A la une  Cultures 

Ghostface Killah au Kao, ou pourquoi ne plus aller voir les concerts de vieux rappeurs

actualisé le 17/10/2016 à 09h38

Autant se l’avouer d’emblée, le 11 octobre dernier, au Ninkasi Kao, le respect avait décidé de prendre un RTT.

Pas loin de 250 personnes s’étaient pourtant réunies pour célébrer la venue de Tony Starks aka Ghostface Killah, flanqué que son sparring partner Killah Priest. Un show expéditif bâclé qui nous fait poser la question : y a-t-il un âge de péremption pour les légendes du rap ?

Ghostface au Ninkasi Kao le 11 octobre 2016 à Lyon. Crédit : Paul Bourdrel/SURLMAG

Ghostface au Ninkasi Kao le 11 octobre 2016 à Lyon. Crédit : Paul Bourdrel/SURLMAG

SURL MAGAZINE ET LES CULTURES HIP HOP

Surlmag est passé du blog contributif au site internet affichant (au moins) une double vocation : faire de la culture hip hop un prisme pour parler de l’actualité, monter un projet web avec une équipe entre Lyon et Paris. Nous relayons avec plaisir quelques morceaux choisis de la première grosse interview du mag en ligne dans sa nouvelle version.

Rue89Lyon

Oui, si tu étais dans la salle du Ninkasi ce soir là et que tu étais fan du Wu-Tang dans les années 90, il y a de grandes chances que tu aies croisé à la sortie tes rêves d’ado en train de creuser eux mêmes leurs tombes dans un bac à sable. 40 minutes tout mouillé de show à 28 boules la place, autant te dire que si l’on devait faire un report proportionnel au temps de jeu, tu aurais sans doute déjà fini de le lire.

Mais comme on est beaux joueurs et surtout qu’on aime étaler notre mauvaise foi, on va tenter de t’expliquer pourquoi il ne faut plus que tu payes pour aller voir des vieilles légendes du rap US quand elles s’en battent les steaks de ton amour pour elles.

Au départ, il faut saluer la pugnacité des organisateurs Belges Aral & Sauzé, cumulant les tâches de promouvoir et produire la date et celle de l’ouvrir. C’est donc un duo un peu stressé qu’on découvre sur scène, devant un public lyonnais plutôt froid.

Et puis c’est au tour de Killah Priest de débouler, satellite de la galaxie Wu un peu paumé dans l’hyperespace depuis la fin du collectif Killabeez, malgré quelques efforts solos plutôt remarquables.

Spectacle… en coulisses

Un peu engoncé dans son sweat triple XL aux couleurs de son nouveau duo Wu-Goo avec Ghostface, le prêtre tueur réussit pendant un gros quart d’heure à faire péniblement monter le mercure, backé par son accolyte Tueur au Visage Fantôme… en coulisses. Oui, voilà en coulisses. Oklm.

Était-il en train de checker son compte Twitter pépouze, ou d’essayer de se commander un Uber pour partir encore plus vite de cet endroit maudit ?

On ne le saura jamais.

La suite sera à la hauteur : un Ghostface qui débarque avec autant d’entrain qu’un électeur de gauche aux primaires des Républicains, casquette vissée sur le crâne et développant pendant 15/20 minutes une occupation scénique qu’on pourrait résumer  à :

« Je vais bouger vaguement l’avant bras et checker mon collègue de temps en temps de l’autre coté de la scène. »

Le tout en intimant des ordres incompréhensibles à l’ingé lumières faisant de ce simulacre de concert le karaoké spécial Wu-Tang le plus cher, le plus long et le plus mal éclairé du monde.

Lire la suite sur Surlmag

Partager cet article