Société 

À la Part-Dieu, les femmes de ménage des toilettes « n’en peuvent plus »

actualisé le 09/11/2016 à 22h55

Alors que les critères de propreté dans les WC du centre commercial de la Part-Dieu sont toujours plus exigeants, le nombre de femmes de ménage qui les nettoient a été diminué de moitié en septembre dernier. Pour dénoncer ces conditions de travail, un « shit-in » (vous avez bien lu) était organisé ce samedi 15 octobre.

« S’ils nous insultent, on les laisse parler. Le client est le roi, a dit notre chef »

Elles ne sont que sept. Sept à nettoyer les trois WC où chaque jour se soulagent des centaines de clients du centre commercial de la Part-Dieu.

Annie (prénom d’emprunt) y travaille depuis ses 18 ans. Aujourd’hui âgée de 36 ans, elle a déjà passé la moitié de sa vie ici.

Jusqu’en septembre dernier, elle ne s’était jamais plaint de sa situation. Elle n’avait même jamais manifesté de sa vie. Pourtant aujourd’hui, elle « n’y arrive plus » :

« Avant, on était deux à s’occuper de chaque toilette. Une nettoyait celle des hommes, l’autre celle des femmes. Mais depuis la rentrée, on n’est plus qu’une par WC. Et on doit nettoyer autant qu’avant. J’essaie vraiment de bien faire mais là, on ne peut plus. »

Six jours de travail et à peine plus qu’un SMIC

L'accès aux toilettes de la Part-Dieu est payant et il faut acheter un ticket pour passer les barrières à l'entrée. © Photo Rue89Lyon

L’accès aux toilettes de la Part-Dieu est payant. Il faut acheter un ticket pour passer les portiques à l’entrée. © BE/Rue89Lyon

Après quatre ans passées dans « la tour Crayon », sa collègue Jeanne (prénom d’emprunt) a été réaffectée aux toilettes de Part-Dieu en 2015. Âgée de 45 ans, elle se dit, elle aussi, « à bout ». Mère seule, elle travaille six jours par semaine.

Cinq heures trente d’affilée par journée à nettoyer les cuvettes, les urinoirs, les miroirs, les sols, les lavabos. « Avec tous les clients à gérer aux tourniquets de l’entrée, il n’y a aucun temps de pause », décrit cette femme de ménage. Un quotidien épuisant, pour toucher à peine plus d’un SMIC à la fin du mois.

« Je finis rarement avant 20h. Donc ma fille doit faire sans moi. C’est compliquée pour elle. Le soir quand je rentre à Villeurbanne, elle est souvent toute seule. Elle n’a que onze ans. »

Cela fait déjà plusieurs années que le centre commercial de La Part Dieu est régulièrement pointé pour les mauvaises conditions de travail qui y règnent. Le flux incessant de passants, l’exigence des clients, l’absence de lumière naturelle et la chaleur engendrent bien plus de stress que dans la plupart des autres regroupements de commerces.

Et dans les toilettes du centre commercial, c’est la même situation, en plus pénible encore.

Surtout les mercredis et les samedis. Ces jours-là, le nombre d’enfants est beaucoup plus important que d’ordinaire. Plus « salissants » que le reste des clients, ils prennent aussi plus de temps à satisfaire leurs besoins et sont souvent accompagnés d’un parent, occupant ainsi plus d’espace.

« Voilà comment on se retrouve avec des files d’attentes de 20 ou 30 personnes pour atteindre les toilettes ».

De quoi énerver passablement les clients, souvent agressifs envers les femmes de ménage qui gèrent les lieux, comme le raconte Annie :

« Beaucoup de gens ne comprennent pas les nouvelles bornes qui ont été installées il y a quelques mois. Ils n’arrivent pas à acheter le ticket, à passer le tourniquet… Du coup ils s’énervent contre nous. Et nous, qu’est-ce qu’on est censé faire ? On est obligé d’aller les aider, on ne peut pas les laisser comme ça sinon la file d’attente s’allonge. Et s’ils nous insultent, on les laisse parler. Le client est le roi, a dit notre chef. »

Femmes de ménage et hôtesses d’accueil

Les "dames pipi" de la Part-Dieu doivent contractuellement nettoyer derrière chaque client et les aiguiller sur l'accès aux toilettes. © Photo Rue89Lyon

Les « dames pipi » de la Part-Dieu doivent nettoyer derrière chaque client et les aiguiller sur l’accès aux toilettes. © Photo Rue89Lyon

Ces employées ne sont pas rémunérées pour cette mission d’accueil du public. Agents de service (comme on dit dans le jargon du nettoyage), elles sont simplement payées pour prendre soin de deux salles (hommes/femmes). Ce qui veut signifie nettoyer leurs sols, sept urinoirs, douze lavabos, seize toilettes et dix-sept miroirs.

C’est pourquoi ces femmes demandent, parmi leurs revendications, que cette tâche soit reconnue par leur employeur, via une augmentation de salaire.

Par ailleurs, le « label 4 étoiles » du centre commercial exige une propreté encore plus irréprochable que dans la plupart des toilettes publiques, précise les employées :

« On doit nettoyer après le passage de chaque client. Sauf que si on s’occupe de l’intérieur des WC, il n’y a personne pour s’occuper de l’entrée. Du coup, les files d’attente s’allongent encore. Mais on est obligé de nettoyer dès que quelqu’un sort ! On n’a plus le temps de bien travailler. »

La Part-Dieu et la société de nettoyage Samsic se renvoient la balle

Les toilettes de la Part-Dieu. © Photo Rue89Lyon

Les toilettes de la Part-Dieu. © BE/Rue89Lyon

Les femmes de ménages voudraient surtout revenir à l’organisation du travail qui avait cours jusqu’en septembre : deux agents par toilettes, au lieu d’un actuellement.

C’est leur employeur, Samsic -l’un des leaders européens du nettoyage, basé à Rennes et à qui le centre commercial Part-Dieu sous-traite le nettoyage des WC- qui a diminué les effectifs à partir de septembre 2016. Cependant, les deux employées ont du mal à saisir qui est le véritable décisionnaire :

« Notre patron [NDLR : Samsic] dit que c’est à cause du centre commercial qu’il a pris cette décision. Si ça ne tenait qu’à lui, il mettrait deux personnes par toilettes. Mais bon, on pense que les deux sont fautifs ».

Contactée par Rue89Lyon, la société Samsic n’a pas donné suite. Quant à la direction du centre commercial de la Part Dieu, elle nous a simplement répondu qu’il s’agissait d’une question interne à l’entreprise Samsic.

Une cinquantaine de couches pour le « shit-in »

Pour porter leurs revendications, Jeanne et Annie se sont tournées vers le CNT-SO, un syndicat qui s’est spécialisé dans la défense des femmes de ménage, comme récemment à Marseille ou Paris. Ce sont d’ailleurs des amies des deux salariées qui leur ont parlé de cette micro-organisation anarcho-syndicaliste.

Comme première action à la Part-Dieu, le syndicat a organisé un « shit-in », sorte de sit-in revisité. Le samedi 15 octobre, vers 17h30, entre 40 et 50 militants ont bloqué l’accès à un des sanitaires, au rez-de-chaussée du centre commercial.

En tout, entre 40 et 50 personnes se sont rassemblées suite à l'appel du CNT-SO pour défendre les revendications des femmes de ménages chargées de nettoyer les toilettes du centre commercial de La Part Dieu.

En tout, entre 40 et 50 personnes se sont rassemblées suite à l’appel du CNT-SO pour appuyer les revendications des femmes de ménages chargées de nettoyer les toilettes du centre commercial de la Part-Dieu. ©LT/Rue89Lyon

Munis de tracts, d’affiches et de couches, ils ont tenu le blocage pendant près d’une heure. Mais encerclés par une quinzaine d’agents de sécurité, ils ont eu du mal à sensibiliser les clients du centre commercial.

Les militants étaient issus de syndicats (CNT-SO, CGT, SUD…), d’organisations politiques de gauche (NPA, Jeunesses Communistes, CGA…) ou de collectifs divers.

En marge du blocage, Annie et Jeanne, accompagnée d’une « organisatrice syndicale » (comme elle se présente) et d’un juriste parisien de la CNT-SO, ont rencontré trois dirigeants locaux de Samsic. Après un peu moins d’une heure de discussion, les « négociateurs » ont mis fin au « shit-in » et ont emmené les militants en dehors du centre commercial pour leur annoncer la nouvelle : une des cinq revendications des femmes de ménage a été satisfaite.

La première manif’ de leurs vies

Celles-ci auront désormais droit au versement systématique des primes de transport. Ce qui n’est qu’une application de la loi. Pour le reste – « le doublement des effectifs », « la requalification des employées » par rapport à leur fonction d’accueil, « le passage en CDI de toutes les employées précaires » et « le respect des droits syndicaux » – rien n’a avancé.

Une nouvelle réunion avec les représentants de Samsic est prévue dans les prochains jours.

Ce « shit-in » était la première manifestation d’Annie. Plus jeune que sa collègue, elle confie avoir « un peu peur des répercussions », craignant les regards désapprobateurs de ses responsables. Mais surtout, elle a peur de perdre son emploi.

Jeanne n’est, elle, pas du tout intimidée. Ses supérieurs viennent pourtant de la mettre à pied pour 10 jours. Une sanction qui aurait été prise « après une demande d’augmentation d’effectifs », affirme Marielle Benchehboune, « l’organisatrice syndicale » de la CNT-SO.

Pour la CNT-SO, il s’agit ni plus, ni moins, de « répression syndicale ». Quoi qu’il en soit, femme de ménage depuis près de vingt ans, Jeanne n’a pas peur :

« On ne lâchera pas l’affaire, on recommencera des actions s’il le faut. »

Partager cet article