Vigies 

La femme du député (LR) Philippe Cochet bénéficie-t-elle d’un emploi fictif ?

SUR FRANCEINFO.FR
Le travail effectif depuis 2002 de Laëtitia Cochet, femme de Philippe Cochet, député de la 5ème circonscription du Rhône et maire de Caluire, sont remis en cause par plusieurs témoignages recueillis par franceinfo, lors d’une enquête menée conjointement avec Lyon Capitale.

« Je n’ai jamais vu Madame Cochet prendre un ordinateur, utiliser les contacts, écrire des mails ou des courriers à des élus », affirme Maud Guerrini.

Ancienne assistante parlementaire, elle a travaillé pour Philippe Cochet à temps plein à partir d’octobre 2003. Ce n’est qu’après son licenciement, deux ans plus tard, que Maud Guerrini a appris que Laëtitia Cochet était également la collaboratrice du député :

« Pour moi elle était femme de député, je l’ai toujours connue comme ça. »

Une assistante très peu présente à la permanence

Un militant des Républicains, qui s’y rendait régulièrement à la fin des années 2000, est lui aussi catégorique : « Je ne l’ai jamais vue à la permanence. »

« Je l’ai vue, oui, mais lors de réunions ou de campagnes politiques. Pas à la permanence », assure de son côté Michèle Vianès, conseillère municipale jusqu’en 2014 de Caluire-et-Cuire, ville dont Philippe Cochet est maire depuis 2008. 

« C’est vous qui m’apprenez qu’elle était son assistante parlementaire », ajoute l’ancienne élue, démise de ses fonctions d’adjointe en 2009, après une candidature aux élections européennes sous l’étiquette Debout la République.

De la difficulté de définir le rôle d’assistant

Interrogé sur les témoignages recueillis par franceinfo, le député tient un discours quasi-similaire à celui de son épouse. « Auparavant, j’étais à la tête d’une entreprise et on travaillait déjà ensemble. Si je devenais astronaute ou scaphandrier, ce serait pareil », indique Philippe Cochet. L’argumentaire est rodé : le député-maire le dégaine depuis la publication de sa déclaration d’intérêts.

« Si demain j’ouvrais une boulangerie, je peux vous assurer que l’on travaillerait ensemble ! » lançait-il en 2014 à un journaliste du Progrès. « Si demain je deviens cordonnier ou astronaute, on travaillera ensemble », répondait-il à L’Express en 2015. « C’est naturel et connu de tout le monde », insiste Philippe Cochet.

Pas de précisions sur le salaire

« Il y a la question de la réalité de la prestation et ensuite la rémunération de cette prestation », souligne enfin un membre de l’entourage de Philippe Cochet. Or, difficile de savoir précisément combien gagne Laëtitia Cochet. Cette dernière accepte seulement de dire que sa rémunération est « raisonnable » et « correspond à une partie de l’enveloppe de Philippe Cochet ».

A lire sur FranceInfo.fr

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

A Lyon, troisième journée contre la loi travail 2 : « la rue, c’est la CGT »

par Rue89Lyon. 313 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

[Tribune] Comment faire gagner en légitimité le fonctionnement de l’Union Européenne ?

par Tribune. Aucun commentaire pour l'instant.

Le « fact-checking » pour rétablir la vérité ?

par Rue89Lyon. 248 visites. Aucun commentaire pour l'instant.