Économie  Un créateur d'entreprise au rayon X 

« Plaies complexes » : une start-up veut soulager patients et médecins

actualisé le 02/12/2016 à 12h06

Ils ont choisi Oullins, au sud de la métropole de Lyon, pour installer cette petite entreprise spécialisée dans l’expertise de plaies complexes. Il s’agit de « Synartis », « syn » signifiant ensemble et « artis » symbolisant l’art et la manière en grec…

Tout un programme, car dans ces huit lettres tient en fait le concept de cette société créée en juin 2015, par David Resillot et Pierre Thouvard.

Ces deux cousins ont « toujours eu l’envie de travailler ensemble ».

« J’avais envie de travailler pour moi et d’arrêter de suivre les décisions des autres », explique David Resillot, spécialisé dans le développement commercial,

Pierre quant à lui a exercé la profession d’infirmier libéral. A priori, il semblait difficile de concilier les deux profils. Imaginer un projet innovant dans le milieu de la santé a représenté une forme de défi pour les deux associés.

L'entreprise Synartis a été crée en juin 2015. © Amélie James/Rue89Lyon

L’entreprise Synartis a été crée en juin 2015. © Amélie James/Rue89Lyon

Qu’appelle-t-on « plaies complexes » ?
Il s’agit d’une plaie dont la cicatrisation ne progresse pas normalement ou qui nécessite des soins avancés. Toute lésion qui ne cicatrise pas dans un délai de 6 à 8 semaines est considérée comme plaie complexe.

Infirmier libéral durant 10 ans, Pierre Thouvard identifie un sujet particulièrement intéressant, et un marché spécifique dans le milieu de la santé, celui du traitement des plaies complexes.

Actuellement, ces lésions concernent 1% des Français et engendreraient donc un chiffre d’un milliard d’euros par an.

« Le traitement de ces plaies est particulièrement long et creuse le trou de la sécurité sociale », déplore l’infirmier.

Permettre la coordination entre médecins et infirmiers

La diminution de la durée du séjour hospitalier ainsi que le manque d’expertise des infirmiers compliquent leur prise en charge. Bien souvent, les patients se retrouvent livrés à eux-mêmes à la sortie de l’hôpital sans avoir la certitude d’être suivis de manière efficace.

« L’expertise et le traitement de plaies complexes ne représente que quelques heures dans les formations des infirmiers. C’est très insuffisant pour savoir les prendre en charge », ajoute Pierre.

C’est donc en identifiant un réel besoin de la population que David et Pierre ont imaginé le concept de Synartis. Permettre aux patients un meilleur suivi à domicile en mettant en relation médecins et infirmiers chargés de la prise en charge de patients atteints de plaies complexes.

L’entreprise oullinoise met en vente des pansements aux médecins hospitaliers afin de garantir la prise en charge des patients. Parallèlement, elle propose une application numérique qui permet aux infirmiers de communiquer avec des médecins référents. Par le simple biais de photos et de commentaires chargés sur l’application, les médecins peuvent ainsi  suivre l’évolution des lésion et conseiller les infirmiers sur leur prise en charge.

Chacun son job

Début 2015, est né ce projet d’entreprise. C’est assez naturellement que les deux associés se sont partagés les tâches selon leur domaine de prédilection.

Diplômé d’une école de commerce et après avoir travaillé dans la gestion et le développement commercial, David Resillot se charge de la stratégie marketing de l’entreprise. Quant à Pierre Thouvard, sa profession d’infirmier lui permet de mobiliser un réseau de professionnels. La complicité des deux cousins permet une avancée du projet rapide et efficace.

« Entre nous, il n’y a pas de tabou. On avance ensemble et on discute de tout », témoigne David.

Après avoir réalisé un business plan complet permettant d’identifier les besoins des médecins et des patients, les deux associés établissent un projet de 170 000 €.

  • 40 000 € d’apport personnel
  • Deux prêts de 130 000 € afin de se procurer le matériel nécessaire

Peu à peu, David et Pierre développent un réseau de professionnels, désireux de bénéficier de leurs services innovants.

Ils choisissent d’établir leurs locaux à Oullins.

« Il était important pour nous d’être proches de nos prescripteurs. Aujourd’hui, nous travaillons beaucoup avec le centre hospitalier Lyon-Sud », justifie David.

Une appli utilisée par de centaines de pros

Un an après son lancement, le chiffre de l’affaire de l’entreprise s’élève à 250 000 euros.

Leur application est désormais utilisée par près de 200 professionnels. Cette innovation a d’ailleurs permis à l’entreprise de bénéficier de la bourse French Tech et de remporter 18 000 euros.

L’entreprise Synartis a également été récompensée par un prix (celui de CCI Académie) et, comme souvent, cela a permis de rendre le projet visible et crédible.

L'application développée par l'entreprise oullinoise a été récompensée par la bourse French Tech. © Amélie James/Rue89Lyon

L’application développée par l’entreprise oullinoise a été récompensée par la bourse French Tech. © AJ/Rue89Lyon

« Ces prix nous apportent aussi une satisfaction personnelle. C’est une reconnaissance », raconte Pierre.

« Ce n’est pas seulement un job »

Si les deux cousins affirment ne pas avoir eu de difficultés particulières pour établir leur projet d’entreprise, ils s’accordent pour dire que l’entrepreneuriat est un changement de vie radical.

« Ce n’est pas simplement un job, c’est un projet qui demande du temps et un investissement important. Le risque n’est pas le même que lorsque l’on est salarié. Créer son entreprise est un vrai challenge ! », s’exclame David.

Un projet qui semble finalement également porté par les proches des deux entrepreneurs :

« Quand on crée une entreprise, l’adhésion des proches est indispensable. Et pour cela, on doit beaucoup à nos épouses et enfants ! » sourit David Resillot.

L’entreprise compte trois salariés et s’est entourée de nombreux professionnels. À ce jour, le challenge est en partie réussi pour ces deux cousins qui sont parvenus à allier leurs compétences… et à s’entendre.

« C’est un modèle qui est en très bonne voie pour être validé. A long terme, nous souhaitons devenir un prestataire incontournable dans la région », annonce David qui ne manque ni d’idées, ni de confiance.

En partenariat avec

CCILM quadri sans fond

Partager cet article