Alstom. 10 nouvelles rames seront ajoutées pour augmenter la capacité de la ligne la plus fréquentée de Lyon.

Enfin, la capacité de la ligne A sera renforcée par l’ajout des anciennes rames de la ligne B.

Climatisation et accessibilité

Ces nouvelles rames au « design sobre et emblématique » (sic) ont été pensées par le designer lyonnais Fabrice Pouille. Chacune pourra transporter 325 passagers.

Elles seront équipées de la climatisation et d’un système d’éclairage LED. La largeur des portes sera également augmentée.

En conséquence, les places assises seront réduites à 64 par rame, contre 72 actuellement. Des espaces handicapés identifiés seront mis en place pour les fauteuils roulants.

Nouvelles rames mises en service en 2019 © Sytral

Pilotage automatique pour la ligne B

Quatre de ces prototypes seront mis en circulation fin 2019 sur la ligne B. Ils fonctionneront en pilotage automatique, avec un nouveau système créé par Alstom. D’ici trois ans, les anciennes rames seront toutes remplacées et la ligne entière sera automatisée.

Au total, le plan prévoit la suppression de 47 postes de conducteur. La direction du Sytral « n’a pas d’inquiétude de ce côté là » :

« Pour certains conducteurs de métro, cela coïncidera avec l’âge de la cessation de leurs activités. D’autres se verront proposer des postes de régulateurs ou d’agents de ligne. »

Pour rappel, les régulateurs étaient à l’origine de la grève de décembre dernier.

Toujours pas plus de métro les soirs de week-end

Quant à l’augmentation de fréquences les week-end, on attend toujours sa concrétisation.

« Nous n’avons pas renoncé, on y travaille toujours », annonce Annie Guillemot, présidente du Sytral.

Prolonger les horaires en fin de semaine était l’une des promesses de campagne de Gérard Collomb, lors des élections municipales de 2014.

L’an dernier, une pétition signée par 13 000 personnes réclamait la prolongation effective de ces horaires jusqu’à 1h30 le week-end.

Et à quand le wifi ? Promis pour 2017 par Gérard Collomb, son arrivée avait été repoussée à 2019 à cause de problèmes de financement. Annie Guillemot confirme :

« C’est toujours d’actualité pour 2019. Le changement se fera en même temps que le pilotage automatique. Nous avons reçu plusieurs réponses à notre appel à projet récemment. On s’en tient à ce que l’on a décidé. »

Partager cet article