Vigies 

La Ville de Lyon accepte Macron mais refuse Taubira et Mediapart

actualisé le 13/03/2017 à 09h38

SUR LEPROGRES.FR

Cette semaine, après avoir fait interdire la tenue d’un débat sur la démocratie animé par Médiapart, la Ville de Lyon a mis son veto à l’accueil de Christiane Taubira à la Maison des Rancy.

Dans les deux cas, s’agissant de salles municipales, la raison avancée est la même :

« le principe de la non-utilisation des moyens publics au bénéfice d’un candidat à partir du 1er décembre 2016 ».

Pourtant, le 13 février dernier, une salle municipale accueillait les soutiens d’Emmanuel Macron sans difficulté à la Duchère.

Dans son édition du 11 mars, Le Progrès revient sur cette réunion publique macroniste.

La réunion baptisée “En marche ! avec les quartiers populaires” s’est tenue à la Maison des fêtes et des familles de La Duchère (Lyon 9ème).

Les journalistes avaient été conviés au préalable à un point presse au Club house de l’AS Duchère.

Pourquoi cet accueil dans deux établissements municipaux n’a-t-il posé aucun problème ? Contacté par Le Progrès, le conseiller municipal PS, Ali Kismoune, l’un des organisateurs, n’a pas donné suite.

Vérification faite, la convention signée entre l’AS Duchère et la Ville de Lyon, comporte la même interdiction de « réunion à caractère politique, etc. » au sein des locaux de l’AS Duchère dont fait partie le Club house.

« J’organise très régulièrement des rencontres politiques au sein du club », admet Mohamed Tria, le président de l’AS Duchère.

Après le Club house, c’était à la Maison des fêtes et des familles d’accueillir une centaine de participants, toujours à l’initiative des soutiens d’Emmanuel Macron.
Or le règlement intérieur de la MFF stipule que « cet équipement est destiné à l’accueil des réunions ou manifestations organisées par les associations à caractère social, familial, culturel, sportif ou économique ».

« Nous avons déjà accueilli des politiques, comme Montebourg par exemple, et accordé une réservation à Nathalie Perrin-Gilbert pour mai, à la suite de sa demande », rétorque un membre du cabinet de Gérard Collomb.

La maire du 1er arrondissement, candidate aux législatives, indique au Progrès n’avoir pas encore reçu d’accord car n’ayant pas encore formalisé sa demande.

A Lire (payant) sur leprogres.fr

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

A Lyon, troisième journée contre la loi travail 2 : « la rue, c’est la CGT »

par Rue89Lyon. 313 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

[Tribune] Comment faire gagner en légitimité le fonctionnement de l’Union Européenne ?

par Tribune. Aucun commentaire pour l'instant.

Le « fact-checking » pour rétablir la vérité ?

par Rue89Lyon. 248 visites. Aucun commentaire pour l'instant.