Environnement  Société 

Hashtag #GCUM : le Lyonnais se gare-t-il spécialement « comme une merde » ?

actualisé le 24/03/2017 à 08h39

À Lyon, si vous avez garé votre engin à moteur sur une piste cyclable ou un passage piéton, et qu’un twittos à pédales vous a vu, il est fort probable que votre incivilité soit mentionnée sur les réseaux sociaux accompagnée du hashtag #GCUM (« Garé Comme Une Merde »).

Depuis juillet 2015, stationner sur une piste cyclable est passible d’une amende de 135 euros. Pas de quoi, cependant, décourager de (trop) nombreux automobilistes indélicats.

Les cyclistes lyonnais ont, dès lors, décidé de passer à l’attaque. Depuis le lancement du site garecommeunemerde, et sa distribution de stickers afin de décorer les véhicules mal stationnés, le hashtag #gcum fleurit sur les réseaux sociaux.

Les utilisateurs dénoncent désormais en 140 caractères, parfois photo à l’appui, ceux qui empiètent sur les pistes cyclables ou passages pour piétons, mettant souvent en danger les autres usagers de l’espace public.

Ces citoyens qui manient le smartphone comme le guidon soulignent un sentiment d’abandon de la part des pouvoirs publics, ainsi que nous le décrit @msieur_velo :

Je pense qu’une bonne partie des cyclistes quotidiens se sentent abandonnés par les autorités publiques. En tout cas c’est le sentiment que j’ai quand j’en parle à des amis autour de moi, qui ne sont pas forcément militants mais usagers quotidiens. La voiture est toujours reine en ville, elle peut se garer où bon lui semble, et son conducteur effrayer si bon lui semble.

#crevard et #gougnafier

Les automobilistes seraient ainsi particulièrement imprudents en centre-ville, d’où, outre le hashtag #GCUM, l’apparition de #crevard et #gougnafier particulièrement populaires pour qualifier les irrespectueux :

On est parfois confronté à une violence routière voulue et gratuite. Certains dépassent non seulement trop près, mais mettent aussi un grand coup d’accélérateur. Ces situations me font peur à moi, cycliste expérimenté, sur un vélo depuis l’âge de quatre ans, qui ai fait plusieurs années de VTT, ai été moniteur à la FFCT (Fédération Francaise de Cyclotourisme) et pour qui le maniement du vélo ne pose pas de problème. Imaginez pour quelqu’un qui reprend le vélo…

Le hashtag #GCUM permet surtout d’interpeller des entreprises qui se comportent mal. Leur image est importante, par conséquent, une indignation collective sur les réseaux concernant un mauvais comportement peut leur nuire.

Il permet également de se défouler pour les cyclistes fatigués de ces dangers qui pourraient être évités. @LyonAVelo l’explique :

Je me rends compte aussi que cela commence à fédérer une petite communauté sur ce sujet ou celui du casque, sur tout le territoire français, capable d’interpeller les politiques, les villes, les agglos… Sur Lyon aucun résultat tangible, mais je pense que ça fait partie d’un lobbying qui plus il est relayé, plus il sera pris en compte. Le plus efficace restant, je pense, la forme associative.

Davantage de vélos à Lyon

Évidemment, le fait de poster la photo d’un #GCUM n’entraîne pas la verbalisation immédiate dudit usager en cause. Mais cela peut provoquer une prise de conscience quant à la nécessité de respecter davantage les cyclistes à Lyon. Surtout à l’heure où de plus en plus de voix s’élèvent même contre le stationnement dans la rue

Et puis, comme le souligne @LyonAVelo, faire du vélo, c’est bon pour la santé. Le but de #GCUM n’est pas de décourager ceux qui souhaiteraient se mettre à la mobilité douce.

Rappelons que dans la Métropole de Lyon, le trafic vélo a augmenté de 26% en 2016. De quoi donner à réfléchir sur un partage respectueux de l’espace urbain entre les différents usagers. La Métropole de Lyon vante régulièrement le fait d’élargir les possibilités de circuler en modes doux, de multiplier les pistes cyclables, ce qui multiplie d’autant les occasions de faire « de la merde » pour les motorisés.

Aller plus loin

Notre enquête croisée avec les cousins de Rue89 Bordeaux et Rue89 Strasbourg : « Lyon, Strasbourg, Bordeaux : qui pédale le plus ?« 

Partager cet article